Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Naturopathie

Train, avion, bateau, voiture : comment éviter le mal des transports ?

Le mal des transports est une affection fréquent qui touche régulièrement plus de 3 millions de personnes en France.

Alex Zemliakov
Claire Boubert
Par Claire Boubert
Publié le 11 août 2022

Appelé aussi cinépathie, le mal des transports est un trouble qui survient lors des longs trajets en transports. La route des vacances peut s’avérer insupportable pour ceux qui en souffrent. Des solutions naturelles existent pour y remédier. Conseils de la naturopathe Béatrice Svitone.


Partenaire

La cinétose ou le mal des transports est une affection qui touche 25 % de personnes. C'est un mal extrêmement courant chez les enfants de 2 à12 ans. "Cela reste moins fréquent chez les adolescents et les adultes, mais certains continuent d'être touchés, principalement des femmes" observent Béatrice Svitone, naturopathe.

Mais pourquoi ressentons nous ce mal ? Le mal des transports est consécutif au contraste entre le mouvement enregistré par les yeux et l’immobilité du corps perçue par le vestibule, organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne. Ces informations sont alors en opposition. Le mal des transports part d’un dysfonctionnement entre la vision et la position dans l’espace. C’est une déconnexion entre ce que le cerveau voit et ce qu’il ressent. "Il peut se manifester de différentes façon, vertiges, migraines, troubles de l’équilibre, nausées, transpiration excessive, vomissements, respiration rapide, somnolence, fatigue générale ou pâleur" explique la naturopathe.

A lire également : Mal des transports : comment faire bonne route avec ses enfants ?

Dans les véhicules motorisés, l'incidence du mal des transports est variable : en voiture elle est de 3 à 5 % ; l'incidence est plus élevée en mer mais varie en fonction de l'état de la mer et de la durée de la traversée. Elle est de 25 à 30 %. En vol, l'incidence serait de 0,5 % à 10 % sur les avions long et moyen courrier. Et fait surprenant : le mal de l'espace touche 50 à 60 % des astronautes.

Que faut-il faire après et pendant la prise du transport ?

Béatrice Svitone conseille des mesures simples, qui permettent bien souvent d'éviter le mal des transports :

  • Prendre l’air fenêtre ouverte ou en extérieur en faisant régulièrement des pauses et se dégourdir les jambes ou s'allonger quelques minutes avec un linge frais et humide sur le front ;
  • Sur les routes sinueuses, fixez votre regard droit devant et limitez les mouvements ;
  • Si vous êtes sujets au mal des transports, abstenez-vous de lire, d’écrire, les jeux-vidéos ou d’entreprendre une activité qui réclame votre attention visuelle ;
  • Ne pas porter de vêtements qui compresse l’estomac ;
  • Dans le train ou sur le bateau, asseyez-vous dans le sens de la marche. Certaines personnes se sentent mal quand elles sont installées dans le sens contraire ;
  • Sur les bateaux ou dans l’avion favoriser les emplacements où il y a le moins de mouvement, le milieu est le plus approprié.

Des produits naturels pour traiter le mal dans les transports

Et si les sensations de mal être persistent, les huiles essentielles restent des atouts majeurs. La menthe poivrée peut-être une excellente alliée, "elle calme les spasmes digestifs et calme l’agitation du cerveau qui gèrera mieux les nausées". Le citron est aussi efficace et son huile essentielle stimule "le foie et le pancréas et améliore la digestion, leurs fonctions seront boostées et ne seront pas perturbées par le message contradictoire".

Application : Mélanger 5 gouttes de chaque huile et appliquer sur un mouchoir avant le départ, l’emporter avec vous et respirez-le profondément, 3 à 4 fois dès que des symptômes apparaissent. Pour les enfants de plus de 6 ans vous pouvez appliquer 2 gouttes de menthe poivrée sur la nuque et les tempes.

Le gingembre bio, grâce à son composant le gingérol, est efficace dans la prévention et le traitement des nausées dues au mal des transports ou au mal de mer.. Il est possible de le consommer directement dans une cuillère de miel. L’effet puissant du gingembre va calmer les nausées. Il peut se prendre également sous forme de compléments alimentaires une à deux semaines avant le départ. Et pour ceux qui apprécient sa saveur piquante, il est possible de mâcher 20 à 30 minutes avant le départ une tranche de gingembre frais.

Il est également préférable de ne pas voyager l’estomac vide car cela favorise l'apparition des nausées. La naturopathe conseille généralement de manger une banane avant de prendre la route. "C'est un aliment parfait pour la digestion facile. En effet, ce fruit tapisse l'œsophage et calme les aigreurs". Il faut à contrario éviter de faire un repas trop lourd et de prendre ce qui est difficile à digérer ou acide. Exit donc le lait et les jus de fruits.

Notre experte

Naturopathe à Vincennes et affiliée au Syndicat Professionnel de la Naturopathie, Béatrice Svitone propose des conseils personnalisés en cabinet ou téléconsultation. Elle est disponible sur Doctolib, par mail : bsvitone@gmail.com ou sur son compte Facebook Béatrice Svitone.
Son site : beatricesvitone.fr

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire