Alimentation

Cantine bio dans mon école : conseils pratiques pour monter un dossier efficace

Publié le 14 septembre 2017
Journaliste, prof de yoga pour enfants, heureuse néo-Auvergnate, folle de balades zen, de grandes tablées et de soirées entre filles.
Une cantine bio, c'est possible, et vous pouvez en être à l'origine.
Une cantine bio, c'est possible, et vous pouvez en être à l'origine.
© Ville de Reze

Les parents veulent plus de bio à la cantine, mais la volonté des autorités compétentes ne suit pas toujours. Pour pousser ces dernières à aller plus vite vers plus de repas bio et locaux dans nos cantines scolaires, de simples citoyens s'engagent et arrivent, de plus en plus souvent, à leurs fins. Conseils pratiques pour préparer votre dossier.

Selon un sondage Ifop commandé par Agir pour l'environnement et publié mercredi 13 septembre, près de 9 parents sur 10 veulent plus de bio dans la cantine scolaire de leur enfant. Mais toutes les municipalités n’ont pas le temps ou l’envie nécessaire pour se lancer dans une telle démarche. Et ce sont parfois les citoyens, parents d’élèves en tête, qui font bouger les choses. Vous avez envie de créer les conditions pour que votre mairie passent à la cantine bio? Suivez le guide!

Réunir les conditions matérielles et humaines nécessaires pour accueillir une cantine bio
Pour qu’une cantine bio puisse se mettre en place, il est indispensable que l’école concernée dispose d’une cuisine et d’un espace "légumerie" où les légumes pourront être épluchés et préparés. Ainsi, la cantine pourra recevoir des produits frais et les cuisiner sur place. La garantie de repas préparés dans la bonne quantité (on évite le gaspillage alimentaire) et de qualité (on évite les produits préemballés, pré-cuisinés, sous-vide ou en conserve). Bien entendu, on ne se lance pas seul dans un tel projet. L’idéal est de s’entourer d’autres parents d’élèves qui partagent votre idée. Grâce à ce petit groupe constitué, vous pourrez, le moment venu, être mieux entendu et écouté par les principaux acteurs de la commune : la mairie, le directeur de l’école, le responsable des achats de l’école, le ou les cuisiniers, etc…

A lire sur FemininBio : Love your waste, la fin du gâchis alimentaire

Identifier les producteurs locaux et en faire des partenaires pro-actifs
Quitte à se lancer dans une cantine bio, autant se reposer sur les producteurs locaux. Maraîchers, producteurs de viande, laiteries… Ils seront sans aucun doute tous enthousiastes à l’idée de soutenir votre projet. En les rencontrant rapidement, vous pourrez, avec eux, réaliser une étude de coûts concrète. Votre dossier sera d’autant plus crédible qu’il sera complet dès vos premiers échanges avec les acteurs incontournables. Il est donc indispensable de rencontrer les fournisseurs de produits bio, frais et transformés, de votre région.

A lire sur FemininBio : Les cantines se rebellent, pour une restauration collective qui bouge

Se préparer à lever les freins
Pour préparer le terrain, une enquête auprès des parents d’élèves et de tous les acteurs concernés vous permettra de connaître le taux de sensibilisation et de vous préparer à lever les freins. Avant de remettre votre dossier, préparez-vous à répondre aux arguments défavorables au projet. Le premier sera sans doute le surcoût. En effet, on estime qu’un repas bio coûte entre 10 et 15% plus cher qu’un repas issus de l’agriculture conventionnelle. 
Bon à savoir : le surcoût n’est lié qu’au prix légèrement supérieur des matières premières, qui ne représentent que 20 à 30% du prix d’un repas. Ce surcoût peut cependant être tout ou partie compensé de plusieurs manières :

  • en choisissant des produits locaux, on réduit les frais de transports
  • en se fournissant directement chez le producteur, on évite les intermédiaires
  • en privilégiant les produits de saison, on obtient des denrées moins chères
  • en mangeant des produits bio et de bonne qualité nutritionnelle et gustative, on peut repenser les recettes et les simplifier
  • en remplaçant régulièment les protéines animales par des protéines végétales, on fait des éconmies... Et l'on participe activement à l’éducation alimentaire et environnementale des enfants

A lire sur FemininBio : Bio et local, comment bien manger en circuit court

Préparer une action de sensibilisation pour pérenniser le projet
Une bonne communication est indispensable pour convaincre et pérenniser le projet. Plusieurs leviers seront alors efficaces, à commencer, bien entendu, par les enfants eux-mêmes. En concertation avec les enseignants, organisez des actions d’éducation au goût et aidez-les à (re)découvrir l’origine des aliments et la relation entre alimentation et santé. Une action de formation auprès du personnel de restauration pourra également être intéressante voire indispensable. Elle devra les impliquer autant que possible dans cette évolution : quelles sont les meilleures techniques de cuisson, comment accommoder les aliments, quelles recettes simples et savoureuses peut-on imaginer pour satisfaire le plus grand nombre d’enfants (et les adultes qui seront désormais sans aucun doute ravis de déjeuner à la cantine !).

Pour en savoir plus et vous faire aider dans votre démarche
Repasbio.org : Le site, créé par la FNAB (Fédération Nationale d’Agriculture Biologique), met à disposition de nombreuses ressources et publications, telles qu’une plaquette pédagogique pour maîtriser le budget et de nombreux témoignages qui donnent envie de se lancer. Unplusbio.org : L’Association Un plus bio est le premier réseau de cantines bio en France. Elle propose des actions de sensibilisation et de formation, et un soutien très intéressant à tous les acteurs qui veulent passer au bio progressivement. Une mine de conseils pratiques.
Pour participer à l'une des actions organisées dans le cadre de la campagne "Des cantines bio, j'en veux !", rendez-vous sur Agirpourlenvironnement.org

Articles du thème Mon enfant et moi
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte