Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Bilan Positif 2020

"Nos points communs signent la promesse de nouveaux lendemains", le bilan de Jean-Marie Muller

Jean-Marie Muller
Jean-Marie Muller est enseignant en croissance humaine et médium
Plume Positive 2020 : nos personnalités préférées partagent leur bilan de l'année
Rédaction
Par Rédaction
le 29 décembre 2020

Médium et enseignant, Jean-Marie Muller a été poussé dans ses derniers retranchements cette année. S'il a traversé des épreuves, c'est aussi durant cette année qu'il a rencontré l'amour. Et c'est justement d'amour et de conscience qu'il souhaite illuminer le monde pour 2021. Merci cher Jean-Marie.


Partenaire

Qu'allons-nous retenir de cette année 2020 particulièrement forte en énergies ? Afin d'aborder 2021 dans les meilleures dispositions, nous avons proposé à nos figures d'inspiration de partager avec nous tout le positif qu'elles retiendront de cette période chamboulée.

Enseignant en croissance humaine, médium, Jean-Marie Muller ose librement remettre en question certains principes des courants de pensées actuels et passés. Il est également reconnu pour son travail thérapeutique d’exception. Il propose des enseignements fondamentaux pour se libérer de la souffrance, de la maladie et pour solutionner les difficultés du quotidien. Il a déjà aidé des milliers de personnes à travers le monde à oser se redresser, à révéler leurs potentiels et à vivre pleinement leur vie.

Quel est votre bilan positif de 2020 ?

Je ris encore en lisant cette question, car à vrai dire me sont venues plutôt les situations d’apparence « négative ». Je songe à tous les moments difficiles qui m’ont bousculé ces derniers mois… Je crois qu’il est souvent dans la nature humaine d’avoir besoin d’exprimer la souffrance, le pesant, d’abord, avant de passer à des considérations plus légères. Ceci dit, le bilan positif de 2020 reste pour moi une année de renaissance, d'apprendre à faire autrement justement parce qu’elle a été semée d’embûches ! Ces difficultés m’ont permis d’encore mieux me connaître et de découvrir les points de fragilité dont je devais m’occuper. Je me suis rendu compte que j’avais encore du mal à m’aimer et à aimer le monde, que je devais nourrir encore bien davantage la bienveillance, la tolérance, la douceur en moi. Malgré les aléas de l’existence, malgré les tressaillements du monde, je veux être capable de mieux accepter les situations de la vie et de mieux aimer et comprendre mon prochain.

Par ailleurs, par-delà toutes les expériences pas toujours faciles à vivre de 2020 et peut-être même grâce à elles, j’ai le sentiment qu’un nouvel élan de fraternité est en train de naître en moi et dans le monde. On réalise que ce ne sont pas nos divergences mais plutôt nos dénominateurs communs qui signent la promesse de nouveaux lendemains ; des lendemains où les gens se parlent, se lient, où l’on se respecte les uns les autres, où on respecte la nature, les animaux, où les ressources sont partagées, où l’on sort de l’ère de la compétition pour entrer dans une dynamique de partage et d’entraide.

Bilan positif car 2020 m’a vraiment bousculé pour oser faire de nouvelles choses, amorcer des projets inédits et aller là où je n’aurais pas forcément été en temps « normal » ! À croire que tous ces chamboulements auraient été orchestrés pour nous confronter à nos plus grandes peurs… et les dépasser.

Enfin, si je peux parler de bilan positif en 2020, c’est que j’y ai rencontré l’Amour. Comme quoi les masques et les antiseptiques n’empêchent pas les âmes qui doivent se rencontrer de se retrouver…

Si vous aviez une baguette magique et que vous pouviez l’utiliser dès maintenant, que feriez-vous ?

Tellement de choses ! D’un coup de baguette magique, je ferais en sorte que les gens puissent faire ce qu’ils aiment profondément, que tout le monde vive dans l’abondance dans tous les domaines, que chacun respecte la nature et le vivant, que la conscience et l’amour illuminent le monde en une fraction de seconde…

Si vous deviez retirer une clé de compréhension majeure qui s’est révélée à vous cette année, ce serait quoi ?

Cette année, s’est révélée à moi, plus fort que jamais, la nécessité de lâcher prise et de tout relativiser. 2020 nous a rappelé que rien n’était permanent ni acquis, que tout pouvait changer du jour au lendemain… Cette prise de conscience amène à revenir à l’essentiel, à trouver de la joie dans les petits bonheurs simples. Plutôt que de passer notre temps à combler nos manques, ou de courir sans cesse pour pallier nos blessures et pour anesthésier nos peurs, accepter les inconforts de la condition humaine, évoluer en légèreté et profiter des relations et de tout ce que la vie a à nous offrir.

Une astuce pour ne pas céder à la peur / au stress ambiant ?

Une astuce anti-stress essentielle en cette période : prendre le temps, régulièrement, de libérer ses émotions. Plus on ravale nos peurs, plus on est stressé. Il est important d’extérioriser ce qui nous préoccupe, en bougeant, en exprimant des sons libérateurs, en tapant dans des coussins, en dansant et chantant en toute spontanéité... Utiliser son corps et sa voix plusieurs fois par jour pour que l’énergie circule.

Autre astuce : ne pas passer sa vie derrière les écrans ! Il ne s’agit pas de les proscrire mais simplement de prendre soin de ce que l’on consomme virtuellement. Limiter notre absorption de contenus anxiogènes, par exemple en ne regardant le journal de 20h00 qu’une fois par semaine et pas tous les jours. Idem les réseaux sociaux choisissez les contenus et, même s’ils peuvent être intéressant et qu’ils dénoncent une vision unique de la situation que nous traversons, faites-le de manière à pas sombrer dans la surconsommation d’information car cela va vous affecter négativement. Sinon nos peurs entrent en résonance avec celles du monde entier et nous nous laissons emporter dans un torrent d’émotions qui obstrue notre flux d’énergie. Autorisons-nous à oublier ce qui se passe quelques instants, à sortir de la réalité que l’on nous propose trop souvent pour vivre le beau et continuer à rêver. Cela ne veut pas dire vivre dans le déni et l’inaction mais apprendre à se nourrir du beau et de l’amour en prédominance.

Avez-vous envie de partager une phrase, un mantra, un rituel, une pratique ou autre pour bien finir l’année ?

Je partagerais une pratique très simple mais infiniment bienfaisante : celle des déclarations d’amour. Prenez du temps pour dire à vos proches combien vous les aimez. « Grâce à toi, j’ai pu traverser ce moment difficile, tu as toujours été là pour moi, tu es essentiel dans ma vie… ». Ce genre de déclaration fait tellement de bien à qui les dit et qui les entend.

Et parmi les destinataires de vos déclarations d’amour, ne vous oubliez pas ! Accordez-vous des moments pour vous offrir des mots doux et gratifiants : « Tu es un être merveilleux, plein de lumière et d’amour, tu es courageux et tu donnes toujours le meilleur de toi-même… Tu es magnifique. » Soyez bienveillant et tendre avec vous-même, c’est le plus beau cadeau que vous pouvez vous faire… et faire au monde.

Et une citation du livre La Puissance de l'Être : Le plus grand bonheur de ma vie, c'est quand j'ai découvert que partout pouvaient pousser des roses

La puissance de l'être, Jean-Marie Muller
(©Editions Guy Trédaniel)

Jean-Marie Muller est l'auteur du livre La Puissance de l'Être, paru aux Editions Guy Trédaniel.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire