Emotion

Faire la paix avec la colère

Publié le 10 janvier 2019
Professeure des Universités en électronique et passionnée parl’énergie et son effet sur le corps, Nathalie Julien est l'auteure de deux ouvrages paru aux éditionsEyrolles, "Le massage" et "Guérir par l’énergie"
Exprimer sa colère permet de réguler son énergie. Acceptez vos émotions !
Exprimer sa colère permet de réguler son énergie. Acceptez vos émotions !
© Kylebroad / Unsplash

Il est temps de faire la paix avec notre colère. Accueillir cette émotion et la vivre pleinement pour ne plus culpabiliser inutilement et aller vers son chemin de vie. Pour nous et pour les autres.

Une société en colère

Au moment où j’écris se déroulent les manifestations des gilets jaunes, expression de la colère et volonté de transformation de la société mais aussi ras-le bol généralisé et violences générant des blessés et des morts… Notre société cultive la colère, il suffit de regarder les informations, car si tout cela explose c’est justement parce que nulle place n’est laissée à l’expression juste de la colère. Il me semble important de comprendre pourquoi combattre la colère ne fait que la renforcer et nous pousse aux abus.

Toute colère est émotionnellement légitime

Même si votre colère n’est pas rationnelle ou n’est pas compréhensible aux yeux des autres, vous avez TOUJOURS une vraie raison d’être en colère, votre raison. Car la colère est notre système d’alarme nous indiquant qu’il y a intrusion sur notre territoire. Non seulement elle vient nous dire qu’il est important et urgent de nous occuper de nous et de nos besoins mais elle apporte également, grâce notamment à la sécrétion d’adrénaline dans le corps, l’énergie nous permettant de nous défendre de cette intrusion, elle nous donne le courage de surmonter nos peurs pour préserver notre intégrité ou celle de nos proches ou pour franchir l’obstacle qui nous terrifie ; elle nous permet donc d’agir.

Vous avez le droit d’être en colère, vous avez le devoir de l’accueillir

Si la colère n’est pas reconnue, nous bloquons cette énergie dans le corps, nous la gardons sous pression en l’accumulant et, pour s’évacuer, elle n’aura pas d’autre choix que d’exploser ou d’imploser. L’explosion est ce que j’ai nommé colère chaude dans le précédent article (lien). L’énergie sortira de manière brutale, sans aucune mesure avec l’évènement qui servira de prétexte déclencheur ; on utilise des insultes, on casse des objets, la violence nous dépasse et ce sont ces abus que l’on confond souvent avec l’émotion et l’énergie de la colère. Le plus regrettable est que la plupart du temps, cette violence se déversera sur des personnes proches et aucunement responsables de la situation réellement à l’origine de cette colère. L’exemple parfait est l’employé humilié par son patron qui se défoule à son retour chez lui sur sa femme, qui se met en colère contre son enfant, qui sort donner un coup de pied au chien… La colère chaude, tel un incendie de forêt, a tendance à se propager !

>> A lire sur FemininBio Colère : exprimer et soulager cette émotion intense

Pour éviter ces abus ou en réponse à notre éducation, nous pouvons être tentés de réprimer notre colère, ce que j’ai nommé colère froide. Si le refoulement est partiel, par culpabilité, nous pouvons la retourner contre nous, pour tenter de la contrôler sans nuire aux autres. Cependant, ce contrôle nous demandera une quantité importante d’énergie, qui va étouffer notre libre expression, ce qui peut nous fragiliser et aboutir à une grande tristesse, voire un état dépressif. Le refoulement peut aussi aller jusqu’au déni mais la personne vivra dans une telle frustration qu’elle va développer des problèmes de santé de plus en plus importants sans jamais faire le lien avec cette émotion qu’elle est persuadée (et même souvent très fière !) de ne pas connaître…

Vivre pleinement notre colère

Il importe donc de nous autoriser à vivre pleinement notre colère, pour apprendre à la connaître et à la reconnaître afin de ne pas l’entretenir. Vous pouvez simplement laisser cette colère être là, s’exprimer puis repartir quand sa cause a disparu en ayant pris conscience de vos besoins essentiels qu’elle est venue vous rappeler.

>> A lire sur FemininBio Quelles fleurs de Bach pour me recentrer

Comment faire ? Dites seulement "Je suis en colère" à voix haute. Le seul fait de verbaliser va déjà avoir un effet régulateur sur votre énergie. Faites-le dans un premier temps lorsque vous êtes seule. Il est important de vous entraîner à le dire sans culpabilité ni justification. Ne cherchez pas à argumenter, ne cherchez pas à vous persuader que vous avez raison, contentez-vous d’observer le phénomène sans vous juger. Lorsque vous aurez pris l’habitude de dire votre colère et de l’accepter, vous pourrez alors l’exprimer calmement à un interlocuteur.

Notre experte :

Nathalie Julien - Energicienne©
Professeur des Universités - Auteur - Conférencière
Le livre "Guérir par l'énergie", éditions Eyrolles 2018

Abonnez-vous à FemininBio en version papier ou pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque près de chez vous !

 

 

 

Articles du thème Pleine conscience
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte