Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Quelle crème solaire choisir en cosmétique bio ?

Laurence Wittner
Laurence Wittner
le 16 mai 2007
La rédaction fait le point sur les protections solaires naturelles. Soleil et bronzage oui, mais sans filtres UV nocifs s'il vous plaît !

Partenaire

Au naturel : quelle crème solaire choisir ?

Pas d’exposition sans protection : c’est la précaution indispensable pour éviter coups de soleil ou mélanomes. Mais pas non plus de protection suspectée de faire courir d’autres risques !

La meilleure façon d’éviter tous les dangers potentiels des rayons UV est… de rester à l’ombre. Solution un peu extrême, qu’on ne recommande absolument qu’entre 11 h et 16 h, quand l’ensoleillement est maximum. Le reste du temps, on peut y aller, mais on se tartine… avec une bonne crème. D’un indice au moins égal ou supérieur à 20. Et dont on renouvelle l’application au minimum toutes les deux heures.
 
Des écrans efficaces
Deux substances minérales entièrement naturelles offrent une bonne protection : le dioxyde de titane (Titanium dioxide) et l’oxyde de zinc (Zinc oxide). Leurs pigments se comportent comme un bouclier qui réfléchit instantanément les rayons solaires (UVA et UVB) sans les laisser pénétrer l’épiderme.
 
Ils sont considérés comme hypoallergéniques et on ne leur connaît à ce jour aucun effet secondaire toxique. On leur reproche en revanche de s’étaler difficilement et de laisser un film blanc sur la peau. Certains produits naturels essaient de modérer cet effet assez inesthétique grâce aux nanoparticules, même si les organisations de défense de l’environnement y voient matière à inquiétude.
 
Des filtres suspects
La plupart des produits solaires du marché garantissent leur protection par le biais des filtres synthétiques, fortement mis en cause pour trois raisons.
– Ils sont fortement allergisants et leur large utilisation, y compris dans les produits non solaires, augmente encore leur pouvoir sensibilisant.
– Les doutes ne sont pas levés concernant l’activité de type oestrogénique de plusieurs d’entre eux, qui influeraient sur le système hormonal, pouvant aboutir à terme au développement de cancers.
– Contrairement aux écrans, ils absorbent les rayons solaires, qui pénètrent donc tout de même dans la peau. Ce qui ne protègerait pas, à long terme, du mélanome.
 
À éviter au soleil
Certains composés, parfois naturels mais photosensibilisants (qui accroissent la sensibilité de la peau en présence des rayons UV) se révèlent incompatibles avec le soleil. Parmi eux :
– Les huiles essentielles obtenues à partir d’agrumes et particulièrement la bergamote, le citron, la mandarine, l’orange, le pamplemousse…
– Le millepertuis, l’angélique, la vanille…
– L’alcool.
Laurence Wittner
Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire