Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Grande Interview

"L'alimentation est le chemin", l'interview engagée de Vandana Shiva

Vandana Shiva
"Nous sommes en route vers une agriculture sans agriculteurs, et de la nourriture sans nourriture. Il s’agit d’une violation totale du droit à la terre qui est lié au système alimentaire. "
DR
Audrey Etner
Interview par Audrey Etner
le 08 décembre 2020

Nous sommes aujourd’hui à un carrefour, et la voie que nous choisirons d’emprunter déterminera l’avenir de l’alimentation, des populations et de la planète.” Les mots de Vandana Shiva dans son livre Qui nourrit réellement l’humanité,paru en français en avril 2020 chez Actes Sud, résonnent fort en cette année particulière. Nouvelle rencontre éclairante avec l’activiste indienne.


Partenaire

FemininBio Magazine #31 - Novembre / Décembre 2020

Cet article a été publié dans le magazine #31 novembre-décembre 2020

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

Dans un précédent numéro de FemininBio (#22) la physicienne indienne de renommée internationale Vandana Shiva prenait la parole pour dénoncer les mensonges sur le climat. Dans la continuité de sa lutte de vingt ans contre la mainmise des grands semenciers sur le vivant, nous l’avons invitée à réagir à ce que l’année 2020 révèle de notre monde, dans une perspective d’évolution.

Chère Vandana, pouvez-vous nous rappeler de quelle manièrea démarré l’agro-industrie ?

Rachel Carson(1) explique dans son célèbre ouvrage Le printemps silencieux (Silent Spring,1962) que les pesticides utilisés dans les cultures sont dérivés des armes chimiques utilisées dans les zones d’affrontement et les camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un autre livre fondateur du mouvement de l’agriculture biologique, celui d’Albert Howard,Testament agricole (An Agricultural Testament, 1940) indique que ceux qui faisaient des profits pendant la guerre en vendant des armes chimiquesont continué leur entreprise après guerre en commercialisant des produits chimiques agricoles. Par extension, c’est comme si ceux qui avaient été jugés au procès de Nuremberg continuaient aujourd’hui les expériences avec nos corps. Ils ont ensuite réalisé qu’ils pouvaient gagner plus d’argent en contrôlant les semences.
En 1997 j’ai été conviée à un meeting à l’ONUavec ces mêmes entreprises, sur le futur des biotechnologies. Les OGM de première génération (issus de la transgénèse, ndlr) y furent introduits pour pouvoir breveter les semences, et interdire aux fermiers de produire leurs propres semences au moyen d’une réglementation internationale(2). Mais on ne fabrique pas les semences. Les semences représentent la vie et l’évolution. Dès lors, je me suis mise en action pour combattre ce “Cartel du poison” et protéger les semences.

En quoi les OGM représentent-ils un danger pour notre santé ?

Les OGM sont une illusion. Ils nécessitent notammentd’utiliser plus de produits chimiques, que nous ingérons ensuite.
Dans notre intestin, ces intrantsvont continuer à agir en tuant les micro-organismes nécessaires à notre bonne santé.
Les grands semenciers, réalisant que la plupart des consommateurs ne veulent pas des OGM, ont introduitdes OGM cachés c’est-à-dire obtenus entre autres par mutagénèse.Depuis cinq ans, la technologie CRISPR-Cas9 ditedu "genome editing"accélèrent radicalement la manipulation du vivant. Cette technique,présentée comme naturelle, ce qui est faux, est poussée notamment par Bill Gates(3).

L’alimentation biologique est-elle concernée ?

Au départ, l’industrialisation n’était pas compatible avec la production biologique. Mais l’agro-industrie a commencé à racheter les fermes biologiques en poussant la même logique industrielle, détruisant alors les principes même de l'agroécologie.

Trois principes permettent de qualifier une alimentation de biologique. D’abord, la diversité : si vous ne faites pas pousser la diversité vous ne nourrissez pas la diversité. En faisant de la monoculture, vous ne donnez pas assez de nutriments à toutes les espèces, vous ne nourrissez pas les sols. Le local ensuite : "biologique" veut dire la vie, les relations. Si le fermier qui produit la nourriture et ceux qui la mangent ne sont pas en lien, ce n’est pas biologique. L'équitable enfin : si la marge réalisée revient principalement à l’industriel et non au fermier, ce n’est pas biologique.

Qu’en est-il de la recherche autour des alternatives à l’élevage industriel ?

La Silicon Valley régit toute l’industrie de la “fausse nourriture”, à l’instar de la firme Impossible Foodset de son "Impossible Burger",lancé en juillet 2016 et régi par pas moins de 14 brevets, sur lequel j’ai rédigé un essai. Ils ne veulent pas de vraie nourriture qui implique de vrais fermiers et donc une certaine liberté de produire. Ces personnes utilisent l’alimentation comme l’arme ultime contre nos corps, notre liberté.

Et parce qu’ils contrôlent tant d’argent, ils peuvent financer n’importe quelle fausse étude proclamant que la fausse alimentation sauvera le monde. Mais elle requiert plus d’énergie pour être produite, est basée sur le soja OGM qui est un énorme émetteur de gaz à effet de serre qui détruit des espèces. Dans la même veine, vous devez savoir qu’ils sont en train de synthétiser du “faux lait maternel” en laboratoire, présenté comme une solution pour le climat !

Le bien-être animal est tout de même une noble cause...

Je me suis toujours élevée contre la monoculture de l’esprit, ce mode de pensée fasciste qui décide qu’une seule sorte de plante doit être produite et les autres détruites. Donc la monoculture de l’esprit, même au nom de la défense animale, est une violence faite à la nature. Pour ces soi-disant“défenseurs des animaux”peu à peul’idée de nourriture va disparaître, pour devenir une matière première faite de protéines et de glucides.

Nous sommes en route vers une agriculture sans agriculteurs, et de la nourriture sans nourriture. Il s’agit d’une violation totale du droit à la terre qui est lié au système alimentaire. Ce que j’ai appris au fil du temps, c’est que l’alimentation est le chemin. Les réseaux alimentaires sont la vie. Des organismes du sol viennent à notre organisme puis retournent au sol selon un étonnant réseau vivant. Mettre fin aux agriculteurs, mettre fin à la nourriture, c’est mettre fin à notre relation avec la planète et notre lien à la communauté et notre santé.

Nous vivons avec un niveau de maladies chroniques (diabète, cancer, maladies neuro-dégénératives, etc.) encore jamais atteint, toutes reliées à un régime industriel qui crée un décalage avec notre corps.
L’économie de la maladie a désormais atteint une valeur marchande plus importante que l’économie agricole. Les mêmes firmes agroindustrielles vous vendent les médicaments en détenant les firmes pharmaceutiques : Bayer, Syngenta (Novartis),etc. Les malades sont leur marché futur avec un capitalisme de la surveillance.

Comment s’installe cette surveillance ?

Depuis que j’ai commencé à travailler en 1997 sur ces sujets, je peux dire que l’élément le plus fiable pour comprendre les plans de ces firmes, ce sont leurs brevets. Il en est un qui nécessite toute votre attention, délivré le 26 mars 2020, en plein pic de Covid-19. Son numéro est WO2020060606, et sa description est la suivante :“Système de cryptomonnaie utilisant des données d’activité corporelle”. Il est décrit comme un brevet d’entreprise alors qu’il s’agit d’une véritable redéfinition de l’être humain.

Tous les Smartphones possèdent déjà des systèmes de surveillance intégrés. Pendant le confinement, alors que salariés et étudiants sont forcés de travailler à distance, des entreprises et écoles les équipent de systèmes de surveillance numérique capables de tracer leur niveau d’attention. Cela a eulieu notamment à New York, lorsque le gouverneur a signé un accord avec Microsoft sur l’apprentissage numérique.

"La monoculture de l'esprit est une violence faite à la nature"

Les humains deviennent des utilisateurs de leurs dispositifs. Ces outils de contrôle transfèrent l’activité de votre cerveau et celle de votre corps aux serveurs de Microsoft. Ces données sont traitées, et un algorithme décide de votre valeur en fonction de ces données, à laquelle correspond un montant de cryptomonnaie qui vous est alloué et échappe à toute régulation gouvernementale.Enfin, chaque transaction de ce type nécessite une énorme quantité d’énergie qui requiert des antennes 5G partout, pour pouvoir monitorer ces activités en permanence.

Quel est votre espoir pour un futur "vivant" ?

À chaque fois que nous sauvons une graine, l’empire Monsanto est mis à mal car une seule graine libre détruit ce totalitarisme. Et parce que ces firmes sont si arrogantes avec leur vision technocratique, ellesne réalisent pas qu’ils poussent les humains à défendre leurs droits pour faire tomber cette dictature. Et même s’ils pensent pouvoir échapper aux conséquences sur Terre, il n’existe qu’une seule planète vivante, et tout leur argent ne permettra pas de créer la vie sur Mars, qui est une planète morte.

Chacun peut participer à défendre le système alimentaire en produisant à son échelle, et chacun peut gagner sa liberté en ne se laissant pas berner par une fausse liberté qui se cache derrière une fausse sécurité.

(1) biologiste marine et écologiste américaine (1907-1964)
(2) Intellectual Property Agreement of the GATT and WTO (GATT : General Agreement on Tariffs and Trade, accord général sur les tarifs douaniers et le commerce signé le 30 octobre 1947 par 23 pays, pour harmoniser les poltiques douanières des parties signataires. WTO : World Trade Organization, OMC (Organisation mondiale du commerce).
(3) Un pour cent, de Vandana Shiva, Rue de l'échiquier.

Qui nourrit réellement l'humanité ?
(©Editions Actes Sud)

Vandana Shiva est l'auteure de Qui nourrit réellement l'humanité, paru aux éditionsActes Sud. Le site de son ONG altermondialiste fondée en 1991: navdanya.org

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire