Pollution

Pic de pollution: solutions naturelles pour se protéger

Publié le 8 décembre 2016
1/5
© Fotolia

1 Protéger sa peau

La pollution atmosphérique est très agressive pour l’épiderme, que l’on ait une peau sensible ou non et accélère son vieillissement, tout comme l'exposition au soleil. Pour éviter la peau terne et les rides prématurés, des gestes à appliquer au quotidien existent. 

Les particules fines s’infiltrent sans scrupule dans nos cellules, en passant par notre peau qui est en première ligne, exposée à l’air ambiant. Que faire contre une barrière cutanée déséquilibrée ? Tout d’abord, nettoyez bien votre peau chaque soir, en plus de la session démaquillage et entamez une cure de masques et gommages réparateurs. Cela stimulera la production de nouvelles cellules pour faire bouclier contre la pollution. En vaporisant une brume purifiante ou apaisante après votre crème de jour, votre peau sera bien protégée pour attaquer la journée.

Agronauti, Crème de jour anti-pollution, 22,69 €.

Phyt’s, Masque Reviderm éclat anti-pollution, 18,40 €. 

 

© Pixabay

2 Protéger sa gorge et ses poumons

Avant tout chose, il est toujours bon de rester attentive aux prévisions météos et d’aller faire un tour sur les sites Airparif et Prév’air pour se faire une idée de l’air que l’on respirera aujourd’hui. Vous éviterez ainsi d’aller faire votre running en plein pic de pollution.

Ensuite, les gestes simples sont les plus efficaces pour protéger sa gorge et ses voies respiratoires comme se laver les mains régulièrement, éviter de se toucher le visage et la bouche, bien dormir et bien sûr éviter de fumer… 

Un petit coup de pouce pour prévenir les maux de gorges et renforcer vos défenses immunitaires : les complexes de bourgeons et les huiles essentielles peuvent être un bon atout pour contrer la pollution. 

La pratique du yoga ou même quelques exercices respiratoires quotidiens pourront vous aider à « nettoyer » vos poumons. Le pranayama peut notamment prévenir certaines maladies cardio-vasculaires et soulager l’asthme. 

Herbalgem, Sirop respiration bio, 6,95 €. 

Vitaflor, Gelée royale, 7,90 €. 

© Pixabay

3 Protéger sa maison

Nous passons la majorité de la journée enfermés à l’intérieur, où les particules polluantes sont souvent aussi présentes qu’à l’extérieur. Pour éviter de respirer un air pollué 24h/24, il faut assainir sa maison. Pour cela, la solution la plus naturelle vient de nos plantes : azalée, ficus, chrysanthème et lierre sont de bons alliés pour absorber à notre place les émanations toxiques.

Ne pas céder aux idées reçues ! Nettoyer votre maison de la cave au grenier avec des produits d’entretiens ne fera qu’empirer les choses à cause des substances toxiques qu’ils contiennent. Celles-ci se logent dans votre moquette avant d’atterrir dans vos voies respiratoires, provoquant de l’asthme et des maux de têtes. Le savon noir et le vinaigre blanc sont tout aussi efficaces pour assainir votre maison et vous protéger d’une pollution inutile.

Puressentiel, Assainissant spray aérien, 10€. 

So’bio, Spray assainissant, 12,15€. 

 

© Pixabay

4 Protéger les plus jeunes

Etant donné que déménager à la campagne n’est pas envisageable pour tout le monde, il faut trouver un autre moyen de protéger ses enfants des effets néfastes de la pollution.

Selon l’INSERM, l’asthme touche plus de 4 millions de personnes en France et ses manifestations surviennent le plus souvent durant l’enfance. La pollution est l’un des premiers facteurs de cette gêne respiratoire qui peut s’aggraver rapidement si elle n’est pas prise en charge. Des gestes au quotidien doivent ainsi être mis en place par les parents comme éviter les promenades et le sport les jours de pic de pollution et réduire l’utilisation de produits polluants à la maison.

Pour leur chambre, des huiles à diffuser ou des sprays assainissants pourra purifier l’atmosphère. Interdisez également l’accès aux chambres aux animaux de compagnies qui peuvent transporter des allergènes et des particules fines.  

Pranarom, Diffusion assainissant bébé, 5, 49€.

© Pixabay

5 Se protéger grâce à l’alimentation

Ce n’est pas un scoop, notre santé passe aussi par l’alimentation, notamment quand il s’agit de se protéger de la pollution. Pour cela, les antioxydants sont une aide précieuse pour renforcer notre système immunitaire.

Fruits, légumes et légumineuses en sont remplis : canneberges, mûres, framboises, fraises, pruneaux, artichauts, asperges, choux rouges, poivrons jaunes ou encore haricots blancs sont les plus efficaces, sans oublier les pommes de terre. Retenez que l’important est de consommer des fruits et légumes colorés, et en quantité suffisante.

D’autres aliments comme le chou blanc, le brocoli et la roquette sont riches en sulforaphane qui lutte contre les effets de la pollution car ils stimulent la détoxication pulmonaire.

Enfin la spiruline est une algue anti-oxydante très efficace, tout comme le curcuma et les baies de goji. 

 

Si nous n’avons pas encore les moyens pour éviter les pics de pollution hivernaux, il existe au moins des solutions naturelles pour protéger le corps et limiter les effets néfastes sur notre organisme.

Protéger sa peau
La pollution atmosphérique est très agressive pour l’épiderme, que l’on ait une peau sensible ou non et accélère son vieillissement, tout comme l'exposition au soleil. Pour éviter la peau terne et les rides prématurés, des gestes à appliquer au quotidien existent.

Les particules fines s’infiltrent sans scrupule dans nos cellules, en passant par notre peau qui est en première ligne, exposée à l’air ambiant. Que faire contre une barrière cutanée déséquilibrée ? Tout d’abord, nettoyez bien votre peau chaque soir, en plus de la session démaquillage et entamez une cure de masques et gommages réparateurs. Cela stimulera la production de nouvelles cellules pour faire bouclier contre la pollution. En vaporisant une brume purifiante ou apaisante après votre crème de jour, votre peau sera bien protégée pour attaquer la journée.

Protéger sa gorge et ses poumons
Avant tout chose, il est toujours bon de rester attentive aux prévisions météos et d’aller faire un tour sur les sites Airparif et Prév’air pour se faire une idée de l’air que l’on respirera aujourd’hui. Vous éviterez ainsi d’aller faire votre running en plein pic de pollution.

Ensuite, les gestes simples sont les plus efficaces pour protéger sa gorge et ses voies respiratoires comme se laver les mains régulièrement, éviter de se toucher le visage et la bouche, bien dormir et bien sûr éviter de fumer…

Un petit coup de pouce pour prévenir les maux de gorges et renforcer vos défenses immunitaires : les complexes de bourgeons et les huiles essentielles peuvent être un bon atout pour contrer la pollution.

La pratique du yoga ou même quelques exercices respiratoires quotidiens pourront vous aider à « nettoyer » vos poumons. Le pranayama peut notamment prévenir certaines maladies cardio-vasculaires et soulager l’asthme.

Protéger sa maison
Nous passons la majorité de la journée enfermés à l’intérieur, où les particules polluantes sont souvent aussi présentes qu’à l’extérieur. Pour éviter de respirer un air pollué 24h/24, il faut assainir sa maison. Pour cela, la solution la plus naturelle vient de nos plantes : azalée, ficus, chrysanthème et lierre sont de bons alliés pour absorber à notre place les émanations toxiques.

Ne pas céder aux idées reçues ! Nettoyer votre maison de la cave au grenier avec des produits d’entretiens ne fera qu’empirer les choses à cause des substances toxiques qu’ils contiennent. Celles-ci se logent dans votre moquette avant d’atterrir dans vos voies respiratoires, provoquant de l’asthme et des maux de têtes. Le savon noir et le vinaigre blanc sont tout aussi efficaces pour assainir votre maison et vous protéger d’une pollution inutile.

Protéger les plus jeunes
Etant donné que déménager à la campagne n’est pas envisageable pour tout le monde, il faut trouver un autre moyen de protéger ses enfants des effets néfastes de la pollution.

Selon l’INSERM, l’asthme touche plus de 4 millions de personnes en France et ses manifestations surviennent le plus souvent durant l’enfance. La pollution est l’un des premiers facteurs de cette gêne respiratoire qui peut s’aggraver rapidement si elle n’est pas prise en charge. Des gestes au quotidien doivent ainsi être mis en place par les parents comme éviter les promenades et le sport les jours de pic de pollution et réduire l’utilisation de produits polluants à la maison.

Pour leur chambre, des huiles à diffuser ou des sprays assainissants pourra purifier l’atmosphère. Interdisez également l’accès aux chambres aux animaux de compagnies qui peuvent transporter des allergènes et des particules fines.  

Se protéger grâce à l’alimentation
Ce n’est pas un scoop, notre santé passe aussi par l’alimentation, notamment quand il s’agit de se protéger de la pollution. Pour cela, les antioxydants sont une aide précieuse pour renforcer notre système immunitaire.

Fruits, légumes et légumineuses en sont remplis : canneberges, mûres, framboises, fraises, pruneaux, artichauts, asperges, choux rouges, poivrons jaunes ou encore haricots blancs sont les plus efficaces, sans oublier les pommes de terre. Retenez que l’important est de consommer des fruits et légumes colorés, et en quantité suffisante.

D’autres aliments comme le chou blanc, le brocoli et la roquette sont riches en sulforaphane qui lutte contre les effets de la pollution car ils stimulent la détoxication pulmonaire.

Enfin la spiruline est une algue anti-oxydante très efficace, tout comme le curcuma et les baies de goji.

Articles du thème Déchets & pollution
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte