Tourisme durable

Comment visiter des refuges respectueux des éléphants en Thaïlande ?

Publié le 8 août 2019
Blandine Champagneur est chargée de projets chez Guidisto, un portail francophone indépendant dédié au volontariat responsable à l’étranger.
Si un "sanctuaire" propose de monter sur le dos des éléphants, rayez-le de votre liste. Les balades à dos d’éléphants sont depuis longtemps reconnues comme une pratique de maltraitance.
Si un "sanctuaire" propose de monter sur le dos des éléphants, rayez-le de votre liste. Les balades à dos d’éléphants sont depuis longtemps reconnues comme une pratique de maltraitance.
© bencap / unsplash

Passer une après-midi ou quelques jours dans un sanctuaire qui s’occupe d’éléphants rescapés de l’industrie du tourisme, voilà qui semble être une manière tout à fait responsable de remplir son séjour en Asie du Sud-Est. Toutefois, prudence ! La réalité qui se cache derrière ces centres est souvent plus noire qu’elle n’y paraît. Voici quelques conseils pour éviter aux touristes et volontaires de tomber dans le piège des faux sanctuaires d’éléphants.

Les voyageur·euse·s s’étant déjà rendu·e·s en Thaïlande ou au Cambodge le savent, ce ne sont pas les possibilités pour vivre une expérience avec des éléphants qui manquent !

Heureusement, il est maintenant relativement connu que les attractions touristiques "classiques" impliquant des éléphants (telles que les spectacles de rue ou les treks) sont cruelles pour les animaux, dont la volonté a été "broyée" via des méthodes cruelles pour les rendre dociles.

Des sanctuaires qui n’en sont pas

De très nombreux "sanctuaires d’éléphants" prétendant offrir une retraite paisible à ces animaux ont vu le jour, surtout en Asie mais également en Afrique. Généralement, il est possible de se rendre dans ces centres comme simple touriste, ou bien en tant que volontaire, sur une durée plus longue. En donnant de leur argent et/ou force de travail, les visiteur·euse·s ont donc l’impression de faire une action concrète pour améliorer le sort des éléphants en captivité.

>> A lire sur FemininBio Le premier sanctuaire pour éléphants va ouvrir en Europe

Pourtant, c’est malheureusement souvent l’inverse qui se produit, car une proportion inquiétante de ces endroits continuent en fait d’exploiter et de maltraiter les éléphants. Dans une étude portant sur plus de 200 centres de ce type en Asie, l’ONG World Animal Protection a observé que 3 éléphants sur 4 vivaient dans des conditions inacceptables. 

Il est donc important de se montrer vigilant·e avoir de prévoir une visite !

À quoi faire attention ?

Tout d’abord, il faut savoir que le fait qu’un centre se dise "sanctuaire", ou "refuge" d’éléphants n’est en rien une garantie de sérieux ou d’une quelconque éthique. 

Mon premier conseil : si un "sanctuaire" propose de monter sur le dos des éléphants, rayez-le de votre liste. Les balades à dos d’éléphants sont depuis longtemps reconnues comme une pratique de maltraitance, dangereuse à la fois pour les éléphants et pour les humains. Peu importe ce que l’on vous raconte ("Cet éléphant adore les humains !", "Si on lui monte sur le cou, cela ne lui fait pas mal !", etc.), demandez-vous en quoi cette activité bénéficie à l’éléphant. Si le centre où vous vous rendez est réellement éthique, le bien-être de ses pensionnaires devrait passer avant les envies des visiteur·euse·s, vous ne croyez pas ?

>> A lire sur FemininBio Tourisme durable : 10 lieux à découvrir en Nouvelle-Zélande

Bien évidemment, les balades à dos d’éléphants ne sont que la partie émergée de l’iceberg, et beaucoup de pratiques de maltraitance sont plus subtiles à repérer. On peut par exemple citer le fait que les animaux soient enchaînés, isolés, ou encore forcés d’interagir avec les touristes (pour prendre des photos, se baigner à la rivière avec eux, etc.), souvent sous peine de châtiment physique.

De manière générale, il est nécessaire de prendre le temps de faire des recherches au préalable, notamment en allant faire un tour sur les évaluations et photos disponibles sur les sites d’avis touristiques tels que Tripadvisor. Il est important de ne pas se limiter au site internet ou à une brochure émanant du centre, car ne vous y trompez pas, les propriétaires de ces endroits savent parfaitement ce que vous souhaitez entendre !

Quelques alternatives responsables

Si vous souhaitez vivre une expérience avec des éléphants de manière responsable, le mieux reste encore de les observer à distance, dans leur environnement naturel.

De manière générale, il faut se défaire de l’idée qu’il est normal d’avoir des interactions directes avec des animaux sauvages, car c’est bien la demande pour ce type d’activités qui perpétue le problème.

Guidisto, le portail spécialisé dans le volontariat à l’étranger pour lequel je travaille, a mis en place des critères stricts pour ne laisser passer que les projets dans de véritables sanctuaires, et répertorie de nombreuses missions d’écovolontariat responsables en faveur des éléphants en Asie et Afrique.

Si vous souhaitez visiter un sanctuaire d’éléphants sur une courte durée, vous pouvez également vous référer à la liste récemment mise à jour de World Animal Protection, qui répertorie les centres offrant les meilleures conditions de vie à leurs pensionnaires.

Pour aller plus loin :

- Volontariat avec des éléphants en Asie (Thaïlande, etc.) ou Afrique : méfiez-vous des faux sanctuaires d’éléphants
- Taken for a ride (étude de World Animal Protection)
- Faire de l’éléphant en Thaïlande… ce qu’on cache aux touristes

Articles du thème Tourisme vert
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte