Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Désherbant RoundUp, danger pour la santé ?


le 23 janvier 2012
Une nouvelle étude démontre les dangers d’un désherbant produit par Monsanto, le RoundUp. Le professeur G.-E. Séralini tire la sonnette d’alarme.

Partenaire

Désherbants RoundUp, danger pour la santé

Depuis le temps, on se doute bien qu’un désherbant ne fait pas bon ménage avec notre santé. Mais lorsqu’une étude vient le confirmer, la consternation s’impose : pourquoi ces produits sont-ils encore autorisés ? Cette fois-ci, c’est le professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen Gilles-Eric Séralini et son équipe qui ont mis en évidence le caractère de perturbateur endocrinien du Round Up même à très faible dose.

L’étude a été faite in vitro sur des rats et portait sur la molécule de glyphosate, un herbicide total. Les résultats montrent 50 à 10000 ppm de glyphosate suffisent à déclencher des nécroses (mort des tissus cellulaires) et l’apoptose (processus d’autodestruction des cellules sur indication du système génétique) sur les cellules testiculaires de rats. Plus grave encore, 1ppm (soit 1 mg/kg) de glyphosate suffit à créer des effets de perturbation endocrinienne !

Il n’en fallait pas plus pour que l’équipe caennaise monte au créneau. Le glyphosate est en effet la molécule active principale du désherbant RoundUp, le plus vendu au monde et produit par Monsanto. Or on retrouve du glyphosate dans ces proportions dans les urines d’agriculteurs.

C’est donc une dose « environnementale », autrement dit qui se retrouve dans les champs, au contact possible de tous. L’équipe du professeur Séralini souligne dans son rapport qu'une perturbation hormonale des cellules testiculaires pourrait induire des perturbations de la reproduction et du nombre de spermatozoïdes.

Ce n’est pas la première fois que le professeur et son équipe s’attaque à Monsanto et à ses produits. Le professeur est en effet à la pointe de la recherche anti-OGM, notamment grâce au CRIIGEN (Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie GENétique), qu’il a créé en 1998 avec Corinne Lepage et Jean-Marie Pelt. Déjà en 2009, l’équipe du professeur Séralini avait travaillé sur le RoundUp et tiré des conclusions négatives, notamment pour les femmes enceintes.

Pourtant, il existe aujourd'hui de nombreuses alternatives à ce produit comme par exemple les herbicides labellisés bio ou encore des astuces maison vraiment écologiques.

Claire Sejournet
Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire