Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Environnement

15 000 scientifiques mettent en garde l'humanité sur l'état de la planète

Unsplash
Noura Doukhi
Noura Doukhi
le 14 novembre 2017
Plus de 15 000 scientifiques de 184 pays signent un manifeste, publié ce lundi 13 novembre dans la revue "BioScience", contre la détérioration inquiétante de l'environnement.

Partenaire

Un avertissement pas tout à fait nouveau
Le manifeste World Scientists’ Warning to Humanity: A Second Notice publié le lundi 13 novembre par BioScienceà retrouver en français dans Le Monde, fait suite à l'appel lancé en 1992 par l'Union of Concerned Scientists et plus de 1700 scientifiques. Dans ce texte, les scientifiques signataires alertaient sur des phénomènes plus que jamais d'actualité comme le changement climatique ou la destruction de la biodiversité.
25 ans après, peu de progrès ont été réalisés. "La trajectoire actuelle d’un changement climatique potentiellement catastrophique est particulièrement troublante. (Ce dernier est) d

û à l’augmentation du volume de gaz à effet de serre dégagés par le brûlage de combustibles fossiles, la déforestation et la production agricole – notamment les émissions dégagées par l’élevage des ruminants de boucherie" avertit le nouveau manifeste dans la traduction du Monde.

Une nouvelle mise en garde
Face à la survivance ou l'aggravation des menaces constatées lors de l'appel de 1992, 15 000 scientifiques de diverses spécialités (biologistes, astronomes, océanographes etc.) ont souhaité réiterer le signal. Leur engagement témoigne de l'importance de l'enjeu :  "L’appel des 15 000 est, à ce jour, le texte publié par une revue scientifique ayant rassemblé le plus grand nombre de signataires" précise Le Monde.

Quelles solutions ?
La consommation matérielle, la croissance démographique, les émissions de gaz à effet de serre et la pollution sont notamment mis en cause dans le texte.
Pour faire face à ces 4 problématiques, l'appel des 15 000 évoque, entre autres, les solutions suivantes :

- Sensibiliser petits et grands à la nature ; privilégier les sorties extérieures aux activités d'intérieur pour réduire la consommation matérielle.
- Améliorer l'accès de la population à l'éducation et aux services de planning familial dans le monde pour réduire la croissance démographique.
- Privilégier les énergies vertes au détriment des énergies à combustibles fossiles pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
- Intégrer plus de nourriture végétale au détriment de la viande dans son régime alimentaire pour réduire la pollution.

Nous savons ce qu'il nous reste à faire, à tout prix, en faveur de notre planète. 

A lire aussi :
Retrouvez notre dossier Zéro déchet, dans FemininBio magazine numéro 8, disponible sous format PDF (3,90 €). 

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire