Santé au féminin

Témoignage : elle aide les femmes atteintes d'endométriose grâce à la thérapie psycho-corporelle

Publié le 19 avril 2019 - Mis à jour le 23 avril 2019
Spécialiste et praticienne en thérapie psycho-corporelle.
Si le bassin pouvait parler, il pourrait dire « viens t’intéresser à moi, donne moi de l’amour et laisse moi m’exprimer »
Si le bassin pouvait parler, il pourrait dire « viens t’intéresser à moi, donne moi de l’amour et laisse moi m’exprimer »
© Nicole Honeywill / Unsplash

Parmi les différentes approches thérapeutiques existantes, la thérapie psycho-corporelle peut aider les femmes atteintes d'endométriose. Elle permet de travailler sur l'image de soi et de déconstruire les croyances douloureuses que notre corps exprime physiquement. Voici le retour d'une praticienne sur cette maladie qui touche plus d'une femme sur dix.

On entend trop souvent des discours pessimistes affirmant que l’endométriose ne se soigne pas et que c’est sans issue. Mon expérience depuis des années auprès de centaines de femmes prouve le contraire.

>> A lire sur FemininBio : Endométriose : traitements naturels, par le Dr Bérengère Arnal

Je m’appelle Nina Notario, je suis thérapeute psycho-corporel et énergétique et je travaille exclusivement avec des femmes, dont beaucoup sont atteintes d'endométriose. Je les aide à renouer avec leur féminin et à aller vers une féminité authentique et épanouie, pilier de leur bien-être corporel. Voici mon retour d'expérience sur cette maladie.

Incompréhension, douleur et inquiétude

Chaque femme étant unique, il est impossible de détailler les problématiques de chaque cas. Mais les principales que je relève sont : l’incompréhension face aux douleurs au niveau de l'avant du bassin, survenant pendant ou après les règles menstruelles, et une inquiétude quant à leur fertilité (pour les femmes souhaitant des enfants). Elles ressentent un sentiment "global" que quelque chose ne va pas, sans toujours arriver à poser des mots dessus.

L’endométriose, un mal révélateur d’une méconnaissance de soi

La relation que nous avons avec notre corps de femme et particulièrement avec notre bassin, est fortement liée à notre bien-être. Bien souvent, de façon inconsciente, le bassin ne fait pas partie de notre schéma corporel. Une multitude de symptômes peuvent ainsi apparaître, telle qu’une sexualité non satisfaisante, des règles douloureuses, trop abondantes ou absentes, ou tout autre inconfort en lien avec cette zone.

>> A lire sur FemininBio : Endométriose : quel impact sur le couple ?

Selon moi, l’endométriose apparaît lorsqu’on est inconsciemment déconnectée de son bassin et que l’on n’accepte pas en totalité notre nature profonde de femme. Les symptômes sont comme un appel du corps à s’intéresser à cette zone-là. Si le bassin pouvait parler, il pourrait dire « viens t’intéresser à moi, donne moi de l’amour et laisse moi m’exprimer ». C’est en cela que chaque cas est unique, avec une histoire, des blessures et des croyances qui nous sont propres. 

La plupart de mes patientes ont pris la pilule contraceptive​ très tôt

J’ai également observé, chez la majorité des femmes que j'accompagne, que la pilule contraceptive a été prise très jeune et parfois sur une longue période. Elle peut venir perturber sur plusieurs plans le fonctionnement du corps, surtout quand elle est prescrite, non pas comme moyen de contraception, mais par exemple pour éviter d’avoir de l’acné. Cette "régulation" hormonale chimique peut entraîner des symptômes divers et variés, dont l’endométriose.

>> A lire sur FemininBio : Endométriose : les perturbateurs endocriniens mis en cause

Découvrir son cycle menstruel et laisser son corps fonctionner naturellement est la meilleure chose à faire pour sa santé, et présente bien des avantages. Par exemple, se pencher sur la symptothermie, une méthode de contraception naturelle et efficace, apporte par la même occasion une forte connexion à son corps. Quant à l'acné, il existe des traitements naturels efficaces, considérant l'ensemble des causes du déréglement hormonal. 

Des difficultés à trouver sa juste place dans la vie

J’ai parfois observé chez des femmes souffrant d’endométriose qu’elles ont du mal à se positionner face à des événements ou à trouver leur place dans la famille ou dans le couple. J’aime schématiser les situations pour apporter un autre regard sur ce que l’on vit : imaginez que l’endométriose c’est du sang qui n’est pas à sa juste place et qui ne souhaite pas s’évacuer, il stagne.

Parmi les autres symboliques, ce sang présent dans notre corps peut également représenter les liens de sang et la fluidité familiale. Il faut alors parfois aller creuser du côté des pistes transgénérationnelles.

Une méconnaissance ou une non acceptation de son corps de femme

Atteintes d'endométriose ou pas, je remarque chez les femmes que j'accompagne une méconnaissance ou une non acceptation de leur féminité. Il y a plusieurs plans sur lesquels travailler afin de permettre aux femmes de se connecter à elles-mêmes : le plan émotionnel, le plan énergétique et le plan psychologique. Notre corps garde en mémoire notre vécu : nos expériences, nos pensées et nos émotions, ainsi que celles de notre lignée de femmes.

Les symptômes de l’endométriose expriment quelque chose enfoui dans notre corps. Se libérer les empreintes qui influencent négativement notre vie permet d’aller vers un mieux-être physique et mental, dans le cas de cette maladie et même en général.

Auto-guérison : bousculer ses croyances pour aller vers un mieux-être

Notre corps possède une grande capacité d’auto-guérison, cependant, par manque de connaissance et de conscience nous ne lui permettons pas de se connecter à sa nature profonde. Beaucoup de normes induites par notre société et de croyances viennent parasiter cette connexion à soi. 

>> A lire sur FemininBio : Endométriose et douleurs de règles : les postures de yoga qui soulagent

Les sources d’apparition de l’endométriose étant multifactorielles, je conseille plusieurs angles d’approches, avec différents praticiens.​ Et surtout, de réadapter son quotidien : faire de l’activité physique, avoir une alimentation équilibrée, sans sucre, qui favorise des aliments anti-inflamatoires, etc. Lutter contre le stress et la fatigue, qui sont néfastes pour le corps et le mental.

Aller vers un mieux-être demande une réelle implication personnelle. Cela passe par remettre en question beaucoup de nos croyances et ne nos fonctionnements quotidiens, pas toujours en adéquation avec notre bon fonctionnement corporel et nos aspirations personnelles.

Mon conseil de la fin : explorez toutes les pistes, la guérison est possible.

J'ai accompagné des femmes qui ont guéri de l’endométriose... Et d’autres pour qui c’était difficile d’en sortir. Le mental joue un rôle très important. Je suis persuadée que nous sommes créatrices de nos vies et que nos pensées influencent nos émotions et donc le comportement de notre corps. Les difficultés dans notre vie peuvent être appréhendées comme une opportunité d’aller à la rencontre de notre intériorité.

Si vous souffrez d’endométriose, malgré les douleurs et les difficultés rencontrées, ne perdez pas espoir. Ces moments difficiles sont là pour vous amener à la rencontre de vous-même. Vous pouvez en tirer une force et aller vers une guérison intérieure dont vous serez fière... et qui rayonnera sur tous les plans de votre vie. 

Infos utiles
Nina Notario propose des accompagnements individuels et stages collectifs, visant à retrouver « une féminité en conscience et en connaissance ». Elle y propose notammznt des actions pratiques à mettre en place facilement dans notre quotidien.
Son approche est holistique : elle relie le cœur, le corps et l’esprit. Son but : déconstruire des croyances, des peurs et des limites que nous bâtissons dans nos vies afin d'apprendre à vivre une féminité sereine et authentique.
Son site web : feminite.net

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

 

 

Articles du thème Médecines douces
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte