Télévision

Retour sur l'enquête choc d'Envoyé Spécial sur le glyphosate

Publié le 18 janvier 2019
"Pourquoi les élus n’ont-ils pas voté l’inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate ?"
"Pourquoi les élus n’ont-ils pas voté l’inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate ?"
© Envoyé Spécial

Ce jeudi 17 janvier 2019 à 21 heures, c'est le glyphosate, contenu dans l'herbicide Roundup de Monsanto, qui était au menu pour les téléspectateurs d'Envoyé Spécial. Pour l'occasion, Elise Lucet avait invité des personnalités à participer à l'expérience du "glyphotest".

Principal ingrédient du tristement célèbre désherbant "Roundup", le glyphosate est une substance classée cancérogène probable par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) depuis 2015. Même si les particuliers ont interdiction depuis le 1er janvier d'acheter ces pesticides de synthèse, et que l'une de ses formes (le Roundup Pro 360 utilisé surtout en viticulture) vient d'être interdite à la vente par le tribunal administratif de Lyon, le Roundup reste pourtant l'herbicide le plus vendu en Europe.

Interdiction du glyphosate ? La position du gouvernement français

En septembre dernier, l'assemblée avait une nouvelle fois rejeté l'ensemble des amendements proposant son interdiction totale d'ici trois ans. En alternative, l'Etat avait proposé le site glyphosate.gouv.fr, pour "aider" les agriculteurs à sortir du glyphosate. Seulement deux d'entre eux se sont engagés sur la plateforme. 

"Envoyé Spécial : glyphosate, comment s'en sortir ?" une émission rythmée par plusieurs reportages. (Revoir le programme en replay ici)

  • Glypho or not glypho

Une expérience inédite met en scène deux céréaliers aux méthodes diamétralement opposées : "l’un est pro-glyphosate, l’autre 100% bio". Pendant 48 heures, ils échangent leurs exploitations, chacun devant convaincre l'autre de ses méthodes. L'objectif : connaître l'avis des agriculteurs sur la question.

  • Citoyens et célébrités, ils passent le glyphotest 

Elise Lucet propose à un groupe de personnes, dont 15 célébrités (Thierry Lhermitte, Jamel Debbouze, Lilian Thuram...), de faire un prélèvement d’urine permettant de connaître la concentration de glyphosate de leur organisme. Les résultats sont donnés au cours de l’émission, le bilan est sans surprise : le glyphosate est présent en chacun de nous, adultes comme enfants. 

  • Monsanto, la fabrique du doute

On retrouve la fameuse affaire des "Monsanto papers", ou comment le géant des pesticides a volontairement caché les dangers de son produit vedette. Une interview exclusive de Dewayne Johnson, jardinier atteint d'un cancer et premier citoyen a avoir gagné un procès contre Monsanto, vient alimenter ce dossier. 

  • En France : l'interdiction toujours repoussée 

Comme nous, l'équipe s'interroge : pourquoi les élus n’ont-ils pas voté l’inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate ? Pourquoi la question a été débattue à l'Assemblée nationale en pleine nuit, à travers un hémicycle presque vide ? Envoyé Spécial a questionné les députés sur leur absence au vote.

L'équipe met l'accent sur le soudain changement d'avis des élus du mouvement En Marche, qui ont voté contre l'interdiction, alors qu'ils avaient co-signé les amendements la proposant. 

Invité : François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire

Le ministre de la Transition écologique et solidaire est invité à réagir sur une question posée par un petit garçon. "Quand est-ce qu'un ministre de l'Ecologie sera assez courageux pour faire arrêter le glyphosate et tous les pesticides malgré la pression des lobbies ?" demande Théo Grataloup, dont les parents ont porté plainte contre Monsanto pour empoisonnement de leur fils.

François de Rugy l'affirme : "En 2021, nous en aurons fini avec le glyphosate en France". Tout en pointant du doigt les intérêts colossaux des entreprises privées : "800 000 tonnes de ce produit [sont vendues] à l'échelle mondiale, plus de 8 000 en France", bien que sa consommation soit en baisse depuis 2014.

  • Sri Lanka, le pays sans glyphosate

Se passer complètement du glyphosate, c'est possible : au Sri Lanka, dans l’océan Indien. Gros producteur de riz et de thé, ce pays à longtemps eu recours à l'herbicide. Jusqu'à ce que les riziculteurs se retrouvent empoisonnés. Le gouvernement n'a aucune preuve irréfutable de la responsabilité du glyphosate dans cette affaire. Mais par précaution, il a décidé d'interdire la substance, mesure radicale unique au monde.

Ce dernier reportage montre comment les producteurs ont réussi à vivre sans.

A consulter sur FemininBio : 

> Glyphosate : les alternatives au Roundup de Monsanto existent

Le Beloukha: un désherbant 100% green et made in France

Roundup de Monsanto et intolérance au gluten ?

Séralini republie son étude sur la toxicité des OGM

Le prix littéraire des droits de l'homme décerné à Marie-Monique Robin pour "Le Roundup face à ses juges"

> Tribunal Monsanto : "il faut faire reconnaître le crime d'Ecocide"

Pesticides: l'Onu appelle à "renoncer progressivement à l’agriculture industrielle"

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier ou pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Santé environnementale
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte