Pollution des eaux

Peut-on encore manger du poisson ?

Publié le 11 mai 2019
Charles-Antoine Winter, ancien chef cuisinier, est diététicien nutritionniste certifié en médecine traditionnelle chinoise. Il anime son site charlesantoinewinter.com
Préférez les poissons gras sauvages que les poissons d’élevage, et accompagnez-les de légumes pour éviter au maximum l'assimilation des métaux lourds.
Préférez les poissons gras sauvages que les poissons d’élevage, et accompagnez-les de légumes pour éviter au maximum l'assimilation des métaux lourds.
© Foodiesfeed

Sauvages ou d'élevage, les poissons que nous consommons évoluent dans des milieux parfois pollués. Une fois contaminés, ils peuvent représenter un véritable danger sur la santé à long terme. Comment les choisir et surtout, comment limiter leur impact sur notre système ?

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #22 avril-mai 2019

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

Du mercure dans les gros poissons gras, de la dioxine dans les petits poissons gras, des microparticules de plastique dans les poissons maigres… Oui, l’état sanitaire de nos océans s’est dégradé et nous le récoltons à travers la consommation de sa faune et parfois de sa flore.

>> A lire sur FemininBio Label MSC "pêche durable" : à quel poisson se vouer ?

Alors, peut-on toujours consommer du poisson ? Le poisson est-il un aliment important pour la santé humaine ?

Les bienfaits et les apports nutritionnels du poisson

La chair, le foie et l’huile de poisson sont des aliments qui ont une importance nutritionnelle forte pour la santé humaine. En effet, le poisson gras est l’aliment le plus riche en oméga-3 DHA/EPA, deux acides gras primordiaux pour le développement du cerveau et de la rétine, la préservation de la santé cardiovasculaire, l’équilibre psychique et la fertilité masculine, entre autres. Notre corps sait les synthétiser à partir d’un oméga-3 végétal précurseur, mais la capacité de conversion par l’organisme est faible. La consommation de poisson est donc fortement conseillée pour en assurer les besoins journaliers.

D’autre part, le poisson est une source majeure de vitamine B12 biocompatible, essentielle à la production des globules rouges et donc précieuse contre les anémies. C’est LA vitamine de la protection des cellules nerveuses et du maintien des capacités cognitives, et elle aide le foie dans son action de détoxification.

>> A lire sur FemininBio Où trouver du poisson non toxique ?

Alors oui, la consommation de poisson est conseillée pour la santé humaine. Mais comment faire si sa qualité sanitaire est menacée ?

Savoir choisir et cuisiner son poisson

Tout d’abord tentons à notre échelle individuelle, par nos achats et le tri, d’arrêter la pollution de nos océans. D’autre part, vérifions la provenance des poissons, en évitant les océans les plus pollués. Ensuite, préparons le poisson de manière à ne pas dénaturer ses précieux oméga-3, sa vitamine B12 et ses protéines.

Préférons les poissons gras sauvages, toujours moins gras que les poissons d’élevage, et donc a fortiori moins vecteurs de métaux lourds et de dioxines. Mangeons moins de poissons et accompagnons-les de beaucoup de légumes, riches en fibres pouvant piéger les microparticules de plastique, et d’une céréale complète, riche en acide phytique capable de fixer les métaux lourds et d’en permettre l’évacuation par les selles.

>> A lire sur FemininBio Viande de synthèse : pire pour la planète ?

Enfin, les fruits de mer en entrée ou des noix en collation vous apporteront tout le sélénium nécessaire pour neutraliser les effets du mercure, par exemple.

 

Charles-Antoine Winter, ancien chef cuisinier, est diététicien nutritionniste certifié en médecine traditionnelle chinoise. Retrouvez toute son actualité sur son site Winter Charles-Antoine.

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Santé environnementale
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte