Pollution

Plastique : existe-t-il encore un espoir d'échapper à cette pollution de l'environnement ?

Publié le 25 septembre 2019 - Mis à jour le 26 septembre 2019
Fanny Vismara est la fondatrice de Plastic Attack France.Pour organiser une action contactez-les sur Facebook Plastic Attack Franceou sur leur site plasticattackfrance.org.
"Qu'on ne se leurre pas, si le recyclage est bienvenu, il n'est aucunement la solution.En effet, le plastique, contrairement au verre,n'est pas recyclable à l'infini.Il ralentit donc simplement la mise en décharge ou l'incinération des plastiques."
"Qu'on ne se leurre pas, si le recyclage est bienvenu, il n'est aucunement la solution.En effet, le plastique, contrairement au verre,n'est pas recyclable à l'infini.Il ralentit donc simplement la mise en décharge ou l'incinération des plastiques."
© Tri Riders

"Le plastique, c'est fantastique", un refrain bien dépassé ! La prise de conscience est désormais mondiale contre ce fléau insidieux qui se niche partout : dans l'eau, l'air, nos aliments, de la banquise au fond des abysses de l’océan Pacifique. Pourtant, sa production est loin de diminuer, et les fausses solutions sont légion. Décryptage en règle.

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #24 août-septembre 2019

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

Le plastique, cet envahisseur parfois visible, est souvent invisible. Porté au gré des vents, des pluies, des courants, il constitue une pollution sans frontières, si bien que certains scientifiques parlent désormais de "plastosphère".

Depuis 1950, nous avons produit 8,3 milliards de tonnes de plastique, dont 6,3 milliards actuellement dans la nature ou stockés dans des décharges. Malgré cela, la production mondiale est en perpétuelle augmentation. La situation devrait s’aggraver encore car depuis 2010 de grands groupes gérant les combustibles fossiles (comme Exxon et Shell) investissent massivement dans de nouveaux projets qui pourraient contribuer à une augmentation de la production de plastiquede 40% dans les dix prochaines années! (1)

La France a, quant à elle, affiché une augmentation de 7,8% entre 2016 et 2017 ; près de la moitié de sa production sert à l’emballage. Notons au passage l’ironie de l’usage que nous faisons de cette matière "durable"mettant des centaines voire des milliers d’années à se dégrader, et que nous utilisons pourtant à outrance en tant que "jetable".

Les causes de cette invasion plastique dans notre environnement sont diverses. La mauvaise gestion des déchets fuitant dans la nature en est une.

On estime à 8 millions de tonnes le plastique déversé chaque année dans les océans, soit l’équivalent d’un camion benne de plastique... par minute !

Ces fuites alimentent les "continents en plastique" (appelés "gyres" ou "vortex"), des amas de déchets flottants formant une "soupe de plastique". Ils sont devenus l’étendard de la pollution endémique océanique ; ils ne sont pourtant que le sommet visible de l’iceberg, en effet, ils ne représentent que 1 % de la pollution plastique.

La catastrophe "invisible"

Les micro et nanoparticules se logent partout et sont une catastrophe pour l’environnement, modifiant et asphyxiant les écosystèmes, impactant notamment le plancton. Ceci est préoccupant car les océans constituent le "deuxième poumon" de la planète, puisqu’ils fournissent 50 % de l’oxygène terrestre.

Il existe des micro-plastiques dits "primaires", qui sont directement fabriqués à cette taille ; vous en consommez peut-être sans le savoir. En effet, ils sont ajoutés sciemment par les industriels dans de nombreux produits d’usage quotidien comme les détergents (lessives), les cosmétiques (crèmes, shampooings, dentifrices, etc.). De plus ils transitent par nos canalisations via les eaux usées et finissent indubitablement leur course dans l’environnement.

>> A lire sur FemininBio Zéro déchet : les essentiels à avoir dans son sac

Les micro-plastiques secondaires se forment par la dégradation de déchets plus grands (bouteilles, sacs, filets, etc.) sous les effets des UV, des micro-organismes ou par friction mécanique (par exemple, les fibres libérées par les vêtements synthétiques lors des lavages).

Conséquence de cette omniprésence dans notre environnement : nous consommons du plastique quotidiennement via l’eau que nous buvons (l’eau en bouteille étant en tête), les poissons, les fruits de mer ou encore la bière, le sel, le miel, etc. D’après une étude du WWF, nous ingérons jusqu’à 5 g de plastique par semaine, ce qui équivaut au poids d’une carte de crédit !

Des effets désastreux sur notre santé...

Nous ne connaissons pour le moment pas exactement les effets sur la santé, mais les études réalisées sur d’autres espèces animales s’avèrent très négatives. Les micro-plastiques peuvent être source d’exposition à des substances perturbant les cycles hormonaux (par exemple, les phtalates et autres bisphénols utilisés dans la fabrication des plastiques sont des perturbateurs endocriniens).

De manière plus générale, il est déconseillé de réchauffer les aliments ou de conserver les aliments gras dans des contenants en plastique, car cela favorise la migration des produits chimiques issus des plastiques.

La pollution plastique est une pandémie mondiale, un désastre environnemental et sanitaire constituant une bombe à retardement dont nous commençons à peine à mesurer l’ampleur. Les plastiques et leur cocktail de chimie sont dangereux à bien des égards. Ils permettent par exemple aux agents pathogènes, comme le choléra,de s’y fixer, pouvant ainsi voyager au gré des courants marins.

... et pour tout l'écosystème planétaire

La pollution plastique a aussi un impact dévastateur sur les animaux. En effet, elle est responsable de la mort de 1,5 million d’animaux par an (selon l’IRD).Le WWF a recensé 270 espèces prisonnières dans divers débris en plastique, dont 240 en ayant ingéré. On ne compte plus les macabres découvertes, notamment celles de cétacés retrouvés décédés l’estomac saturé de plastique. Les plastiques constituent des pièges, sont source d’étouffement ou d’empoisonnement pour les animaux. Selon Greenpeace, dans le monde 44 % des espèces d'oiseaux, 43 % des mammifères marins et 86 % des espèces de tortues marines ont ingéré du plastique.

L’heure est à la "déplastification" générale

Les appels jadis lancés par les scientifiques et ONG peinaient à faire écho. Ils ont enfin été entendus ! Ainsi, depuis 2018, nombre de mouvements et actions citoyennes ne cessent de fleurir à travers le globe, comme les "Plastic Attack" ou les campagnes de ramassage de déchets, notamment.
Les différents acteurs associatifs, les actions menées par la société civile et la médiatisation de ce problème majeur ont contribué à l’éveil des consciences, forçant les pouvoirs publics à réagir, bien que les mesures prises soient pour le moment frileuses compte tenu de l’ampleur du problème.

>> A lire sur FemininBio A lire : "Zéro déchet : le manuel d'écologie quotidienne"

Ainsi, en France, quelques objets en plastique seront bannis à l’horizon 2025, tels que les assiettes, gobelets, touillettes ou verres en plastique, par exemple. Le gouvernement a lancé son projet de consigne des bouteilles en plastique (et canettes), qui partiront ensuite au recyclage. Cette mesure pourra permettre d’éviter la fuite dans la nature de ces déchets, mais il est regrettable que la consigne de verre ne soit pas pour le moment à l'ordre du jour, car c'est la seule solution permettant la réutilisation.

Le plastique ne peut pas être recyclé

Qu’on ne se leurre pas, si le recyclage est bienvenu, il n’est aucunement la solution. En effet, le plastique, contrairement au verre, n’est pas recyclable à l’infini. Il ralentit donc simplement la mise en décharge ou l’incinération des plastiques.

Il convient plus de parler de "décyclage" quede "recyclage", car il ne s’agit pas d’une boucle fermée. Il ne s’agit aucunement d’une "économie circulaire" comme s’époumonent à le dire certains. De plus le recyclage est énergivore, consommateur d’eau et de produits chimiques en tout genre. Comble du comble, le grand public a récemment découvert"le pot aux roses" des déchets triés pour le recyclage: les plastiques ayant peu de valeur sont envoyés massivement vers les pays émergents, constituant un autre scandale environnemental et sanitaire.

Des fausses solutions à foison

On voit à présent émerger un certain nombre d’initiatives à travers le monde, qui semblent positives de prime abord mais qui ne règlent le problème qu'à court terme. Prenons l’exemple des routes faites de plastique. Quand on sait que l’abrasion des pneus est une source majeure de production de micro-plastiques, qu’en sera-t-il de l’abrasion des pneus en plastique sur des routes en plastique ?

Attention aussi aux solutions miracles qui laissent à penser que nous pouvons continuer ainsi sans changer nos modes de vie, comme la "solution" de "l’enzyme mangeuse de plastique" !

Gare aussi au "greenwhashing" ambiant qui met en avant les plastiques soi-disant "biodégradables" et la pléthore de "bioplastiques" d'origine végétale. D’une part la réglementation autorise l’ajout de 60 % de pétrole dans les bioplastiques ; d’autre part, cultiver du blé, du maïs ou du manioc pour créer des bioplastiques jetables est une hérésie, car cela entre en concurrence directe avec la production alimentaire humaine.

Produire moins de plastique pour sauver la planète

Pour conclure, le meilleur déchet sera toujours celui qui ne sera pas produit. Il est grand temps de couper le robinet plastique à la source, car 80 % des déchets marins sont d’origine terrestre. Il s’agit de la condition sine qua non pour que les nettoyages des océans soient efficaces, sans quoi cela reviendra à écoper un évier bouché à la petite cuillère avec le robinet toujours ouvert !

(1) Source : The Guardian

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Déchets & pollution
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte