Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Hydrater

Pourquoi hydrater sa peau ?

S'hydrater
La peau sèche est plus réactive, il faut bien l'hydrater
Sylvie Hampikian
Sylvie Hampikian
Mis à jour le 25 février 2021
Qu'est-ce que l'hydratation, comment ça marche ? Pourquoi la peau se déshydrate ? Comment l'hydrater ? Réponses dans notre article.

Partenaire

hydratation

Lire l'épisode 2 : agents filmogènes et émollients
Lire l'épisode 3 : agents humectants
Lire l'épisode 4 : hydratants naturels
Lire l'épisode 5 : programme d'hydratation

Pourquoi la peau doit-elle être hydratée ?

L'eau est nécessaire au bon fonctionnement des cellules de l'épiderme et notamment au cycle de renouvellement cutané.
Les cellules superficielles de la couche cornée sont responsables de l'apparence et de la texture de la peau. Déshydratées, elles sont dures et friables, ce qui conduit à une altération de sa qualité. La peau sèche est typiquement rêche, terne, et manque de souplesse.
Une peau déshydratée voit sa fonction de barrière cutanée perturbée, elle devient moins imperméable et les pertes en eau (PIE) augmentent. Un cercle vicieux peut s'installer : plus la peau est déshydratée, plus elle se déshydrate...
La peau sèche est plus perméable aux substances externes potentiellement toxiques ou allergéniques. Elle est donc plus sensible et réactive.

Quelles sont les causes de la déshydratation cutanée ?
Causes génétiques : certaines personnes présentent des altérations d'origine génétique qui se traduisent généralement par une sécheresse sévère (xérose), souvent accompagnée de desquamation et/ou d'eczéma.
Environnement : la chaleur, l'air sec et les mouvements d'air aggravent les pertes en eau dues à l'évaporation. A l'inverse, un milieu très humide réduit les pertes en eau.
Soins inadaptés : l'usage d'agents tensioactifs, les nettoyages trop fréquents non compensés par l'application de crèmes protectrices altèrent le film hydrolipidique et la fonction de barrière cutanée, ayant pour conséquence d'augmenter les PIE.
Vieillissement : le principal facteur aggravant la sécheresse cutanée est la diminution de la production de sébum, les autres fonctions de la peau étant en fait peu altérées avec l'âge.
Déshydratation générale de l'organisme : cette cause est rare, mais peut survenir lors de canicule, ou dans certaines maladies.
Rappels d'anatomie et physiologie de la peau
Les deux couches les plus externes de la peau sont le derme et l'épiderme. Le derme est constitué de cellules dispersées dans une matrice très riche en eau, constituée notamment de collagène, acide hyaluronique et élastine. Il reçoit l'eau et les nutriments par l'intermédiaire de petits vaisseaux, les capillaires. L'épiderme quant à lui est constitué de cellules arrangées en strates comme les pavés d'une chaussée. Il n'est pas vascularisé et reçoit l'eau et les nutriments à partir du derme.
Directement située au-dessus du derme, la couche basale de l'épiderme se dédouble en permanence par division cellulaire. Environ chaque jour, une nouvelle strate se forme, qui vient se superposer à la couche basale, puis qui est poussée vers l'extérieur par la strate issue de la division suivante.
De jour en jour, chaque strate progresse ainsi vers l'extérieur, mais au cours de cette progression, les cellules dégénèrent. Elles finissent par mourir et deviennent des "fantômes", formés d'une membrane épaisse entourant des fibres de kératine, quelques molécules en solution qui constituent les MNF (voir plus loin) et de l'eau en plus ou moins grande quantité, qui est à la base de l'hydratation cutanée. Ces cellules mortes, liées entre elles par un "ciment" très riche en lipides (corps gras), forment la couche cornée, qui est très solide et quasi-imperméable.
Finalement, le ciment finit par se désorganiser et les cellules mortes sont éliminées naturellement par desquamation. Ce cycle de renouvellement cutané dure environ un mois. Les débris des cellules mortes se mélangent à l'eau (évaporation et transpiration) et au sébum pour former le film hydrolipidique, qui recouvre la surface de la peau et la protège.

Régulation naturelle de l'hydratation cutanée
L'eau est apportée en permanence à la peau par la circulation sanguine, au niveau du derme, puis par diffusion vers l'épiderme. En revanche, la peau est incapable de puiser l'eau du milieu extérieur. Ce n'est que dans les conditions extrêmes (hammam, bain prolongé) qu'une petite quantité d'eau peut pénétrer dans les couches superficielles en voie de desquamation.
Parallèlement, la peau perd continuellement de l'eau :

  • par transpiration : cette eau provient des glandes sudoripares situées dans le derme.
  • par évaporation : cette eau provient de la diffusion à travers l'épiderme. On parle de pertes insensibles en eau ou PIE.
L'hydratation de l'épiderme dépend donc de l'équilibre entre les pertes et les apports en eau. Or, la peau dispose de moyen naturels pour assurer cet équilibre :

  • le ciment lipidique, la membrane des cellules et le film hydrolipidique freinent l'évaporation de l'eau (on parle de barrière cutanée).
  • les MNF attirent et retiennent l'eau à l'intérieur des cellules (ont dit qu'ils sont hygroscopiques). Les MNF sont constitués d'acides aminés, urée, acides organiques, glycérol, sels minéraux, sucres simples...
Sylvie Hampikian
Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire