Connectée, ou pas ?

Maître ou esclave de mon Smartphone ? Et si je profitais des vacances pour vérifier ?

Publié le 7 août 2018
Une double expertise unique : Caroline allie le Feng Shui et la méditation active pour accompagner tous ceux qui souhaitent optimiser leurs savoir et l’espace dans lequel ils évoluent. Elle propose un accompagnement psycho-énergétiquue sur mesure adapté à chacun, à la maison comme au bureau.
Alors, accro ou pas accro ?
Alors, accro ou pas accro ?
© Bruno Gomiero

Comment un si petit objet a pu bouleverser nos habitudes en si peu de temps ? Notre experte en pleine conscience nous a préparé une chronologie sur l'ascension de ce petit boitier si magique et addictif, autrement dit, le smartphone.

"T’as pas vu mon tel ?" "Zut, il est encore déchargé !" "Où est le chargeur ?" "Attends une minute j’ai un sms." "Attends attends, je fais une photo pour Facebook", "Oh, personne n’a aimé ma dernière photo, pourtant je suis hyper belle non ?", "Laisse tomber, il est sur son tel, on commence à manger sans lui" "Alice, donne moi ce téléphone, c’est du délire ! A qui tu parles ? Il est 2h du mat ! je te rappelle que tu as cours demain ! Dors !"  "Ouf, le voilà, je vais enfin pouvoir me reconnecter au monde".

Ces phrases là vous interpellent ? Ça vous rappelle quelque chose ? Alors cet article est pour vous, Caroline Gleizes-Chevallier, praticienne en Activation de l’Attention et Méditation active reçoit de plus en plus de patients qui présentent des signes particuliers de manque d’attention, voir d’addiction…. aux smartphones.

"Wahoo, trop beau ce paysage, je partage sur Instagram"

Comment cet appareil peut-il à ce point bouleverser nos vies ? Que nous ayons 10, 20, 50 ans ou plus, la relation que nous avons avec notre téléphone pourrait s’apparenter à une grande histoire d’amour. Lorsque je suis avec mon bienaimé, ni le temps ni les lieux n’ont prise sur moi, je suis dans ma bulle avec lui, rien ne peut m’atteindre. Avec mon tél c’est pareil, il a ceci de plus qu’il est hyper fidèle, aucun risque qu’il ne me quitte, en plus il est disponible 24h sur 24, 7 jours sur 7 ; il me réconforte tel un doudou le ferait pour un plus petit, il m’offre tout ce que je veux, il est multifonction, où que je sois il est là et il m’offre…. le monde entier. Qui ne rêverait pas d’un tel amant, d’une telle maîtresse, sûr, fidèle et divertissant dans toutes mes sphères d’intérêt ?

A lire sur FemininBio : Digital Detox: cet été, on sort de notre addiction au smartphone

Voyons comment ces quelques grammes d’intelligence artificielle et de technologie ont radicalement changé notre mode de fonctionnement et notre rapport à la « machine » et comment cela est arrivé : Petit retour chronologique en arrière : vous souvenez vous de la révolution planétaire qui a eu lieue dans les années 2000 ? C’était il y a 20 ans.

"Hé, regarde, j’ai plus de 100 like sur mon dernier post"

Il y a 20 ans est apparu l’internet avec son réseau et son maillage planétaire, un nouveau mode de communication absolument époustouflant à l’époque, commun aujourd’hui, puis il y a les premiers téléphones portables, qui étaient déjà une révolution stupéfiante, puisque l’on pouvait, pour un tarif modique s’acheter un téléphone, appeler de partout et… partout dans le monde.

Et voilà qu’en 2007 Apple lance le premier e-phone, un téléphone intelligent, le "smartphone" qu’on appelle couramment "mobile" "mob" ou "mon tel". (Notez le pronom possessif qui apparaît, qui en dit peut-être long sur notre rapport à lui). C’était il y a à peine 10 ans et voilà qu’aujourd’hui nous ne pouvons plus nous passer de lui, les jeunes générations n’imaginent même pas vivre sans, et se posent même la question de savoir comment nous avons pu vivre sans, et nous-mêmes, savons-nous "comment on faisait avant ?".

"Mais j’y crois pas, y a pas d’réseau"

La différence fondamentale entre le 1er téléphone portable et le smartphone c’est que le premier servait à téléphoner, je m’en servais donc lorsque j’avais besoin ou envie de communiquer avec quelqu’un. La révolution e-phone, c’est qu’il est une plateforme que je tiens dans la poche, et avec laquelle je me déplace. Il y a toutes les sollicitations possibles, "Mon tél" aujourd’hui me donne accès à l’internet, aux réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Snapchat, Messenger …), aux réseaux professionnels (Linkedin…) aux SMS (Small Message Sent dont l’ancêtre est le télégramme), et à des milliers d’applications (Santé, commerces en tous genres, films, journaux, informations, notifications spécialisées en fonction de nos centres d’intérêts. Il est ma bibliothèque, de livres, de musiques, mes albums photos, mes films, il est mon carnet d’adresse.

A lire sur FemininBio : 10 idées pour ne pas déconnecter pour les vacances

Il me donne accès à mes mails personnels et professionnels, je peux ainsi travailler partout et tout le temps (même dans les parcs, les hôtels, le métro, le tramway, le train et maintenant dans les avions). Il me sert d’appareil photo, de caméra, il est ma plateforme de jeux (et il y en a pour tous les goûts et toutes les tranches d’âge), le tout d’une qualité exceptionnelle tout en étant petit, léger. Je peux le décorer comme je veux avec des coques adaptées à mon goût, à mon style. Il est unique, il est mien, et je vis avec, tout le temps. "Mon tel, j’peux pas vivre sans, il est toute ma vie". Ce phénomène planétaire d’une relation à double sens, mérite qu’on s’y intéresse.

Aujourd’hui c’est aussi et surtout le téléphone qui vient à moi, il interagit avec moi : il m’envoie des signaux sonores pour m’avertir des informations,  des fils d’actualité de mes abonnements, il analyse ma santé, mon sommeil, mon alimentation, il est mon GPS, il enregistre tous mes mouvements et me localise, bientôt il me servira de carte de crédit (les tests sont bien avancés et le service commence à fonctionner dans les zones test). La relation est à double sens.

A lire sur FemininBio : 10 moments slow à s'offrir durant les vacances

Il répond à tous mes désirs, je le programme selon mes centres d’intérêts et me sert tel un esclave qui n’a pas besoin de se reposer, sa contre partie : il capte mon attention, en permanence. Et même pire, lorsque je crois le maîtriser, et que je l’utilise pour chercher une info, je suis distraite, son joli écran brillant de mille couleurs m’informe que j’ai reçu des mails, des sms, que Pierre, Paul ou Jacques a publié une photo, que je peux voir le dernier concert de Britney en ligne ou encore acheter la robe chez Trucmuche quand ce n’est pas Facebook qui m’envoie un message me disant que ça fait x jours que je ne suis pas allé sur le site et que "vous êtes sûre de ne pas être passé à côté d’une info essentielle ? Avez-vous vu le commentaire de Kevin sur….". Facebook me surveille, il connaît mes faits et gestes et tente de me culpabiliser ou de m’inquiéter. Stress, stress en vue….N’aurai-je pas loupé quelque chose ?

Savez-vous combien d’interaction les "early adopters" (Les personnes qui ont rapidement succombé aux charmes du portable) avaient avec leur smart phone en 2013 ? Environ 150 par jour. 5 ans plus tard, c'est-à-dire aujourd’hui, la moyenne des interactions est de 2 500, 5 000 pour les accros. A raison d’une seconde par interaction, ("Où est mon tel ? tu l’as pas vu ? Tiens il est en charge ? Chouette un sms, un mail, une notif, attends… je regarde et j’arrive…."

A lire sur FemininBio : Chronique du futur : tu te souviens du smartphone ?

Toute cette attention portée à cet outil représente autant de temps que nous ne passons pas à faire autre chose. Cet intérêt, représente une à plusieurs heures, par jour, pendant lesquelles notre attention est ailleurs. Si nous sommes connectés au reste du monde, nous en oublions, d’être connecté, à nous, à notre entourage, à nos amis, à la vie réelle et peut-être aussi à notre environnement.

Alors, c’est déjà le temps de vacances pour certains et bientôt pour d’autres, ne serait-ce pas le temps idéal pour vérifier si c’est lui ou nous qui sommes esclave, ne serait ce pas le temps de nous déconnecter un peu afin de se reconnecter à nous même ? A la nature, à notre environnement, à notre famille, nos amis, à nos sensations, à nos émotions ? Sommes-nous capables de nous passer de notre téléphone pendant 3 heures ? Pendant 3 jours ? Pendant une semaine ? Peut-être un joli défi à se lancer ! Bel été à tous !

> L'auteure : Caroline Gleizes-Chevallier est coach en Développement personnel et expert Feng Shui et Méditation Active. Elle est l'auteure du livre Heureux au boulot avec le Feng Shui (édition Eyrolles)
Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte