20 questions to the world

20 QUESTIONS TO THE WORLD : L'INTERVIEW DE CLARISSE

Publié le 3 décembre 2018
Cyril Bruyelle est le créateur du reportage humaniste 20 Questions to the World. Il est diplomé de l'ESCP Europe en 2012 et a travaillé dans divers secteurs comme la microfinance, le conseil en stratégie, et l'industrie musicale avant de lancer 20 Questions to the World en 2016.
Trouver de petites joies quotidiennes, c’est la beauté de la vie !
Trouver de petites joies quotidiennes, c’est la beauté de la vie !
© Cyril Bruyelle

"20 Questions to the World" a rencontré Clarisse, fondatrice d'une société de production de contenu audiovisuel à Singapour. Elle s'est livrée au jeu de l'interview humaniste. Et dès aujourd'hui, sur notre page Facebook, vous pourrez répondre à la question que Clarisse a souhaité poser à l'humanité !

Clarisse est une jeune trentenaire singapourienne. Elle a récemment créé une société de production de contenu audiovisuel avec deux autres associés. Comme elle le dit elle-même, « il n’est pas facile d’exercer un métier créatif dans un pays aussi peu ouvert que Singapour ». Cela ne l’empêche pas pour autant d’être pleine d’espoir et d’humour.

>> Découvrez le portrait de Cyril Bruyelle, initiateur du projet 20 questions to the World

Qu’est-ce que vous vouliez faire quand vous étiez enfant ?

Beaucoup de choses ! Je voulais être vétérinaire. Je ramenaissouvent chez moi des animaux trouvés dans la rue, ce qui rendait ma mère folle. Elle rentrait à la maison et me trouvait dans la salle de bain en train de nettoyer un chat ou autre animal ramassé ce jour là. J’ai eu un animal de compagnie mais il s’est échappédès le lendemain. Aujourd’hui j’ai trois chats et je pense que je que ma vocation de vétérinaire s’arrête là.

Avez qui aimeriez-vous boire un café ? 

Je prendrais bien un café avec Donald Trump… j’aurais beaucoup de chose à lui dire ! J’aimerais lui arranger ses cheveux, je pense qu’il devrait être chauve. Ses cheveux ne lui apportent aucune crédibilité. En revanche, si c’est pour avoir une discussion positive, j’aimeraisboire un café avec quelqu’un d’agé, même quelqu’un des années 1900. Ce serait intéressant d’en apprendre plus sur le mode de vie de l’époque. Je suis sûre que ce serait une conversation fascinante.

>> Lire aussi : 20 questions à Monica, patissière aux Etats-Unis

Si vous pouviez faire enseigner quelque chose dans toutes les écoles du monde, qu’est-ce que ce serait ?

Je mettrais en place un cours d’élevage d’animaux où les écoliers doivent s’occuper de différentes races d’animaux. Je pense que c’est intéressant de les mettre en contact avec des animaux lorsqu’ils sont encore jeunes. J’ai des amis qui ont peur des chats ou même des rats. Premièrement, il ne faut pas en avoir peuret deuxièmement, lorsque quelqu’un prend soin de quelque chose de si petit et si vulnérable, il apprend alors des valeurs essentielles. Enseigner aux enfants des valeurs est vraiment difficile. À notre époque, les gens se perdent et cherchent à posséder des biens de consommation ou des nouvelles technologies, mais rien de tout ça ne nous accompagneradans nos tombes.Ce qui est important c’est la différence que tu fais sur Terre. Les valeurs sont plus importantes, avoir de vraies et bonnes valeurs, voilà ce que l’on devrait enseigner !

Quelle est pour vous la principale caractéristique commune à l’être humain ?

La cruauté (Rires).Malheureusement, c’est ce qui ressort le plus à notre époque. Dans le passé je pense que ça se voyait moins, mais avec les réseaux sociaux on remarque davantage les mauvaises choses. Combien de fois peut-on voir du contenu positif en ligne ? Les gens ont pour habitude de partager les mauvaises choses et j’aimerasis qu’ils partagent davantage les choses positives qui arrivent autour d’eux. Arrêtons de partager les choses de m**** !

>> Lire aussi : 20 questions à Gubse, photographe en Turquie

Selon vous, quelle est la personne la plus heureuse du monde ?

Mon chat ... ah non je rigole ce n’est pas une personne.
Je pense que tout le monde a le droit d’être la personne la plus heureuse du monde. Je peux l’être. Tout dépend de votre perspective de vie. Tout le monde a le droit d’être heureux, ca ne devrait pas être une course pour savoir celui qui est le plus heureux, pas la course pour le titre. Les gens doivent simplement faire des choses qui les rendent heureux : démissionner d’un travail qu’ils détestent, sortird’une relation qui ne vous convient plus. Vous devez créer votre propre bonheur. Ne dites pas « cette personne qu’elle est la plus heureuse », mais soyez vous-même cette personne heureuse.

Si vous étiez président des Etats-Unis, quelle serait votre première réforme ?

Les droits LGBT. L’amour est universel.

De quoi avez-vous besoin ?

Rien… Je pense qu’aujourd’hui je n’ai besoin de rien. J’ai travaillé dur pour arriver où j’en suis aujourd’hui et je pense n’avoir besoin de rien. Il y a pas mal de choses que j’aimeraisavoir mais rien dont je n’ai pas réellement besoin.

Que feriez-vous si l’on vous donnait maintenant 1 million de dollars ?

Je t’inviterais pour déjeuner. (Rires) J’achèterais un billet pour l’endroit le plus éloigné d’iciet je me prendrais des vacances. J’éliminerais aussi les toilettes à la turque. Avez vous déjà vu des toilettes à la turque ? C’est uniquement asiatique. Dans le monde entier il y a des toilettes assises, mais en Asie il y a des toilettes à la turqueoù tu dois faire des squats. C’est horrible, spécialement lorsque tu dois aller aux toilettes durant la nuit et que tu perds ton équilibre. Donc j’utiliserais mes 1million de dollars pour changer toutes les toilettes à la turque du monde et les remplacer par des toilettes assises.

Quelle innovation, réaliste ou non, faciliterait grandement votre quotidien ?

La téléportation ou quelque chose qui m’amènerait de mon lit à la oùje dois me rendre sans que j’ai à faire quoique ce soit. Cela me prend trop de temps de me réveiller, donc la téléportation serait pas mal.

Quelle sont les informations qui vous touchent le plus dans votre pays et pourquoi ?

Je ne veux pas discuter politique parce que beaucoup de choses sont entrain de se passer en ce moment. Mais je parlerai plutôt des droits LGBT.
Il y a peu de temps, deux hommes singapouriens ont été arrêtés à Dubaï (ou ailleurs) et accusés de s’être travestis. Ils ont été condamnés à un an de prison. Je ne comprends pas. C’est arrivé il y a quelques jours et maintenant les familles essayent de faire appel de cette décision. Pour moi c’est inquiétant. Après tout, qu’est ce qui définit le fait de s’habiller fémininement? Il n’y a pas de contexte particulier, c’est donc forcément très subjectif. Et qui a décidé que s’habiller avec des habits du sexe opposé était mauvais ?
Beaucoup de pays avancent sur ces questions mais il reste encore pas mal de choses à faire. Beaucoup de personnes religieuses pensent encore différemment. Mais tout compte fait, ces gens ne font de mal à personne, ils souhaitent juste vivre leur vie. Pourquoi devrions-nous avoir une opinion sur la manière dont vivent les autres, surtout lorsqu’ils ne font de tort à personne ?
C’est quelque chose qui me touche vraiment. J’ai beaucoup d’amis qui sont LGBT. À Singapour la situation commence doucement à aller mieux. Mais il existe encore une loi qui interdit à deux hommes d’avoir des relations sexuelles, et c’est passible de prison. Donc on est encore en retard en terme législatif. Il reste beaucoup à faire.

>> Lire aussi : 20 questions à Ghazal, actrice en Iran

Avez-vous la sensation que votre vie est plus simple ou plus difficile que celle de vos parents ?

Plus simple. Nous avons beaucoup plus que ce qu’ils avaient. Peut-être que les temps étaient plus simples avant. Mais j’aime la liberté que l’on a. A l’époque tout était question de survie. Par exemple, les femmes avaient 13 enfants. Comment était-il possible d’avoir une minute de répitavec 13 enfants ? Quel est l’état de santé du corps d’une femme ?
Aujourd’hui on a beaucoup plus de choix parce qu’on est financièrement stable.
Donc oui, notre vie est bien mieux que la leur. J’aurais aimé qu’ils vivent dans notre génération. Ils seraient plus heureux je pense.

Pouvez vous dessinez quelque chose de beau ?

J'ai un peu honte de ce que je vais faire mais je dessinais cela partout avant.
J'en ai même fait sur des stickers et je les collais partout, sur des gens notamment. J'embêtais tout le monde. Je trouve cela très beau mais mes amis ne sont pas d'accord.
Mon dieu tout le monde va voir cela. Ne me jugez pas s'il vous plaît. Pour les copyright n'hésitez pas à m'appeler, je vous ferai un bon prix !

 

Si vous deviez créer une entreprise, ce serait quoi ?

J’ai déjà créé ma propre entreprise : une petite agence de production développée avec deux de mes amis.
Sinon, j’ai toujours rêvé d’avoir une librairie. Mais pas une librairie d’état, une librairie où il n’y a que des livres que j’apprécie. Les gens seraientobligés de lire les mêmes choses que moi. Ce ne serait pas forcément que des livres d’ailleurs, ça pourrait être des magazines, objets, n’importe quoi tant qu’il s’agit de choses non censurés qui ouvrent l’esprit.

De quoi avez-vous peur ?

De ne plus exister. Aujourd’hui je suis là, je pense, j’ai des émotions, et quand je mourrai que va t-il m’arriver?
Les gens qui t’ont aimé vont te dire « ne t’inquiètes pas tu vas aller au paradis » mais je ne suis pas quelqu’un de religieux. Donc c’est une grande question, que va t-il se passer ? J’espère que ce sera simplement dormir, parce que j’aime dormir et ça ne serait pas si compliqué.
C’est vraiment ça qui me fait le plus peur : que va t-il m’arriver ?

Quel est votre rêve ?

Je rêve de paix dans le monde ! Je rigole.
Je pense que je n’ai pas de rêves très compliqués. Je veux simplement être productive et être une bonne personne, c’est assez simple dans un sens. Mener une vie qui a du sens, pas seulement pour moi mais aussi pour les autres – être une bonne personne dans leurs vies aussi.
Ce qui est intéressant c’est que plus jeune, les gens ont tendance à s’entourer de nombreuses personnes. Cela permet de se découvrir, de façonner ses gouts, de savoir quelles relations sont bonnes pour soi, quelles sontses envies pour plus tard. On dit souvent qu’en grandissant les gens qui t’entourent sont moins nombreux et c’est souvent présenté de manière négative. Moi je pense plutôt que c’est un signe de maturité. Savoir choisir qui t’entoure est important. Ce qui est important pour moi c’est d’être une bonne personne pour les gens qui comptent pour moi.

>> Lisez l'interview de Badamkhand, professeure de couture en Mongolie

Fermez les yeux, vous êtes en 2100, que voyez-vous ?

Des pays ou régions d’une grande diversité culturelle. Idéalement il n’y a plus de ségrégations.
De toute manière, pourquoi essayer de consolider des frontières? Avec tout le mal que nous avons fait, les humains ne vont pas rester très longtemps sur cette planète. Alors il faut en profiter et être heureux. J’ai vraiment une vision positive du futur !

Quelle est la plus belle chose que vous ayez vue dans votre vie ?

Ce qui me fascine, ce sont les détails. Les gens comme moi, qui vivent en ville, ont tendance à ne plus voir les choses car leur environnement est trop encombré.
De temps en temps, c’est important de s’arrêter et d’observer les détails autour de soi, comme les veines d’une feuille, les insectes sur le tronc d’un arbre. Parfois, pendant quelques instants,je prête attention. Ca me remet dans une certaine perspective et je me demande pourquoi je suis stressée d’être en retard aubureau. Nous sommes sur une terre magnifique !
Un jour j’observais un insecte sur un arbre en attendant le bus, j’étais complètement fascinée et je n’ai pas vu le bus arriver ni même repartir. Trouver de petites joies quotidiennes, c’est la beauté de la vie !

Si vous deviez écrire un livre sur le monde d’aujourd’hui, quel titre lui donneriez-vous ?

Rassembles ta m**de ! Ce n’est pas très compliqué !

Qu’est-ce que représente la religion pour vous ?

Ma mère est catholique. Mon père est bouddhiste. Moi je n’ai pas de religion car ils ont toujours tenté de me faire prendre parti pour l’une ou l’autre et je n’aime pas ça. Donc pour moi Dieu n’est pas un être supérieur. Dieu est ma propre destinée. Il ne faut pas dire « c’est de la faute de Dieu » si quelque chose se passe mal. Je pense plus que c’est de notre ressort si les choses ne vont pas bien, ou si nous avons des problèmes. S’il y avait un Dieu, je pense qu’il/elle voudrait que les gens soient indépendants et autonomes.

Quelle est la spécificité culturelle singapourienne qui vous rend le plus fier ?

La jeunesse et les gens. Nous sommes très chanceux d’être dans un environnement sécurisé et riche, ce qui nous donne beaucoup de temps libre pour poursuivre d’autres passions en dehors du système académique. J’ai le sentiment d’être entourée de gens avertis, compétents, drôles. Des gens qui ont des opinons fortes et peuvent faire des choses positives pour le monde.

Si vous pouviez faire n’importe quel métier, sans rapport à l’argent, que feriez-vous ?

Je prendrais soin de chats toute la journée.

Si vous deviez décrire notre planète à un extraterrestre, que lui diriez-vous ?

Est-ce qu’ils parlent anglais ? Il faut faire des gestes ?
Je pense qu’au lieu de lui parler, j’essayerais de vivre une expérience avec lui, je lui donnerais à manger et à boire.

Et vous, quelle question aimeriez-vous poser au monde entier ?

Qu’avez-vous fait aujourd’hui, qui a embelli la journée de quelqu’un d’autre ?

 

En savoir plus sur le projet : 20 Questions to the World.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier ou pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio près de chez vous !

 

Articles du thème Interview engagée
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !