Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Après 50 ans

Accueillir sa ménopause pour une sexualité épanouie, les conseils d'une coach

Repenser sa vie sexuelle après la ménopause
Repenser sa sexualité à la ménopause, voici pourquoi et comment ne pas culpabiliser.
cottonbro / Pexels
Un oeil nouveau sur le monde Autre regard
Laurane Wattecamps
Par Laurane Wattecamps
le 24 mars 2021

Dans son étude datée de janvier 2020, la Royal Society de Londres affirmait que "la ménopause pouvait être retardée par des rapports sexuels fréquents". Laurane Wattecamps, coach en sexualité à Bruxelles, nous partage ici son retour tolérant et bienveillant sur l'envie de retarder la ménopause chez certaines femmes.


Partenaire

Dans cette étude publiée par la Royal Society, les scientifiques Megan Arnot et Ruth Mace écrivaient que les femmes en âge d'être ménopausées et actives sexuellement (au moins un rapport par semaine), ont 28% de chances en moins que les autres d'entrer en ménopause. Laurane Wattecamps, coach en sexualité, nous explique ici l'importance de ne pas forcer son corps à quoique ce soit, et celle d'accueillir les phénomènes naturels de notre corps.

Une vision culpabilisante de la ménopause

J’ai tendance à croire que des études comme celle-ci sont utiles pour davantage comprendre comment fonctionne le corps humain et les facteurs qui l’influencent. Néanmoins, comme on peut le lire dans la conclusion de l’étude : "la ménopause est inévitable pour les femmes, et il n'y a aucune intervention comportementale qui empêchera l'arrêt de la reproduction". Il ne faut pas tirer des conclusions qui pourraient être très culpabilisantes. À la suite de cette lecture, imaginez si des personnes se forcent à faire l’amour pour retarder la ménopause… Ça pourrait avoir une incidence problématique sur leur vie sexuelle. Tout simplement parce qu’on ne doit jamais se forcer à avoir des rapports sexuels si on n’en a pas envie.

La ménopause comme phénomène naturel

Que signifie la ménopause finalement ?

C’est l’arrêt des cycles menstruels par une diminution de la production des hormones de reproduction, soit la progestérone et l’œstrogène, ce qui empêchera la venue des règles et une éventuelle grossesse. Cet arrêt : qui peut-être progressif, on parle alors de peri-ménopause, ou de post-ménopause quand il n’y a plus de règles pendant une année complète, peut provoquer des symptômes :

  • bouffées de chaleur
  • sécheresse vaginale
  • fatigue
  • humeur dépressive
  • changement physique (gonflements par exemple)
  • diminution de la libido, etc.

Une vie sexuelle repensée après la ménopause

C’est une étape tout à fait naturelle dans la vie d’une femme mais qui peut apporter, dans certains cas, de l’inconfort, et qui peut être accompagnée de questionnements, notamment sur la vie sexuelle. À l’inverse, certaines femmes vont vivre la ménopause comme une libération puisqu’elles n’auront plus toute la charge mentale qui entoure le risque de grossesse indésirée par exemple. En se libérant de ce poids, elles ont la sensation très excitante de vivre une nouvelle vie et parviennent à lâcher prise. Des témoignages parlent même de la découverte de l’orgasme passé 50 ans.

>>A lire sur FemininBio Ménopause : au-delà des symptômes, la vivre en conscience

La ménopause se vit donc de façon très personnelle et demande aussi un temps d’adaptation. Heureusement, ça ne signifie pas que vous devez arrêter les rapports sexuels. Notre clitoris, seul organe dédié au plaisir du corps humain, ne disparaît pas avec la ménopause. De même que les caresses et les moments de tendresse qu’on peut échanger avec son/sa partenaire.

Comment stimuler sa libido pendant sa ménopause ?

Néanmoins, si la perte ou la diminution du désir sexuel implique une souffrance psychologique, il y a des choses à mettre en place pour stimuler la libido. Dans le cadre de mes consultations, je propose un accompagnement sur-mesure selon la personnalité de la personne (et du couple si couple il y a).

Mais je pense toutefois pouvoir déjà conseiller de façon générale de réveiller le désir avec des supports dont c’est le but : livres érotiques, podcasts sensuels, films hot, etc. vont stimuler l’imagination et aider le corps à retrouver des sensations. Et ce corps justement, pourrait avoir besoin d’un peu d’aide pour pallier une éventuelle sécheresse vaginale. N’hésitez surtout pas à utiliser des lubrifiants pour amener du confort.

>>A lire sur FemininBio Gérer sa ménopause grâce à l'ayurvéda

Aussi, il ne faut pas oublier qu’en règle générale, on désire ce que l’on n’a pas. C’est-à-dire que le désir a besoin d’espace pour se manifester. Un·e partenaire insistant·e risque donc de creuser un fossé. Il est davantage conseillé de s’offrir des rendez-vous sans penser à un «happy ending» mais plutôt dans le but de retrouver ou maintenir une complicité, qui à terme, pourrait éventuellement rapprocher les amants. La surprise, la nouveauté, le fait de bousculer ses habitudes, toutes ces choses seront de bons stimulants. Si malgré tout, vous ressentez un mal-être, un inconfort persistant ou quoique ce soit qui vous alarme, n’hésitez pas à consulter un médecin.

Notre experte

Diplômée d'un master en information et communication, Laurane exerce depuis dix ans en tant que journaliste sexo. Particulièrement à l'écoute et bienveillante, elle a voulu se servir de ses atouts pour aider les gens à mieux vivre leur sexualité, raison pour laquelle elle a repris des études universitaires afin de devenir sexologue. Elle consulte dans son cabinet à Bruxelles (Belgique) mais aussi en visio.
Son site : lauranewattecamps.com
Son Instagram : Sexplique_moi

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire