Zen

Christophe André "En vacances, je multiplie les moments de contemplation"

Publié le 7 août 2019
Fondatrice de FemininBio, directrice de collection aux Editions Eyrolles, créatrice de Métamorphose le podcast qui éveille la conscience. Folle de nature, de Wutao, de running et par dessus tout de l'évolution de la conscience de l'être humain ;-)
"La non-action n'est pas l'inaction, mais l'effort de se sentir vivant à un moment donné, dans un endroit donné."
"La non-action n'est pas l'inaction, mais l'effort de se sentir vivant à un moment donné, dans un endroit donné."
© DR

Retrouver le plaisir de la simple présence, voilà l'opportunité que nous offre le temps des vacances. Spécialiste de la psychologie des émotions, Christophe André s'est prêté au jeu du portrait chinois pour nous parler de cette période de l'année tant attendue. Une interview à écouter dans le Podcast Métamoprhose.

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #24 août-septembre 2019

Le plus célèbre et sympathique des psychiatres partage aussi quelques conseils pour en profiter pleinement, comme celui-ci : "La non-action n'est pas l'inaction, mais l'effort de se sentir vivant à un moment donné, dans un endroit donné." Joli programme pour des vacances en pleine conscience !

La méditation en pleine conscience, c'est plutôt à 6 heures du matin en mode Miracle Morning, juste avant l’apéro ou après le vélo ?

Un peu tout ça! Je suis un lève-tôt. En vacances, comme le reste de l'année, à 6 heures du matin je prends 10 à 15 minutes pour faire un exercice d'assise silencieuse. Mais la méditation, ce n'est pas uniquement être assis tout seul dans son coin en silence. C'est aussi des moments de recueillement alors que l'on est engagé dans des actions ou des interactions. Pendant un apéro avec des amis il m'arrive de me mettre un peu en retrait dans ma tête pour profiter de l'instant présent: ce qu'il y a dans mon verre, l'amitié qui circule entre nous, le bleu du ciel...

Une soirée de fête, c'est une virée en boîte de nuit ou un bal musette? Un verre de sirop bio ou un mojito ?

Certainement pas les boîtes de nuit, j'ai toujours détesté ça! Ce sont les pires endroits au monde, on ne peut pas parler, on n'entend rien, le bruit défonce les oreilles, ça coûte cher, on se marche sur les pieds... Quand j'étais jeune et que je m'y retrouvais, je n'avais qu'une obsession, en repartir ! 
Quant à la boisson, mojito, évidemment ! Je préfère avoir un peu d'alcool dans mon verre: j'aime bien la sensation du début d'ivresse, quand on perd très légèrement le contrôle de son cerveau. Je ne parle que des soirées de fête, évidemment !

Votre lieu de méditation préféré en vacances: en pleine nature dans les Cévennes, en marche sur le chemin de Compostelle ou en mer sur un bateau ?

Là encore, j'ai envie de répondre "un peu tout ça"! En fait, j'aime les lieux où je peux m'immerger dans la nature, ils facilitent la démarche méditative. Les Cévennes, l'Aubrac... c'est magnifique. Ça me rappelle mon enfance, et ce sont des lieux apaisants où les choses se font calmement, lentement. Je pratique aussi beaucoup la marche et la randonnée, cela pacifie l'esprit et aide à y voir plus clair. Ce n'est pas un hasard si beaucoup de philosophes aimaient réfléchir en marchant et expliquaient que cela fécondait leur réflexion.

En vacances, vous méditez plutôt 5 minutes, 20 minutes ou 1 heure par jour ?

Ce n'est pas plus facile de méditer pendant les vacances, au contraire! Il faut parfois se forcer, sinon on se dit que ce n'est pas la chose la plus urgente à faire de la journée. Certes, ce n'est pas urgent, mais c'est important. Et il ne faut jamais négliger ce qui est important. Ceci dit, en vacances, comme je suis moins sous pression, je médite moins longtemps le matin. Par contre, je multiplie les petits moments de contemplation tranquille au cours de la journée. Quand on est vacances dans un très bel endroit, ça devient évident de prendre le temps de s'arrêter pour en profiter.

En vacances en famille, la méditation, c'est plutôt un rendez-vous tous ensemble ou chacun fait ce qu’il veut ?

Mon épouse et mes filles ont longtemps été réticentes. Elles s'y sont presque toutes mises depuis quelques années. Je ne connais pas la pratique méditative de mes filles, je crois qu'elles ont compris le truc et intègrent dans leurs journées des petits temps de pause, de contemplation. Mais vous ne verrez jamais la famille André réunie tous les matins en position du lotus sur la terrasse! Nous, c’est plutôt le genre tribu gauloise que légion romaine!

Pour vos prochaines vacances, vous hésiteriez plutôt entre un stage de tantrisme cachemirien, une retraite dans un monastère ou un cercle d'hommes ?

Je ne connais pas les cercles d'hommes, mais entre mes amis et le groupe de rugby, j'ai ce qu'il me faut en la matière!
Le tantrisme cachemirien, ça ne m'attire pas plus que ça. Ce qui me fait vraiment envie, c'est une retraite dans un monastère. J'en fais régulièrement et j'en suis fan! Une partie de moi est attirée par la vie monastique. La lenteur, le calme, le silence, les prières, les moments de contemplation, ce sentiment d'être hors du monde mais pas trop loin non plus... Quand j'y vais deux semaines, ça me fait du bien. Je ne sais pas si j'aurais été capable d'y passer une vie entière!

En vacances, vous aimez plutôt partager un voyage initiatique en famille, un retour à la maison familiale ou une expérience inédite en terre inconnue ?

Nos histoires personnelles font qu'il n'y a pas de retour possible dans une maison familiale, mais j'aurais adoré connaître un tel lieu, rempli d'objets qui sont là depuis plusieurs générations. Donc, les vacances en famille, c'est un voyage. Mais comme tous les anxieux ou anciens anxieux, je n'aime pas avoir trop d’incertitudes à gérer en même temps. La découverte, d'accord, mais pas trop aventureuse! Généralement, on part visiter un pays, une région ou une ville. Cette année, ce sera randonnée en Irlande.

Loin du travail, tu moulines sur tes projets rentrée, tu arrives à faire le vide complet ou tu fais le bilan de l'année écoulée ?

Comme pour la plupart des gens, il me faut un peu de temps pour atterrir et arrêter de travailler dans ma tête. Mais on peut arrêter de pédaler et avancer quand même: il suffit de descendre du petit vélo et continuer à pied! D'ailleurs, après deux ou trois jours, j'arrive à profiter de mes activités et non-activités de la journée. Avec l'âge, je réussis de mieux en mieux à perdre la notion du temps et à n'avoir plus aucune pensée relative au travail pendant les vacances. C'est délicieux!

Un rituel d'été qui vous fait du bien ?

Faire l'effort de lâcher les écrans. À cause d'eux on peut ne jamais déconnecter du travail et du mental. C'est moins facile aujourd'hui de se retrouver réellement en vacances. Mais il faut s'en affranchir, sinon la tension ne retombe jamais vraiment.
Un conseil pour ceux qui ont du mal à s'en séparer: fixez-vous des règles dès le premier jour des vacances. Décidez d'un moment et d'une durée de consultation, forcez-vous à ne pas les consulter en dehors de cette plage horaire et choisissez que ce ne soit ni le premier ni le dernier geste de la journée !

Quel est le plat que vous réussissez le mieux en été ?

J'ai longtemps été un très mauvais cuisinier, et d'ailleurs, je mangeais mal: j'étais capable de prendre un reste de pizza et un Coca en guise de petit déjeuner!
Quand je suis devenu père, j'ai eu envie d'offrir des bons repas à mes filles. Je réussis les choses simples, comme des riz parfumés avec des épices et des petits légumes. Même si je suis en train de basculer vers le végétarisme, de temps en temps je cuisine encore des supions à la sétoise (sorte de petites seiches, ndlr), en suivant la recette de ma grand-mère. Les plats élaborés, ça m'ennuie, c'est compliqué et je trouve que l'on perd le goût des aliments. Je préfère déguster de bons ingrédients bruts: des tomates du marché avec un filet d'huile d'olive et des feuilles de basilic du jardin, par exemple.

Retrouvez l’intégralité de cette interview depuis le 22 juillet 2019, dans le podcast "Métamorphose", par Anne Ghesquière

Le dernier livre de Christophe André : "Le temps de méditer", paru aux éditions L'iconoclaste. Le livre de l'émission de France Inter, avec des exercices inédits et en bonus un CD d'exercices pour découvrir concrètement cette pratique avec 9 méditations de base.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles de la même rubrique
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !