Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Homéo

Réponse à la pétition sur l'homéopathie en danger par le Dr Daniel Scimeca

Fotolia
Audrey Etner
Audrey Etner
le 25 janvier 2013
Une pétition circule actuellement sur la menace qui pèserait sur les médicaments homéopathiques si on leur applique la règlementation européenne plus contraignante et donc plus onéreuse. Le Dr Daniel Scimeca, homéopathe, acupuncteur et sophrologue entend rétablir la vérité en publiant sa réponse.

Partenaire

La pétition qui circule actuellement sur internet pointe les risques de l'évolution de la règlementation qui concerne l'Autorisation de Mise sur le Marché des médicaments homéopathiques. Ceux-ci seraient en effet menacés de ne plus être disponibles à la vente si la règlementation européenne s'applique. 

En pratique, la règlementation européenne en matière d'AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) est plus exigeante, notamment sur la traçabilité et la somme nécessaire à l'enregistrement de chaque souche homéopathique est plus élévée. La conséquence est que, pour des raisons économiques, les fournisseurs de préparations homéopathiques français ne peuvent plus proposer que 1000 souches sur les 5000 existantes. 

En réponse à cette pétition, le Président de la Fédération Française des Sociétés d’HoméopathieDr Daniel Scimeca publie la lettre suivante : 

" Cher (e) confrère, cher (e) ami (e),

Internet est un espace de liberté et de circulation extraordinaire de l’information. Je me suis toujours réjoui de cette capacité nouvelle d’échanger avec tous et partout.

Mais nous le savons tous, cette liberté a son revers qui est la capacité de diffuser des informations qui peuvent être parfois simplement fausses ou partielles et déformant la réalité.

Il existe d’autre part une dimension émotionnelle qui fait cliquer, re-cliquer et dans laquelle le devoir de discernement d’un acteur de santé publique, d’un médecin, d’un professionnel de santé peut être mis à mal.

Une pétition circule actuellement à l’initiative d’un de nos confrères concernant l’évolution de la règlementation en matière d’AMM des médicaments homéopathiques.

Les faits nous semblent présentés de manière erronée et biaisée.

Il nous a semblé important d’alerter sur notre position afin que chacun puisse donner à cette initiative, qui ne nous paraît pas aller dans le bon sens, la suite qu’il jugera alors opportune.

Il est légitime et important de veiller à la sauvegarde d’une pharmacopée homéopathique, inscrite à la pharmacopée française depuis 1965, pour la survie de notre art et pour l’intérêt de nos patients.

Cette sauvegarde passe par la validation de nos médicaments par les instances officielles et donc par la méthodologie réglementaire comme pour n’importe quelle pharmacopée.

Vouloir sortir le médicament homéopathique des règles générales, lui donner un statut particulier, un statut d’exception nous semble inadapté, dangereux, fou.

97% des prescriptions ne seront pas touchées par les mesures réglementaires.

Donc de quoi s’agit-il ? De la nécessité et de la capacité de chacun à s’adapter pour pérenniser. Rien d’autre ! Sommes-nous capables de nous adapter, de conduire le changement plutôt que le subir ?

Je ne reviens pas sur la nécessité désormais de passer d’un enregistrement simplifié et général pour toute la pharmacopée à de nouvelles règles plus contraignantes. Cela a été fait par les laboratoires et je ne souhaite pas être long.

J’insiste sur le fait que les contraintes réglementaires possèdent deux aspects :

- Un côté négatif qui est précisément qu’elles sont des contraintes.

- Un aspect positif qui est qu’elles intègrent au lieu d’exclure, qu’elles donnent un nouveau statut réactualisé plutôt qu’une sortie de route.

La démarche homéopathique est une démarche moderne, une démarche d’avenir, une démarche scientifique. Elle ne peut en aucun cas se dédouaner sans cesse et réclamer à la fois d’être reconnue et d’être dispensée des contraintes de toute science.

Nous sommes attachés à une adaptation de notre pharmacopée pour laquelle nous sommes persuadés qu’elle a un grand avenir. Nous encourageons tout ce qui va dans le sens de l’intégration et refusons résolument les replis sur des archaïsmes qui nous ont toujours terriblement nuit.

Je vous appelle donc à diffuser largement autour de vous ce son de cloche responsable et moderne et à ne pas encourager les réflexes émotionnels qui pour légitimes et compréhensibles qu’ils soient ne peuvent que peser contre la cause à laquelle nous sommes attachés.

Avec toute mon amitié

Daniel Scimeca

Président de la Fédération Française des Sociétés d’Homéopathie."

Vous aimerez aussi : 

Notre guide spécial "Homéopathie au féminin" en version PDF dirigé par Daniel Scimeca, réalisé par des médecins et une sage-femme spécialistes. 

>> J'achète la version PDF du Hors-Série Homéopathie au Féminin

 

 

>> J'achète le Hors-Série Homéopathie sur iPad

 

 

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire