Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Sexualité

La liberté de jouir à tout âge, le point de vue d'une psychanalyste

Se libérer intérieurement et accepter d'être une femme de plus de 50 ans désirable et désirée.
© Unsplash
Mon corps ce héros Mon corps ce héros
Catherine Grangeard
Par Catherine Grangeard
le 18 février 2021

La liberté. N’est-il pas illusoire de penser que l’on soit d’accord d’emblée sur ce que ce terme recouvre ? Et lorsqu'il s'agit du corps des femmes, cette question intime devient soudain universelle. Que nous apprend-elle ?


Partenaire

FemininBio Magazine 32
(©Idix)

Cet article a été publié dans le magazine #32 janvier-février 2021

>> Pour retrouver la liste des points de vente c'est ici

Lorsqu’un chroniqueur s’est arrogé le droit d’énoncer que le corps d’une femme de plus de 50 ans n’est pas magnifique, "Impossible d’aimer ces femmes, invisibles sexuellement", et qu’il poursuit en jugeant que ces propos relevaient de sa liberté, nombreuses furent les réactions sur les réseaux sociaux. Pour ma part, j’ai préféré le temps long, en écrivant un livre, et creuser la question de la visibilité sexuelle, fondamentale pour se sentir exister pleinement.

La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres

La «liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui» (art. 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme). C’est un principe éthique. Lorsque l’on a un pouvoir, on a aussi des responsabilités. L’un ne va pas sans l’autre. Nous introduisons alors une limite aux libertés, individuelles comme collectives. Dans les relations interpersonnelles, le concept de liberté négative définit ce qui profite plus aux puissants qu’aux vulnérables. Parfois, la liberté sexuelle a été plus en faveur des hommes que des femmes, par exemple. Plus on privilégie la liberté à l’égalité ou à la justice, plus les puissants renforcent leur pouvoir. C’est logique puisque la liberté avantage ceux qui sont déjà les plus libres.

Finalement, le droit vient limiter certaines libertés pour protéger, dans le cas d’abus ou pour des motifs supérieurs, comme en cette année 2020. Nous chérissons alors la justice qui permet la liberté au plus grand nombre et non celle de quelques puissants !

S’émanciper

Au niveau interpersonnel, individuel, pour atteindre une liberté qu’en droits nous avons dans notre pays, un préalable est exigé : croire légitime d’y prétendre. Ce droit à la parole, cette liberté d’expression est la même pour toutes et tous. Or il est complexe de s’affronter à des personnes ayant plus de pouvoir. Dans le quotidien des vies, ce sont les personnes qui s’octroient ce pouvoir ou qui l’ont réellement, par exemple la hiérarchie professionnelle ou celles qui ont une autorité naturelle, une force mentale, une aisance relationnelle, etc.
Croire en soi est le préalable pour trouver ses ressources. Les femmes de 50 ans et plus, en l’occurrence, ont réagi avec humour pour les unes, provocation pour d’autres, certaines ont argumenté, d’autres ont préféré ignorer. Mais certaines autres ont souffert, ont été humiliées et moquées.

La liberté sexuelle est encore inégale entre les hommes et les femmes. Celles-ci ont des millénaires de patriarcat derrière elles ! Briser tout cela ne peut se faire si facilement. La première étape est déjà d'en prendre conscience.

La liberté ne se demande pas, elle s’arrache

Seules les personnes voulant s’émanciper ont intérêt à ce qu’une situation évolue. Par conséquent, des résistances se manifestent. Plus ou moins fortement. Savez-vous que 10% d’une population suffit à faire changer les choses ? C’est le tipping point.

C’est autant valable dans les groupes restreints, en famille par exemple, que dans les grands groupes. Cette minorité active permet de faire évoluer les mentalités. Aussi la tâche paraît moins ardue vue comme cela. Il faut se trouver des alliés dans l’entourage ou bien des écrits, des œuvres, des films, ces références donnent une légitimité aux désirs de changement.

>>A lire sur FemininBio : Womanizer et sextoys : quand le clitoris prend le pouvoir

Les identifications permettent de disposer d’autres modèles. Elles légitiment. Bref, on se sent moins seules. C’est pour cela que je publie depuis 2007 ! Pour cela, un maître-mot : oser. La liberté intérieure est le point d’appui à développer.
Comment y arriver ? Il n’y a pas de recettes parce que chaque personne est différente. Les raisons pour lesquelles un déficit de narcissisme affaiblit sont à prendre en compte. En tant que psychanalyste, je passe mes journées à aider les patients à restaurer ce qui est en carence. Les origines de ce qui fait défaut étant variées, il est impossible de généraliser. Mais une chose est sûre, cela doit bouger ! Le reste est conséquences.

Mon corps m’appartient

Est-ce si sûr ? Le slogan «Mon corps m’appartient» est à la fois vrai et faux. Personne n’a le droit de me dire ce que je dois ou ce que je peux faire.

Néanmoins, le corps des femmes (spécifiquement) demeure, partout et depuis des siècles, un enjeu permanent de contrôle. La contraception permet de se libérer du hasard et du primat biologique. Elle ouvre une liberté sexuelle. La dépossession de son propre corps est plus indirecte, mais tout aussi redoutable par les normes ambiantes et leur influence considérable sur notre rapport à notre propre corps. Le regard que nous posons sur lui en est ainsi toujours empreint, sans en avoir vraiment conscience. Le corset est dans les têtes.

La question de la liberté sexuelle des femmes ménopausées s’inscrit dans ce système de contrôle de la sexualité. Maintenant qu’elles sont dégagées de la reproduction, les tabous autour du plaisir féminin explosent. Plus qu’un objectif, s’affranchir est surtout un moyen pour vivre une vie plus satisfaisante. Résister aux préjugés exige de les déconstruire.

>>A lire aussi sur FémininBio : Sexualité : quels sont les réels bienfaits de l'orgasme ?

Actuellement, un vent de révolte souffle avec cette génération des plus de 50 ans pour que les individus gagnent en liberté. Une partie des névroses a pour origine la frustration sexuelle. Si une norme exclut les femmes de plus de 50 ans de la désirabilité, est-ce à dire que la fabrication sociale de névroses se remet en marche ? La liberté s’arrache, elle ne se quémande pas. Et tout commence par soi-même.

"Jamais mieux asservie que par soi-même"*

(*Miss Tic)

Dialectiser les pièges de la liberté serait la seule voie qui ne soit pas sans issue. Se libérer de chaînes, est-ce obligatoirement en adopter d’autres ? Nous savons que la liberté est un fragile équilibre en permanence à réajuster. La difficile liberté d’être soi-même est mouvante car elle s’adapte en permanence aux autres et aux situations. Sauf pour les dangereux dogmatiques.

La vérité s’articule à la liberté. Au nom de quoi on pense, on agit… Certaines fausses vérités en particulier sont à déloger, il n’est pas toujours aisé de s’en séparer puisque nous avons pu bâtir dessus. La réalité psychique est tout aussi importante que la réalité matérielle. Ajoutons que certains fantasmes, les fantasmes originaires, sont universels, comme une sorte de vérité préhistorique. Ce sont des traces mnésiques. C’est pour ces raisons que l’asservissement commence en soi. Pour ces raisons encore qu’en prendre conscience afin de s’en désaliéner est l’étape obligée ! Oh ! Comme il faut chérir la liberté pour la garder au fronton de nos existences. Liberté, égalité et sororité.

L'experte :

Catherine Grangeard est psychanalyste, psychosociologue et auteure de trois livres sur l'obésité et de nombreux articles. Son blog : Catherine Grangeard

(©Éditions Larousse)

Le livre :

Il n'y a pas d'âge pour jouir, Catherine Grangeard, aux éditions Larousse, 2020

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire