Publirédactionnel

Vitamine E : protection naturelle contre la pollution urbaine

Publié le 11 mai 2018 - Mis à jour le 15 mai 2018
Dermatologue, ancien Chef de Clinique en Endocrinologie-Nutrition, le docteur Paul Dupont est l'auteur de nombreux ouvrages en relation avec une approche scientifique et documentée de la Médecine Naturelle.
© Pixabay

Si comme 80% des français vous vivez dans un milieu urbain, la vitamine E peut se révélée une alliée essentielle contre les agressions cutanées liées à la pollution.

La pollution urbaine agresse en premier lieu la peau, et peut être à l’origine de lésions oxydatives. Elle accélère son vieillissement et perturbe son fonctionnement, ce qui favorise le cancer de la peau (baso-cellulaire).

L’été, les pics de pollution sont souvent associés à une augmentation du rayonnement solaire ultraviolet. Si l’on ajoute à cela le tabac, l’alcool et le stress, on a là tous les ingrédients pour une accélération du vieillissement cutané. S’il n’est pas possible d’agir sur tous les facteurs environnementaux, on peut néanmoins protéger notre épiderme grâce à la vitamine E (naturelle !) ou tocophérol.

La vitamine E peut être prise par voie orale mais également utilisée localement. Il existe plusieurs formes de vitamines E, et pour les différencier on fait précéder le terme tocophérol d’une lettre grecque (alpha, bêta, gamma, delta). Les crèmes de qualité contiennent du tocophérol ; mais sans que l’on précise la nature exacte de ce tocophérol. La plupart du temps il s’agit de l’alpha-tocophérol de synthèse, qui est destiné plus à protéger les actifs de la crème que la peau elle-même. Or, ce n’est pas précisément cette variété de vitamine E qui est active dans la pollution,qui plus est lorsqu’elle est synthétique. Divers travaux scientifiques ont en effet montré que le plus efficace parmi les diverses vitamines E, c’est le gamma-tocophérol naturel : il est spécifique de la prévention des effets nocifs de la pollution sur l’épiderme.

Ainsi donc, s’il est recommandé lors d’une activité physique en période de pollution d’utiliser quotidiennement une crème à la vitamine E, il est préférable que ce soit une crème contenant le gamma-tocophérol. Sinon il est possible d’ajouter soi-même le contenu d’une capsule d’un complément alimentaire riche en vitamines E naturelles, notamment en gamma-tocophérol.
Pour ma part, en tant que dermatologue je recommande d’utiliser Oemine E : chaque capsule contient de l’huile de germe de blé et les 4 tocophérols, dont près de 8 mg de gamma-tocophérol. On peut percer la capsule et l’ajouter à la crème de jour. En période de pollution on peut aussi avaler une à deux capsules par jour de ce complément 100% naturel Oemine E.

L’action de la pollution sur la peau se manifeste par l’apparition de l’héliodermie. Comme son nom le donne à penser, cette pathologie est avant tout secondaire à l’action nocive des ultraviolets (UVA). Mais elle est aussi liée à la pollution urbaine, notamment par les nanoparticules de diesel, le dixodyde de soufre, etc. Elle se traduit par l'apparition de taches sur la peau, qui vont devenir par la suite croûteuses, tandis que la peau s'affine et commence à se rider. La pollution agit également sur le tissu sous-cutané, entraînant un relâchement tissulaire et une diminution du volume.

Pour pallier cela, il est possible d'utiliser des crèmes riches en vitamines naturelles, telles que par exemple la crème Oemine Derm ou la crème Oemine-BIO Multivitaminée, qui sont certifiées biologiques et riches en vitamines A, E et C naturelles. Et sur les taches sombres ou les kératoses, il est aussi possible d'appliquer localement une à deux capsules de Oemine E, comme cela a été dit précédemment. Il faut alors percer la capsule et appliquer son contenu en massage doux sur chaque tache. On peut bien sûr également incorporer ce produit directement dans la crème de jour.
Si les effets de la pollution s'associent à l'apparition de rides, on peut alors conseiller la gamme Jeunesse Intense de BELLE OEMINE BIO. Il s'agit d'une gamme certifiée biologique très concentrée en ingrédients bio (75 % à 93 %) avec des actifs testés antirides/anti-âge. Localement on appliquera d’abord l’Huile-Elixir Jeunesse Intense. Celui-ci contient du gamma-tocophérol. Il s'agit d'un sérum bi-phase qui pénètre très bien. On peut l'associer à la crème de jour, ou encore à la Crème Riche de Nuit Jeunesse Intense BELLE OEMINE BIO ; car outre la vitamine E, celle-ci contient de la vitamine C naturelle et est également riche en vitamine A.

L’été, ces crèmes peuvent être appliquées le matin directement sous l’écran solaire. On peut aussi ne faire l’application d’un écran solaire qu’un peu plus tard dans la matinée (à partir de 11 heures par exemple, si l’on sort). Le soir avant de se coucher, elles seront utiles pour régénérer.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.boutique.oemine.com

Articles du thème Anti-âge
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !