Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Intuition

Apprendre à écouter son sixième sens : témoignages de femmes guérisseuses

Comment apprendre à écouter son intuition pour utiliser ce pouvoir ?
Cris Trung / Unsplash
Activer ses dons Activer ses dons
Clara Lemonnier
Par Clara Lemonnier
le 28 février 2021

"Comment tu le sais ?" "Par instinct". Une réponse souvent utilisée lorsque l'on ressent des pressentiments. Mais d'où proviennent-ils ? Et comment les développer ? Ce sixième sens, comme on l'appelle fréquemment, est en réalité un pouvoir présent dans chaque être humain. Les guérisseuses se servaient de cette énergie, cet instinct pour guérir les autres et les aider à se connaître eux-mêmes. A la rencontre de celles qui ont développé leur intuition.


Partenaire

Cet article est extrait de l'ouvrage Le grand livre des guérisseuses, de Clara Lemonnier, aux éditions Iconoclaste, 2020.

Développer son intuition et communiquer avec l’invisible

Pour beaucoup de guérisseuses, l’apprentissage de techniques thérapeutiques concrètes s’enrichit par la suite de pratiques de plus en plus reliées à l’invisible. L’empathie, l’intelligence relationnelle, l’intuition, la capacité à ressentir d’«autres mondes» comptaient parmi les qualités premières qui s’apprenaient entre anciennes femmes guérisseuses. Aujourd’hui, ce passage initiatique se joue en filigrane dans les espaces de formation, par le biais des rencontres et au cours des expériences de soins successives. Car loin d’être des qualités innées, ces dispositions nécessitent une mise en confiance et un entraînement pour réellement réussir dans les soins.

>>A lire aussi sur FemininBio 4 exercices pratiques pour développer son intuition et son sixième sens

Pascale repense aux personnes avec qui elle a passé près d’une année complète à préparer sa reconversion. Avec elles, elle a beaucoup partagé et appris : «C’est des tranches de vie qui se rencontrent. On est massé, on masse les autres, on va au cœur de la personne et au cœur de nous-même, et sans savoir où on va se découvrir ! Et ça, c’était l’aventure totale. C’était énorme ! En somatologie, les profs vous invitent à aller au plus profond de vos retranchements. C’était vraiment très complet en matière de formation. En fait oui, c’était initiatique, au fond. Je suis sortie de là transformée. Complètement.» Au fil de la formation, de ses rencontres et de ses nouvelles expériences, Pascale ressent de plus en plus ce qu’elle nomme « les énergies ». Elle perçoit des sensations en elle quand elle touche les autres, capte des informations sur l’état de santé de ses collègues qui se révèlent justes. Ces quelques mois bouleversent son rapport au corps et au monde qui l’entoure.

L’empathie, l’intelligence relationnelle, l’intuition, la capacité à ressentir d’«autres mondes» comptaient parmi les qualités premières qui s’apprenaient entre anciennes femmes guérisseuses.

Quand vient la fin de la formation, l’émulation collective laisse place à la solitude et au manque de confiance en soi, alors qu’elle doit lancer son entreprise et tenter d’en vivre. Elle commence son activité dans un cabinet tout en laissant de côté ce qui touche à ses perceptions médiumniques naissantes. Elle désavoue même ces facultés : «Je me disais “T’es qui pour faire ça ? T’es qui pour ressentir ça ? Pour croire et signaler ce que tu ressens et donner une information aux gens à partir de ça, en leur disant en plus que cette information est importante? T’es qui ?”» Partant de là, elle trouve davantage de justesse en s’en tenant aux techniques de médecine chinoise qu’elle a étudiées.

>>A lire aussi sur FemininBio S'affirmer en cultivant son intuition

Trois ans plus tard, elle a la sensation de s’être comme « cachée» derrière l’acupuncture pour ne pas avoir à assumer ces ressentis. Elle accepte alors pas à pas sa sensibilité aux énergies des autres et de ce qui l’entoure, au sein d’un monde qui lui semble beaucoup plus vaste et complexe que ce que les perceptions humaines permettent de décrire. Ainsi, en posant les mains sur le ventre, la tête, le dos ou les pieds des personnes qui la consultent, elle est parfois sujette à des sensations particulières : des picotements, des échauffements, des pointes voire des douleurs dans son propre corps, qui lui donnent, dit-elle, des indices pour comprendre ce dont souffrent ses clients. À leur contact, des émotions qui ne semblent pas toujours lui appartenir montent et l’envahissent. D’autres fois, elle voit des images ou entend des sons, voire des scènes ou des messages qui proviennent de son intériorité profonde ou de guides invisibles. Elle a également la sensation de pouvoir livrer de l’énergie aux autres –«comme un canal, ou un robinet !»– et de percevoir l’énergie de défunts ou d’entités qui pourraient nuire à l’état de santé des personnes. Pascale accepte la part d’irrationnel de ces perceptions qui prennent de plus en plus de place dans son travail, et leur fait en quelque sorte confiance pour l’aiguiller et l’outiller efficacement dans ses soins.

Émilie pour sa part ne découvre pas ses facultés de médiumnité à l’âge adulte. Elle voit des défunts depuis l’enfance, sans vraiment oser en parler. Devenue jeune adulte, elle se tourne d’abord vers des formations en lien avec les énergies, ne sachant que faire de ses visions et les laissant un temps de côté. Dans une première école, on lui enseigne les pouvoirs thérapeutiques attribués aux pierres, minéraux multicolores aux diverses vertus, utilisées dans la magie sorcellerie des guérisseuses depuis les temps médiévaux en suivant les principes de contagion et de correspondances entre les éléments de la nature. Choisies judicieusement et posées sur le corps au niveau des centres énergétiques, les pierres réharmonisent l’équilibre vibratoire perdu. La deuxième formation précise la vocation de thérapeute d’Émilie : elle qui n’a pas le «don» et ne «fait pas le secret» aimerait tout de même pouvoir soigner avec ses mains et avec l’appui de l’invisible.

>>A lire aussi sur FemininBio : Écouter notre intuition dans les moments de souffrance

Elle suit alors un programme d’apprentissage des « soins énergétiques » dans une autre école : l’approche est syncrétiste et propose d’aborder tour à tour les principes et les pratiques de l’énergétique chinoise, indo-tibétaine et indienne, la chromothérapie, la thérapie par les sons ou par les odeurs. La notion d’« énergie de l’univers » est au cœur de la nouvelle pratique soignante d’Émilie : c’est une traduction commode, bien que simplificatrice, pour désigner sous une même réalité des concepts complexes qui se distinguent culturellement, tels que le qi, principe qui anime le mouvement du vivant dans la médecine chinoise, ou le souffle vital que les hindouistes nomment prāna. L’énergie permet de parler des forces invisibles telles qu’elles se conçoivent populairement en Occident, comme par exemple chez les sourciers des campagnes françaises qui manient des baguettes de noisetier pour trouver des veines d’eau ou chez les radiesthésistes qui en mesurent l’intensité vibratoire avec leur pendule.

Pour la plupart des thérapeutes comme Émilie, l’énergie est la substance qui anime et traverse tous les êtres vivants. Elle est une notion qui fait converger toutes les médecines holistiques. Aujourd’hui, quand Émilie soigne, c’est en faisant appel à cette énergie universelle : «Je me mets dans un état un peu méditatif, presque automatique. J’ai mon mental de côté. Je fais le vide, je me centre. Je visualise l’ouverture de mon dernier chakra, celui qui est relié au spirituel et à l’énergie de l’univers. Je crée une bulle de protection pour la personne et pour moi avant de poser successivement mes mains sur chacun de ses sept chakras. À ce moment-là, je me représente comme un canal, qui capte cette énergie par le chakra coronal et la redistribue aux gens au travers de mes mains, au niveau de leurs centres énergétiques à eux ou des zones que je ressens comme plus faibles.»

>>A lire aussi sur FemininBio Intuition : suis-je intuitive ?

Mais reste pour Émilie l’irruption fréquente des défunts dans son quotidien. Elle s’inscrit alors dans une école de médiumnité, non pas pour apprendre à s’ouvrir à ces perceptions, comme ce que viennent chercher la plupart des participants, mais pour «apprendre à fermer la porte à ces âmes ou aux mauvaises énergies quand ce n’est pas le moment pour [elle]». Avec cette formation, Émilie apprivoise ses perceptions et décide de les combiner à ses soins : «Je me rends compte que lorsque je me mets en lien avec le monde spirituel, les choses fonctionnent mieux. Je demande à mes guides et aux défunts qui se présentent pendant les consultations de m’aider à faire ce qui est juste et nécessaire pour les personnes. Leurs messages me passent toujours dans l’oreille droite. Comme une petite voix qui me guide et me dit de poser ma main ici ou là.» Alors que la biomédecine construit son efficacité sur sa rationalité et son positivisme, l’approche thérapeutique progressivement déployée par Émilie, comme par d’autres thérapeutes, conçoit l’efficacité des soins dans l’alliance entre pratiques empiriques, croyances aux puissances invisibles et spiritualité.

L'autrice :

Clara Lemonnier est anthropologue, spécialiste des questions de santé au féminin. Elle a réalisé une vaste enquête de terrain sur les guérisseuses dans le Sud-Ouest de la France.

(©Editions L'Iconoclaste)

Le livre :

"Le premier livre exhaustif sur l’histoire et les pratiques des guérisseuses du Moyen Âge à nos jours. Un ouvrage de référence pour tous les publics."

Le grand livre des guérisseuses, de Clara Lemonnier, aux éditions Iconoclaste, 2020.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire