Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Grossesse épanouie

Accouchement : la liberté de donner la vie 

Accouchement : la liberté de donner la vie
"L’accouchement est une expérience initiatique. Il invite à faire preuve d’autant de confiance en soi que de souplesse et d’ouverture aux aléas et aux circonstances"
Céline Chadelat
le 16 août 2020
La période que nous traversons est régentée par un cortège de nouvelles normes et restrictions qui impactent les femmes qui accouchent. Et si nous le prenions comme le signe qu'il est grand temps de reprendre le pouvoir sur notre accouchement, ce moment si exceptionnel de notre existence ? 
Partenaire

Cet article a été publié dans le magazine #29 juillet-août 2020

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

Pour les futures mamans, donner la vie dans ce monde en forme de point de suspension peut être cause de stress et d’anxiété. Les pères sont-ils autorisés à être présents à l’accouchement et en suite de couches ? Aurais-je accès à la péridurale si j'en souhaite une ? Certains protocoles du milieu obstétrique moderne se dissolvent ou sont renforcés. Dès lors, comment vivre un post-partum reposant et recevoir suffisamment d’aide alors que ma famille et mes amis sont loin ? 

La maternité est un sujet qui vous touche ? Découvrez Si Mère ! Le Podcast de maternage féministe, présenté par FemininBio en partenariat avec Radio Médecine Douce et Biostime.

Dans ces temps où le cours de nos vies vacille, où nos repères disparaissent, de formidables possibilités émergent. Comme celle d’ouvrir notre conscience à des dimensions profondes de notre être pour activer nos puissantes ressources intérieures. Ce qui se passe aujourd’hui avec l’instauration de mesures sanitaires strictes est une situation inédite. Pourtant, dans cette situation, nous pouvons aussi faire jaillir notre élan vital, qui nous vient de notre intuition. 

Empowerment et maternité 

Quand j’écrivais mon livre Le Mois d’Or, Bien vivre le premier mois après l’accouchement, avec mon amie Marie Mahé-Poulin, un des conseils que nous recevions était « Surtout, il ne faut pas faire peur aux femmes enceintes ». Minorer la réalité est justement ce que nous voulions éviter, car nous savons que les femmes disposent de ressources intérieures suffisantes pour se préparer à bien vivre l’après-accouchement. Vivre un Mois d’Or, c’est remettre la femme au centre du jeu. C’est lui redonner sa pleine puissance. Quand on sait ce qui se joue au niveau de l’identité psychique d’une femme lors de l’accouchement et durant ses premiers pas sur le chemin de sa maternité, cette période de plusieurs semaines après la naissance mérite qu’on s’y attarde. L’information, l’organisation et la communication deviennent nos alliées. La connaissance amorce des prises de conscience transformatrices, le savoir donne le pouvoir de transformer notre réalité. Mais, à condition de revenir à soi et de se faire confiance, d’être dans une démarche d’« empowerment» pour se réapproprier ces moments de notre vie. Sachons aussi écouter d’autres voix plutôt que les chaînes d’information; celle de la Nature est particulièrement réconfortante. Elle nous porte, nous nourrit.

>> A lire sur FemininBio Mois d'or : bien vivre le premier mois après l'accouchement

Avant l’accouchement vous pouvez passer du temps à l’écoute du ciel. Le petit matin, au lever du soleil et le soir, au coucher, sont des moments très bénéfiques pour soi-même et l’enfant que l’on porte. Les rayonnements purs du soleil couchant transmettent quant à eux une énergie subtile de chaleur et d’amour.  À mesure que l'on sacrifie les femmes et les familles sur l'autel de la sécurité sanitaire, choisir d'accoucher dans une maison de naissance ou chez soi lorsque la grossesse est dite "à bas risque" est une décision que nous allons être de plus en plus nombreuses à prendre. Et c'est tant mieux ! En faisant ce choix, nous nous relions à nos instincts, à notre puissance de vie. C'est une épreuve et un cadeau pour la suite de notre vie de mère. L’accouchement est une expérience initiatique. Il invite à faire preuve d’autant de confiance en soi que de souplesse et d’ouverture aux aléas et aux circonstances. Un exercice de transcendance dont nous sommes tout à fait capables. Car oui, les femmes possèdent cette capacité innée à enfanter.  

L’expérience des limites, c’est l’expérience du post-partum

Les restrictions, en particulier celles des déplacements, nous posent aussi des limites. Que faire de ces limites ? Comment les transformer en une expérience positive? L’expérience des limites, c’est précisément ce qu’on s’apprête à vivre en post-partum : une capacité de se mouvoir limitée, la fatigue qui s’accumule, le rythme du bébé, les pleurs, les déplacements nécessitant une solide logistique. Or, pendant cette période, les femmes ont besoin de retenue, de repos, d’un cocon douillet pour retrouver leurs propres limites corporelles et psychiques après « l’éclatement » de l’accouchement et le vide laissé par la sortie du bébé. Vous aurez besoin de vous sentir contenue, de vivre un moment d’intimité et de délicatesse.

>> A lire sur FemininBio Accoucher avec une doula pour une naissance sereine

Ce monde qui tourne au ralenti est une belle possibilité. Alors que les effets de la pandémie ont transformé jusqu’à nos rapports sociaux et l’attention que nous portons aux autres, cette phase de transition est parfaite pour les jeunes mamans. En temps normal, de nombreuses femmes peuvent se sentir frustrées de voir que le monde autour d’elles poursuit sa frénésie alors qu’elles se sentent limitées dans leurs mouvements et souvent isolées avec la charge de leur bébé. C’est donc le moment parfait pour infuser plus de lenteur, plus de temps dans votre vie. Le temps est un trésor, c’est de l’or pur. En vous accordant du temps pour simplement ne rien faire et vous reposer, vous offrez du respect à vous-même et à votre bébé. Or, le respect c’est de l’attention et l’attention, c’est de l’amour.  Dans cette écoute active de ce qui est important pour vous se tapit la précieuse énergie dont les femmes ont tant besoin pour recouvrer leurs forces en post-partum. Quelques semaines plus tard, le temps que vous vous serez accordé en posant de nécessaires limites vous permettra de vous ouvrir au monde avec sérénité.

Enfin, une femme en postnatal a besoin de choses simples: une nourriture cuite et chaude, de la chaleur humaine, quelques personnes dévouées autour d’elles pour l’épauler et soulager la nouvelle vie de famille. C’est l’expérience du Mois d’Or, celle que des millions de femmes à travers le monde ont vécu. Et qui est toujours pratiquée dans certaines régions du monde, comme en Chine. N’oublions jamais que nous sommes puissantes et qu’au travers notre capacité à créer la vie nous pouvons faire naître de nouvelles réalités.

Notre experte

Journaliste et enseignante de méditation, Céline Chadelat est l'auteure de Le Mois d’Or, Bien vivre le premier mois après l’accouchement, paru aux presses du Châtelet. 

 

 

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire