Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Sexe

Retrouver l'équilibre dans sa sexualité avec l'Ayurvéda

Comprendre l'orgasme avec l'ayurvéda : le plus ancien système médical au monde.
W R / Pexels
Plonger en soi Sexe-plorer
François Gauthier
Par François Gauthier
le 04 mars 2021

Contrairement aux idées reçues, l'orgasme atteint n'est pas synonyme de sentiment de plénitude. Selon l'ayurveda, sagesse indienne et médicale la plus ancienne du monde, il y a deux types d'orgasmes : des nuisibles et des positifs. Comment écouter son corps grâce à l'orgasme ? Et, comment avoir une sexualité réellement épanouie sans gaspillage d'énergie ?


Partenaire

Reprendre en mains sa sexualité en comprenant l'orgasme et ce qu'il dit de notre état émotionnel et corporel est possible, grâce à l'ayurvéda.

Les deux types d’orgasme dans l’ayurvéda

L’orgasme peut avoir des effets nuisibles ou positifs selon l’état de ses doshas. Pour le Charaka Samhita (traité médical datant de l'Antiquité, ndlr) : «Les signes d’un shukra dhatu réduit sont : la lassitude, une mauvaise haleine, le manque d’énergie et éventuellement l’impuissance chez l’homme et la frigidité chez la femme

Nuisibles

Positifs

Lorsque vous atteignez l’orgasme, vous avez l’impression qu’il vous vide de votre énergie.Au moment de l’orgasme, on perçoit comme une implosion d’énergie.
Sensations de vide, d’épuisement ou d’un passage à vide.Sensation de se ressourcer au centre de soi-même.
C’est que votre sexualité est centrée sur votre propre plaisir au détriment de l’autre.Cela dénote donc une sexualité centrée dans le cœur.
Il en résulte une sensation de trop chaud, lors de l’éjaculation pour l’homme et de l’orgasme pour la femme.La température du corps reste fraîche sans avoir une impression fiévreuse.
Cet orgasme prend souvent la forme d’explosion sexuelle et de gaspillage d’énergie.Lors de l’éjaculation pour les hommes et de l’orgasme pour les femmes, on éprouve un sentiment d’union avec son partenaire.
Il s’ensuit alors un long moment de perte du désir.Le désir renaît très vite – et c’est ainsi que dans la sexualité ayurvédique, on peut se permettre des orgasmes à répétition grâce à un shukra équilibré.

Sexualité féminine et Ayurveda

L’ayurvéda accorde une très grande importance à la sexualité féminine car dans la tradition indienne, «la femme est la somme totale de toutes les belles choses de la nature et elle est le meilleur aphrodisiaque pour l’homme». Il s’attarde également sur la perte de libido féminine, et souligne que cela n’est pas dû à l’âge ou à la ménopause, mais à un déséquilibre doshique du système reproductif féminin qui peut causer une sécheresse vaginale, des irritations et inhibe son désir sexuel. Ce déséquilibre génital peut être lié à des problèmes de relation de couple, à des tensions au travail et même une fatigue générale.

>>A lire sur FemininBio Tantra : du sexe à la conscience divine par Bhagvati Granier

Les ayurvèdes, après une auscultation en règle prescrivent des médicaments spécifiques pour faire retrouver à la femme une sensation de chaleur et de bien-être dans ses parties génitales. On utilise d’abord de l’huile de noix de coco qui est un lubrifiant naturel pour la sécheresse vaginale car il contient de l’acide linoléique ; l’aloe vera est également extrêmement bénéfique car c’est un gel hydratant naturel qui va réduire la sécheresse de la vulve et contient des vitamines A, C et E ; il se pourrait que cette même sécheresse vaginale soit due au manque de bonnes bactéries (lactobacilles). Appliquez donc du yaourt frais sur les parois internes de votre vagin car il contient ces mêmes bonnes bactéries et consommez quotidiennement un bol de yaourt frais.

L’actée à grappes ou Actea racemosa est une plante à très belles fleurs blanches ou mauves dont on utilise les racines pour traiter tous les problèmes liés à la sécheresse vaginale ainsi qu’à la ménopause. Ses racines contiennent en effet des glucosides dont les propriétés sont très proches des œstrogènes. Elle est également utilisée en gynécologie allopathique contre les syndromes prémenstruels ainsi que dans la régulation des contractions qui surviennent en fin de grossesse.

>>A lire sur FemininBio : Sécheresses vaginales : les bienfaits des huiles végétales

Les légumes frais et les fruits possèdent un bon prana, alors que séchés et conservés, ils perdent peu à peu de cette énergie. Il en va de même pour la sexualité : trop d’éjaculations pour un homme ou une femme font baisser le niveau du prana et apportent un excès de vata – ce qui peut affecter le côlon. La masturbation répétée est également déconseillée dans l’ayurvéda, car elle est liée à une perte des fluides reproductifs et n’est pas le produit naturel d’échanges émotionnels et sentimentaux.

Dans l’ayurvéda, l’homme est solaire et la femme lunaire. Pourtant, il y a contradiction, car dans certains textes ayurvédiques, on dit que «le sperme est plus lié à l’énergie lunaire alors que les parties génitales de la femme sont plus liées à l’énergie solaire…». C’est cette polarité qui mènerait à la perfection sexuelle !

>>A lire sur FemininBio : Sexualité : quels sont les réels bienfaits de l'orgasme ?

L'auteur :

François Gauthier est journaliste, photographe et écrivain, correspondant du Figaro en Asie du Sud pendant dix ans est spécialiste de l’ayurveda. Il est notamment l'auteur du livre Les Mots du dernier Dalaï-Lama (Flammarion, 2018). Il vit en Inde, avec sa femme Namrita.

(©Editions Flammarion)

Le livre :

Encyclopédie de l'Ayuréda, de François Gauthier, aux éditions Flammarion, 2021.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire