Antioxydant

A, C ou E : quelles vitamines choisir pour lutter contre l’oxydation de la peau ?

Publié le 8 avril 2020
Dermatologue, ancien Chef de Clinique en Endocrinologie-Nutrition, le docteur Paul Dupont est l'auteur de nombreux ouvrages en relation avec une approche scientifique et documentée de la Médecine Naturelle.
Les antioxydants doivent avoir une origine totalement naturelle pour être actifs.
Les antioxydants doivent avoir une origine totalement naturelle pour être actifs.
© Harry Fichtner - Pixabay

Exposée à la pollution, au soleil, ou au stress, notre peau émet des radicaux libres pour se défendre des multiples agressions du quotidien. Problème : ce système de défense accélère le vieillissement cutané. Pour lutter contre ce phénomène d'oxydation, la prise régulière de vitamines naturelles peut être un excellent complément à votre routine beauté.

Nous avons besoin d’oxygène pour vivre. Mais la respiration au niveau cellulaire produit des radicaux libres, c’est-à-dire des substances qui peuvent endommager à la fois l’ADN, les lipides et la paroi cellulaire. Ce phénomène est contrebalancé par des antioxydants.

Mais ce n’est pas la seule source d’oxydation. L’oxydation est aussi secondaire à la pollution : notamment par les gaz d’échappement ou les phytosanitaires. C’est une oxydation qui n’est pas naturelle et à laquelle l’organisme n’est pas préparé. Elle provoque une inflammation, puis une dégénérescence et un vieillissement des tissus oxydés. C’est comme la rouille qui corrode peu à peu le fer. C’est dire l’importance d’être pourvu en antioxydants.

Parmi eux, les plus connus sont les vitamines A, C et E. Mais il faut savoir que ces vitamines, pour être actives, doivent avoir une origine totalement naturelle. Sans quoi, elles peuvent au contraire favoriser l’oxydation.

On peut juger de l’importance de  la dégénérescence oxydative au niveau de la peau. Elle correspond à l’apparition de l’héliodermie : un vieillissement accéléré qui associe des taches pigmentées, des taches achromiques, des kératoses et une perte de la souplesse et de l’élasticité de la peau qui s’affine.

Quels sont les meilleurs moyens pour prévenir l’oxydation de la peau et ses conséquences ?

Les vitamines E : à la fois anti oxydantes et réparatrices
Lorsqu’on parle des vitamines E, on devrait dire plutôt les tocophérols. Ils sont au nombre de 4 et ont des effets différents. Le gamma tocophérol est plus actif que l’alpha pour prévenir les conséquences de l’oxydation par la pollution urbaine. Les quatre tocophérols ont un effet préventif du phénomène de vieillissement et de l’oxydation de la peau. Ils régulent les pertes en eau et protègent le film lipidique cutané. Ils empêchent les radicaux libres de dégrader les lipides qui forment les membranes cellulaires.

Les vitamines A et C associées : facteurs de régénérescence cutanée
Les vitamines A et C ont un effet conjugué sur la réparation de la peau. La vitamine A régule la régénérescence des tissus. Son déficit se traduit au niveau de la peau par de la sécheresse. Les vitamines A et C augmentent la synthèse des fibres de collagène, permettant aux tissus de ne pas s’affaisser. Par exemple il a été démontré que ces vitamines A et C ont une activité antiride. 

Exemple de cure antioxydante :
Associer 20 jours par mois 2 capsules de Oemine E qui contient les 4 tocophérol naturels et 2 capsules de Oemine AC  (carotte-cynorrhodon).
Et pour agir localement, application matin de la crème Oemine Derm Multivitaminée biologique, qui contient les vitamines A, C et E végétales. Et le soir la crème riche vitamine Éclat intense de Belle Oemine bio.

Cet article est un publi-redactionnel

Articles du dossier Miroir Miroir
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte