Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Chronique

Accueillir ses ruminations mentales, la chronique désopilante d'Anne-Sophie Lesage

"Quand une journée noire pointe le bout de son nez, je m’ancre dans le moment présent." Anne-Sophie Lesage

Alejandro Guerrero
Anne-Sophie Lesage
Par Anne-Sophie Lesage
le 24 juin 2021

Ruminations mentales, overthinking, surcharge mentale... qu'en est-il des femmes qui pensent trop ? Anne-Sophie, l'auteure de la BD Alice fait des merveilles quand elle s'en fout, partage son cheminement et son point de vue, en faisant partie du club d'hyperpenseuses.


Partenaire

Magazine #34 FemininBio
(©DR)

Cet article a été publié dans le magazine #34 mai-juin 2021

>> Pour retrouver la liste des points de vente c'est ici

Je fais partie d’un club. Ou plutôt un club m’a choisie. Celui des hyperpenseuses, celles qui pensent (beaucoup) trop. Celui des hypersensibles a le vent en poupe, il est vrai (je le fréquente un peu également). On parle aussi beaucoup de la charge mentale des femmes. Mon club à moi, je dirais qu’il emprunte des spécificités aux uns et aux autres.

Je fais partie de celles dont le cerveau ne s’arrête jamais, sans pour autant être productive. Bien au contraire. Dans mon quotidien, j’anticipe, je décortique, j’écris des scénarios (souvent catastrophe). Je rumine, souvent sous la douche. Ma consommation d’eau en fait état.
Je fais partie de celles qu’on invite régulièrement à « lâcher prise ». Lâcher prise pour trouver l’amour, lâcher prise pour trouver le poste de mes rêves, lâcher prise pour tomber enceinte, lâcher prise pour choisir mon programme Netflix du soir. Lâcher prise pour… lâcher prise.
Je fais partie de celles qui pensent trop au risque de se couper, elles-mêmes, les ailes. S’interdisant d’oser, en laissant leurs peurs les mener par le bout du nez.
Je fais partie de celles qui essayent de mettre leur mental en veille à coup de citation de Samuel Beckett « Dance first. Think later » (je l’ai fait imprimer sur un tee-shirt).

>> A lire aussi : Charge mentale : 5 choses à faire pour s'apaiser et s'en débarrasser

Mais voilà, il m’aura fallu des années de cohabitation avec moi-même pour que je puisse enfin apprivoiser cette facette d’hyperpenseuse. Quand une journée noire pointe le bout de son nez, je m’ancre dans le moment présent. D’après les croyances bouddhistes, dans la vie comme dans notre tête, toute chose est vouée à disparaître (c’est l’impermanence). J’accepte que des pensées négatives me traversent. Tel Patrick Swayze dans Point Break, je surfe donc sur la vague de mes ruminations, attendant que la mer se calme.

J’ai aussi compris que je n’étais pas l’unique membre de ce club et que c’est ce qui en fait la force. Que de lever le voile sur ce bruit dans nos têtes nous permettrait d’oser jusqu’au bout de nos socquettes.

Notre autrice :

(©Solar éditions)

Anne-Sophie a lancé la newsletter Holi Me avec sa sœur Fanny. Après Celle qui a dit Fuck, elles signent ensemble la BD Alice fait des merveilles quand elle s’en fout, illustrée par Léna Piroux, parue aux éditions Solar.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire