Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Oligothérapie

Bouffées de chaleur, poids, libido... L'oligothérapie contre les effets indésirables de la ménopause

Oligothérapie : les nutriments et oligo-éléments pendant la ménopause
Zinc, chrome, lithium : quel oligo-élément contre mes symptômes de ménopause ?
cottonbro / pexels
Ombre et lumière Ombre et lumière

La ménopause est un grand tournant dans la vie d’une femme, qui s’accompagne de transformations physiologiques et psychologiques. Elle est parfois vécue sereinement, mais le plus souvent avec inquiétude en raison des désagréments qu’elle est susceptible d’entraîner. La meilleure façon de bien vivre cette période est d’en parler et de s’y préparer. L’oligothérapie est une solution efficace sur le long terme et sans danger pour passer en douceur ce cap. C’est aussi une solution « à la carte », qui se conçoit de façon personnalisée pour répondre spécifiquement aux symptômes développés.


Partenaire

L'arrivée de la ménopause est une véritable tempête pour notre corps et notre mental. Contre les effets indésirables de cette étape cruciale dans la vie d'une femme, l'oligothérapie, qui utilise les oligo-éléments et nutriments, peut agir en douceur et naturellement. Voici 4 oligo-éléments qui agissent directement sur les symptômes principaux d'une femme ménopausée.

1. Le zinc-cuivre (Zn-Cu) pour neutraliser les bouffées de chaleur

Vous l’avez remarqué tout au long de ce chapitre, le zinc est un régulateur hormonal incontournable. Il va vous aider à surmonter les grands changements liés à l’arrêt des hormones.

L’association avec le cuivre permet de renforcer son action hormonale.

Selon une étude du Dr Robert Viala, un traitement de 84 jours avec l’association Zn-Cu (3 ampoules par jour, soit 202 μg de zinc et 218 μg de cuivre) a permis de réduire très significativement au moins trois des symptômes majeurs de la ménopause : les bouffées de chaleur, la fatigue et les troubles du sommeil.

2. Du chrome (Cr) pour ne pas prendre de poids

Au moment de la ménopause, certaines conditions se réunissent pour vous faire prendre du poids. Mais ce n’est pas une fatalité et de nombreuses femmes ne prennent pas un gramme. Ce n’est pas non plus une raison pour vous laisser aller ! La maternité n’est plus possible, certes, mais vous restez sensuelle, sexuellement disponible et vous pouvez encore tomber amoureuse, même après 50 ans... Alors autant prendre soin de votre ligne !

Le chrome va vous aider à deux niveaux.

En tant que cofacteur de l’insuline, il va lisser votre glycémie, réguler votre appétit et couper court à vos fringales. Résultat, vous mangez mieux, sans prise de poids.

Avec le chrome, vous allez conserver une silhouette féminine. En effet, à l’arrêt des hormones sexuelles, le corps a tendance à se masculiniser un peu, c’est-à-dire que si graisse
à stocker il y a, elle va désormais s’installer préférentiellement sur votre ventre et sur vos hanches, donnant à votre corps une apparence dite en forme de poire (avant, c’était plutôt une silhouette en pomme, avec des rondeurs au niveau des seins, des fesses et des cuisses). La supplémentation en chrome va modifier votre composition corporelle (moins de masse grasse et plus de masse maigre) et diminuer votre fabrication de tissu adipeux. Cet oligo a ici un double avantage, car la prise de graisse sur le ventre est un facteur de risque cardiovasculaire, l’une des complications de la ménopause.

>> A lire aussi Sécheresses vaginales : les bienfaits des huiles végétales

En pratique, réalisez une cure de chrome dès le début des bouleversements hormonaux. Outre le fait que la carence en œstrogènes augmente les pertes urinaires de chrome, cet oligoélément vous permettra de rééquilibrer votre alimentation, d’anticiper une éventuelle prise de poids et de réduire votre risque cardiovasculaire.

3. Du zinc pour une libido au top

Le zinc est l’oligoélément incontournable pour stimuler la libido. D’ailleurs, toute carence affecte le désir sexuel. Rien d’étonnant car cet oligoélément est impliqué dans la production des hormones sexuelles et renforce donc les effets de la testostérone sur le désir, mais sans risque d’accentuer la masculinisation de l’organisme (pilosité, chute de cheveux, voix grave, etc.).

Une cure de zinc est vivement conseillée pour raviver les libidos mises à mal par la ménopause. En effet, même après la cinquantaine, il est important d’entretenir une vie sexuelle, laquelle participe activement à une bonne santé physique et mentale. Les relations sexuelles contribuent aussi à souder le couple, ce qui n’est pas négligeable. Sachez que l’espérance de vie à 50 ans est deux fois plus élevée si l’on vit à deux !

4. Du lithium (Li) et magnésium (Mg) pour la bonne humeur

Les troubles de l’humeur sont fréquents : irritabilité, déprime, anxiété... Ils s’accompagnent souvent de troubles du sommeil, lesquels accentuent la fatigue et détériorent encore davantage l’humeur des femmes. Pour la personne directement concernée et son entourage, ces symptômes ne prêtent pas à rire. Ils méritent d’être pris en charge pour éviter les complications et améliorer la qualité de vie. Le lithium est un oligoélément impliqué dans le contrôle des neurotransmetteurs et donc dans la transmission des informations nerveuses. Classiquement utilisé à forte dose dans le traitement des troubles maniaco-dépressifs, il s’emploie en oligothérapie à très faible concentration, chez les insomniaques, pour les aider à rééquilibrer leur sommeil et à mieux dormir, ou pour lutter contre les états dépressifs.

>> A lire aussi Gérer sa ménopause grâce à l'ayurvéda

Il peut être administré seul pour réguler progressivement l’humeur et le sommeil, ou en complément d’un traitement médicamenteux pour renforcer son action.

Selon certains auteurs, la cure de lithium pourrait aider les personnes qui prennent des somnifères à diminuer les doses en douceur, afin de s’en déshabituer progressivement, voire parfois jusqu’à s’en passer complètement... Cela dit, attention, n’arrêtez jamais un traitement médicamenteux de vous-même, demandez toujours l’avis de votre médecin.

Le lithium est ici conseillé en association avec le magnésium, l’anti-stress et antifatigue par excellence, pour renforcer son action sur l’humeur. Cette association est très bien tolérée et dénuée des effets secondaires classiquement rencontrés avec les antidépresseurs et les somnifères.

Le livre

Le grand livre de l'oligothérapie
(©Editions Médicis)

Le grand livre de l'oligothérapie, par Amine Achite et Isabelle Eustache, paru aux éditions Médicis.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire