Accouchement

L'interview de Fleur Godart sur les non-dits et les vérités autour de l'accouchement

Publié le 29 février 2020 - Mis à jour le 2 mars 2020
Fleur Godart et Justine Saint-Lô ont décidé de publier un livre sur l'accouchement pour déconstruire les tabous autour d'un événement qui pour certaines se révèle être un moment de joie, et pour d'autres non.
Fleur Godart et Justine Saint-Lô ont décidé de publier un livre sur l'accouchement pour déconstruire les tabous autour d'un événement qui pour certaines se révèle être un moment de joie, et pour d'autres non.
© la curieuse compagnie

Alors que le mouvement #MonPostPartum bat son plein sur les réseaux sociaux, nous avons interrogé l'auteure Fleur Godart à l'occasion de la sortie de son livre Accouche !. Cette BD s'est donné pour mission de faire entendre toutes les voix en insistant sur l’importance du respect du choix des femmes au sujet de l'accouchement.

Ce 12 février sortait le livre Accouche !, une BD écrite par Fleur Godart et illustrée par Justine Saint-Lô sur l’avant accouchement, sa préparation, jusqu’au jour J. Dans cet ouvrage, les deux jeunes femmes soulèvent le voile de pudeur qui recouvre le moment de l’accouchement.

Un sujet qui n'est pas sans rappelé la récente vague de témoignages de jeunes mamans racontant leur expérience sur les réseaux sociaux grâce au hashtag #MonPostPartum, en réaction au refus de la chaîne américaine ABC de diffuser, lors de la cérémonie des Oscars, une publicité pour des couches post-accouchement. Dans cette vidéo, nous pouvions y voir une femme, qui, malgré les pleurs de son nouveau né et ses douleurs physiques, change ses protections au milieu de la nuit (à voir en fin d'article). C'est dans ce contexte de libération de la parole que FemininBio a souhaité rencontrer Fleur Godart, pour briser les tabous du post-partum.

FemininBio : Pourquoi avoir écrit un livre sur l'accouchement ?

Fleur Godart : Autour de nous, les récits de naissance vont du traumatisme le plus atroce à la joie la plus intense de l’existence. Nous nous sommes interrogées sur les conditions du bon vécu de l’accouchement, et notre enquête nous a conduit à la conclusion que la qualité de la relation avec les soignants qui accompagnent la naissance en est la clé.

La sortie de ce livre intervient en plein mouvement #MonPostPartum sur les réseaux sociaux, pourquoi les femmes décident-elles enfin de lever le voile de la pudeur sur l'accouchement ?

Nous avons la chance de vivre à une époque où beaucoup de tabous autour des femmes et de leur intimité, auparavant perçue comme honteuse, sont brisés. On a toujours conditionné les femmes à accepter qu’elles allaient souffrir tout au long de leur vie (les règles, l’accouchement..) et que c’était normal. C’est une vision patriarcale complètement dépassée : si la douleur (physique) existe (et que pour la prendre en charge physiquement entièrement pour l’ensemble de l’espèce, l’autre moitié de l’humanité devrait leur vouer un culte) la souffrance (psychologique) en revanche n’est ni nécessaire ni normale.

>> A lire sur FemininBio Le mois d'Or : bien vivre le premier mois après l'accouchement

Autrefois les femmes géraient le moment de la naissance entre elles, les hommes ont pris le pouvoir et relégué les sages femmes au second plan avec l’obstétrique. Et cet espace féminin est devenu une affaire d’hommes spécialistes, qui ont banalisé les violences obstétricales tout en laissant les femmes très seules avec leurs traumatismes. Ça suffit !

Qu'est-ce que l'on ne dit pas assez à propos du post-partum ?

C’est un double problème : à la fois sociétal et hormonal. Aujourd’hui la plupart des femmes sortent de leur accouchement dans une solitude extrême. En France le congé parternité est tout à fait anecdotique, et le retour à la maison peut être vécu avec de grandes disparités entre les parents. Si l’un reprend le boulot et à l’impression de se sacrifier pour la tranquillité matérielle des autres, la mère est souvent seule avec son enfant, sans préparation et malheureusement sans suivi. Il ne faut pas hésiter à s’entourer et à demander un suivi à domicile par une sage femme, c’est très bénéfique à tous points de vues.

Le post-partum peut, chez la femme, déclencher des moments de tristesse, de nostalgie, et l'affaiblir physiquement. Un accouchement naturel peut-il éviter les aspects négatifs du post-partum ?

L’autre aspect du problème du post-partum est en effet hormonal : dans un enchaînement physiologique du processus de la naissance, les femmes ont l’ocytocine pour prendre le relais de la progestérone. Et l’allaitement à ce point de vue est miraculeux, il permet d’accomplir ce travail à plein temps (en terme de nombre d’heure, on est au même niveau) tout en boostant tant le système avec cette hormone de l’amour.

S'il y avait quelque chose à changer dans le processus de l'accouchement pour qu'une femme vive un "après grossesse" heureux, qu'elle serait-elle ?

Commencer par bien préparer son accouchement, et si il est bien vécu, généralement l’après se passe bien ! Organiser la société pour qu’il soit normal de s’entourer de celles et ceux qu’on aime, de leur demander de l’aide pour tous les aspects matériels et concrets de l’existence afin d’en être complètement déchargée les premiers temps. Les sages femmes encore une fois sont merveilleuses et de notre point de vue, essentielles à tout le processus : suivi, préparation et post partum.

L'auteure

Fleur Godart est l'auteure du livre Accouche ! , illustré par Justine Saint-Lô paru aux éditions Marabout.

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Mon bébé au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte