Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Médecine douce

Comment gérer un état de stress post-traumatique avec la sophrologie ?

Stress post-traumatique : symptômes et traitement par la sophrologie

La sophrologie permet à la personne de trouver un état de paix, d'accepter la situation traumatisante et la dépasser.

Alexandr Podvalny / Pexels
Connexion à soi Retour aux sources
Gaëlle Piton
Par Gaëlle Piton
le 20 mai 2021

L'état de stress post-traumatique survient après un événement violent qui a généré peurs, détresses et sentiments d'impuissance. Les personnes concernées peuvent faire des cauchemars, des attaques de panique, ou penser constamment à la scène traumatisante. La sophrologue Gaëlle Piton explique en quoi la sophrologie peut être un bon allié pour apaiser les symptômes de ce trouble.


Partenaire

Cet article a été tiré du livre Le grand guide de la sophrologie au quotidien de Gaëlle Piton, paru aux éditions du courrier du livre.

Un système nerveux profondément bouleversé provoque un mal-être et une difficulté à continuer à habiter dans son corps physique. La sophrologie permet de stabiliser et apaiser le système nerveux et ainsi renouer avec le schéma corporel.

Le syndrome du stress post-traumatique

Lorsque j’ai reçu la proposition de mon éditeur pour écrire ce livre, j’avais déjà pour idée et envie de parler de la période des attentats de 2015. Je ne savais pas encore qu’une autre catastrophe, d’origine sanitaire – la pandémie de Covid-19 – frapperait notre pays, nous forçant à vivre une période inédite de confinements, puis de déconfinements. Ces périodes (on pourrait bien évidemment en citer d’autres) ont ceci en commun qu’elles nous mettent face à l’accueil, l’acceptation de l’inacceptable, l’inattendu, l’impuissance. Ce sont des événements violents qui provoquent un stress, une détresse intenses. Un sentiment d’impuissance, d’horreur, accompagné de peurs variées, toutes liées à la peur fondamentale de l’être humain : la peur de mourir et de voir mourir ceux qu’on aime.

On parle du syndrome de stress post-traumatique. Quels en sont les symptômes ? La personne peut tout d’abord revivre la scène traumatisante, que ce soit sous la forme de pensées (ruminations mentales), de cauchemars (syndrome de répétition) chargés d’émotions intenses et parfois de cris, de hurlements. Elle peut aussi être dans l’évitement de tout ce qui peut lui rappeler l’événement et se trouver ainsi dans une forme d’engourdissement émotionnel. D’autres troubles peuvent apparaître comme des troubles anxieux, des attaques de panique, des conduites addictives et une grande altération dans le fonctionnement social et professionnel.

Les pratiques de sophrologie

Les techniques clés de la sophrologie permettent déjà de bien travailler sur la présence de son corps, la présence au moment présent. Renouer avec le schéma corporel et ses sensations pour permettre à l’organisme de ne pas être en état d’alerte continue. Agir sur la fatigue émotionnelle, les troubles du sommeil et développer sa capacité d’adaptabilité peuvent être très aidants pour « faire face » (au sens d’accueillir). La sophrologie peut permettre de se protéger en renforçant son immunité, se réserver une bulle de protection (qui pourrait bien être ajoutée à la liste des « gestes barrières »). Les techniques de futurisation peuvent permettre d’envisager un redéploiement existentiel, et le travail sur le positif de transformer, de transmuter les émotions désagréables et néfastes.

>> A lire aussi : Ondes négatives : exercice facile pour s'en débarrasser

1. Se projeter dans un futur confiant le soir avant de dormir

En fonction de ce qui est possible pour vous, vous pouvez, le soir avant de vous coucher, vous servir de la visualisation pour vous projeter dans un avenir tranquille, paisible, libéré des gênes, des inconforts... dans un avenir serein, plein de potentialités. Prenez le temps de vous visualiser comme étant en mesure d’accueillir vos émotions, sans qu’elles vous submergent, et de cueillir les fruits de l’existence... Laissez venir tous les détails, toutes les sensations agréables, positives, bercé par le rythme calme et tranquille de votre respiration.

2. Ouvrir les fenêtres de son corps (le soufflet thoracique)

Je vous propose simplement d’ouvrir les fenêtres de votre respiration thoracique. Les deux mains au niveau du sternum, coudes relevés, vous allez commencer par souffler et vider les poumons, puis sur une grande inspiration, vous ouvrez la cage thoracique, sentez vos poumons qui se gonflent d’air et invitez vos coudes à se mobiliser vers l’arrière comme s’ils voulaient se toucher (sans vous faire mal, jusqu’à la limite de la résistance confortable). Retenez la respiration quelques instants dans cette position et sur une grande expiration, ramenez vos coudes à leur position initiale. Cet exercice est bon pour s’apaiser, se donner le sentiment de place et d’espace, et détendre le dos.

L'auteure :

Le grand guide de la sophrologie au quotidien, Gaëlle Piton, éditions Trédaniel
(©Editions Tredaniel)

Cet article a été tiré du livre Le grand guide de la sophrologie au quotidien de Gaëlle Piton, paru aux éditions du courrier du livre.

Gaëlle Piton est sophrologue, coach et instructrice en méditation de pleine présence. Elle propose des séances individuelles en cabinet pour les enfants, les adolescents et les adultes et elle intervient également depuis de nombreuses années en milieu scolaire.

Son site : gaellesophrocoach.com

Vous pouvez également la retrouver sur Youtube et Facebook.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire