Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Economie

Quels engagements prennent les marques et les sites de revente de vêtements dans la mode seconde main ?

Mode seconde main

Julie Carbonaro, travaillant auprès d’industriels et fabricants du monde entier interroge si le positionnement des marques colle réellement aux valeurs de la slow fashion.

Ksenia Chernaya / Pexels
Un oeil nouveau sur le monde Autre regard
Julie Carbonaro
Par Julie Carbonaro
le 30 juillet 2021

La mode seconde main semble être une bonne alternative à la "fast fashion", qui se caractérise par le renouvellement très rapide des vêtements proposés à la vente. Les échanges de vêtements en ligne se sont développés au cours de ces dernières années, mais quelle est la place du web dans cette démarche censée être responsable ?


Partenaire

La mode seconde main a le vent en poupe depuis quelques années car ce modèle d’achat - revente d’occasion répond à deux problématiques sociétales fortes : les crises financières à répétition depuis la globalisation des marchés dans les années 1980, entrainant austérité économique et chômage de masse. La crise climatique qui commence à se faire ressentir même sous nos latitudes, avec globalement des températures plus chaudes d’environ 1°C par rapport à la fin du XIXe siècle (1).

La durée de vie de la matière

De plus, du point de vue du cycle de vie d’un produit (2) le marché de l’occasion est une réponse très positive. La durée de vie de la matière, déjà puisée et transformée, se trouve rallongée jusqu’à son issue fatale : 73% des vêtements usagés croupissent en décharge ou sont incinérés (3). Pour le moment, la seconde main et l’upcycling (transformer un vêtement/ objet pour lui donner une seconde vie) restent les alternatives les plus répandues et les plus efficaces (même si le recyclage a progressé).

Fast Fashion

>> A lire aussi : Mode éthique : 8 raisons de porter des vêtements en bambou

La mode éphémère

Par ailleurs, l’apparition de la fast fashion au début des années 2000, portée par des enseignes comme H&M et Zara, a doublé la production de vêtements en 15 ans, passant à 100 milliards le nombre d’articles vendus chaque année dans le monde(4), jusqu’à saturer les armoires de ses client.e.s et les associations de collecte de vêtements. La mode éphémère à bas prix est basée sur la surconsommation : Zara renouvelle ses collections 24 fois par an(5) grâce à des flux logistiques tendus (6). Ce n’est plus la qualité qui prime mais le plaisir d’achat et de la nouveauté.

C’est pourquoi, ces 20 dernières années, les vide-greniers ont vu se développer de nouveaux canaux de distribution du marché de l'occasion : les boutiques vintage de pièces iconiques ancrées dans le patrimoine du siècle dernier les friperies streetwear et les dépôts-ventes haut de gamme se sont virtualisés afin de ne plus rester cantonnés aux centres-villes tendances et ainsi toucher une plus grande clientèle. De cette manière, en 2019, 40% de Français déclaraient avoir acheté des vêtements d'occasion durant l’année (7).

Les mastodontes européens

Fast Fashion

La monétisation de ce nouveau marché a fait éclore sur le web trois mastodontes Européens entre 2008 et 2009 :

1. Vestiaire Collective est le site internet français de dépôt-vente luxe et haut de gamme. Devenu leader Européen, il est numéro un du secteur en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne et en Italie. Il s’est implanté aux Etats-Unis en 2015 et en Asie-Pacifique (Japon et Corée du Sud) depuis peu. Sa réputation s'est faite sur l'authentification des pièces qui transitent automatiquement entre les mains des 17 experts(8) du siège Tourcoing, en France. Toutefois, pour une mode seconde main «plus écologique», il est maintenant possible de faire de l’envoi direct entre client pour des pièces de moins de 200 euros. Aussi, le pays où se trouve l’objet est désormais précisé à l’acheteur qui pourra restreindre ses distances d’achat... s’il le souhaite. Actuellement Vestiaire Collective emploie 400 personnes pour un chiffre d’affaire annuel estimé à plus de 100 millions d’euros en 2016 (9). Grâce à ses levés de fond auprès de sociétés d'investissements mas également groupes de luxe, il est devenu une « licorne » en mars 2021 (10), c'est-à-dire une startup évaluée à plus d’ 1 milliard d’euros.

2. Vide Dressing, devenu filiale du site de petites annonces en ligne Le Bon Coin en 2018, avec une cinquantaine d'employés, réalise un chiffre d'affaire annuel de 35 millions(11) d’euros parmi un très large choix de marques haut de gamme.

3. Enfin, l’application Lithuanienne Vinted. Disponible dans 5 pays internationaux dont cinq connectés entre eux (France, Belgique, Luxembourg, Pays - Bas et Espagne), elle compte 30 millions de membres en Europe, dont plus d’1/3 en France. Vinted écoule 2,2 articles(12) toutes les secondes dans un catalogue qui en compte 120 millions (13). Depuis 2019, avec seulement 700 employés, Vinted est devenue une « licorne » grâce à ses nombreuses levées de fonds d’investissement. Sa réussite spectaculaire repose sur des frais de vente minimes, à la charge de l'acheteur. Vendre devenant gratuit, l’offre spectaculaire de vêtements et accessoires de mode est allée crescendo. De plus, l’application à portée de main, vitrine constamment renouvelée, Vinted propose un geste d’ achat simplifié au possible. Une fois les codes bancaires enregistrés, la commande se passe en seulement 2 clics. Rapide... fast fashion.

Une croissance du poids de la seconde main

À ce jour, la seconde main mondiale est évaluée entre 25 et 34 milliards d’euros, soit 2% du poids total de la mode et du luxe, et connaît une croissance parmi les plus rapides (de 15 à 20% sur les 5 prochaines années). Preuve de cette nouvelle manne économique, depuis 2018 des marques et revendeurs de mode globalisée ont ouvert (ou ont en projet d’ouvrir) leurs propres plateformes d’occasion en ligne comme Kiabi Zalando, Camaïeu, La Redoute... De son côté, en 2019, H&M a pris le contrôle du site de mode d'occasion Suédois Sellpy afin qu’il s’internationalise. Des marques comme Eram, Pimkie, Gemo... ont même développé des corners dans leurs boutique.

A lire la suite de cet article : Mode seconde main : l'achat d'occasion, plus polluant que ce que l'on pense

Notre experte :

Designer et scénographe, diplômée d’un Master avec une spécialité éco-conception, cela fait maintenant plus de 10 ans Julie Carbonaro travaille auprès d’industriels et fabricants du monde entier.

Elle a mis en place le site internet Utopylogie afin d’accompagner les consommateurs, les aider à démêler et comprendre les enjeux et les mécanismes de l’industrie et ainsi leur permettre d’arbitrer parmi l’abondance d’offres et d’arguments commerciaux.

Le site internet : Utopylogie.
Vous pouvez aussi la trouver sur Instagram et Facebook.

Sources :

1- Data Lab, Chiffres clés du climat France, Europe et monde, Ministère de la transition écologique, 2021 https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/edition-numerique/chiffres-cles-du-climat/1-observations-du-changement-climatique
2- Le cycle de vie, un outil pour se poser les bonnes questions, Utopylogie, 2020 https://utopylogie.wordpress.com/2020/07/10/cycledevie/
3- Lien de téléchargement, A new textile economy : redesigning fashion’s future, Ellen Mac Arthur Foundation, 2017 https://www.ellenmacarthurfoundation.org/assets/downloads/publications/A-New-Textiles-Economy_Full-Report_Updated_1-12-17.pdf
4- La mode sans dessus dessous, Ademe et Qu’est-ce qu’on fait ?!, 2017 https://multimedia.ademe.fr/infographies/infographie-mode-qqf/
5- CO2, eau, microplastique : la mode est l’une des industries les plus polluantes du monde, Le Monde, 2019 https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/09/01/co2-eau-microplastique-la-mode-est-l-une-des-industries-les-plus-polluantes-du-monde_5505091_4355770.html
6- Glossaire, définition : fast fashion, e-marketing https://www.e-marketing.fr/Definitions-Glossaire/Fast-fashion-241796.htm#
7- Business de la friperie : comment le marché s’est professionnalisé, Les Echos, 2019 https://start.lesechos.fr/societe/culture-tendances/business-de-la-friperie-comment-le-marche-sest-professionnalise-1174952
8- Dans le fringant entrepôt de Vestiaire Collective, M le Mag, 2019 https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/11/16/dans-le-fringant-entrepot-de-vestiaire-collective_6019447_4500055.html
9- Vestiaire Collective franchit un nouveau cap, Fashion Network, 2017 https://fr.fashionnetwork.com/news/vestiaire-collective-franchit-un-nouveau-cap,785203.html
10- Page Wikipédia : licorne (économie) https://fr.wikipedia.org/wiki/Licorne_(%C3%A9conomie)
11- Vinted, onglet À propos https://www.vinted.fr/about
12- Le marché du vêtement d’occasion se structure, Le Point, 2020 https://www.lepoint.fr/art-de-vivre/le-marche-du-vetement-d-occasion-se-structure-10-10-2020-2395724_4.php 13- Les chiffres fous de Vinted en France, Challenges, 2019 https://www.challenges.fr/services-et-distribution/les-chiffres-fous-de-vinted-en-france_679050

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire