Partenaire
Inspirer, Faire du bien

OGM : nous aussi on dit NON !

Maïs transgénique
Audrey Etner
Audrey Etner
le 24 septembre 2012
La publication de l’étude du Professeur Gilles-Eric Séralini menée sur des rats exposés aux OGM pendant deux ans a fait l’effet d’une bombe. Les OGM seraient dangereux pour la santé, n’en déplaise à Monsanto et consorts, ces industriels qui les exploitent. Alors « scandale alimentaire mondial » comme le tweetait mercredi Corinne Lepage, ou coup médiatique organisé ? Nous, on dit NON aux OGM.

Partenaire

OGM : nous aussi on dit NON !

Les OGM dans le viseur

Mercredi 19 septembre l’info est lancée en exclusivité par le Nouvel Observateur : « Oui, les OGM sont des poisons ! » en dévoilant l’étude du Professeur Gilles-Eric Séralini.
Reprise ensuite en Une de tous les grands quotidiens, l’article choc illustré d’images  terrifiantes de rats de laboratoires déformés par d’énormes tumeurs fait le tour de la toile.

Cette étude de Gilles-Eric Séralini dont tout le monde parle

Pendant deux ans, Gilles-Eric Séralini, professeur à l’université de Caen que l’on sait fermement opposé à la culture des OGM, a mené secrètement une étude sur 200 rats répartis en trois groupes : le premier est nourri au maïs Monsanto NK603, le second a reçu le maïs traité au Roundup - un herbicide produit aussi par Monsanto et utilisé jusque dans les jardins des particuliers - et le dernier groupe du maïs non modifié traité au Roundup.
- Les résultats sont édifiants : une mortalité 2 à 3 fois supérieure et le développement de tumeurs « grosses comme des balles de ping pong » pour les rats exposés à l’OGM et/ou à l’herbicide.
- L’expérience est décrite en détail dans le livre de Gilles-Eric Séralini  « Tous Cobayes ! » à paraitre le 26 septembre, jour de la sortie du film éponyme de Jean-Paul Jaud1 dont sont tirées les images de rats malades qui circulent sur internet.

Pourquoi on a peur des organismes transgéniques

Officiellement, le maïs génétiquement modifié est déclaré sans danger pour la consommation. En effet, Monsanto effectue des tests d’innocuité au bout de 3 mois sur des rats. Or, les premières grosses tumeurs révélées par l’étude du Pr. Séralini apparaissent au bout de 4 mois.

Si la culture d’organismes génétiquement modifiés est interdite en France, elle est autorisée dans de nombreux pays d’Europe et 2/3 de nos importations de soja sont des OGM qui alimentent le bétail que nous consommons (source à préciser). Des traces sont donc bien présentes dans la viande, les œufs et le lait.

Interrogé par le Nouvel Observateur, Gérard Pascal, toxicologue à l’INRA et spécialiste de la question des OGM indique en première lecture que « si les résultats se confirment, c’est le scoop du siècle. Et, dans ce cas, il faudrait interdire les OGM dans le monde entier. Mais nous n’en sommes pas encore là ».

La polémique sur la fiabilité de l’étude

Comme toujours dans les affaires de santé publique où de montants considérables sont en jeu, les contestataires n’ont pas tardé à se manifester.
- L’étude a été menée par le CRIIGEN (Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie GENétique) dont font partie Corinne Lepage et Gilles-Eric Séralini. Elle paraît sur le site du Nouvel Observateur en exclusivité qui fait la promotion de la sortie de leurs livres respectifs sur le sujet.
- Elle a été financée par les patrons de la grande distribution qui ont tout intérêt à éviter un autre scandale alimentaire après celui de la vache folle – Auchan et Carrefour, les plus avancés sur la commercialisation de produits bio ou sans OGM.
- Des données aussi terrifiantes et les conséquences éventuelles qu’elles pourraient avoir sur l’industrie agro-alimentaire méritent, selon de nombreux scientifiques, d’être vérifiées point par point (régime alimentaire des rats, groupe d’animaux sujets aux tumeurs, panel pas assez représentatif etc.)

Notre avis qui n’engage que nous

Il est évident qu’au delà même de leur possible toxicité pour l’homme, le fait de modifier les gènes d’un organisme vivant est par essence contre nature. Si aucune étude n’avait encore démontré les dangers des OGM pour notre santé, de nombreuses associations de défense de l’environnement estiment que les tests effectués par les grands industriels sont insuffisants. Les chromosomes transformés des plantes contaminent les cultures voisines et perturbent tout leur écosystème. Autre point : les cultures modifiées génétiquement sont stériles. Il faut donc en racheter pour chaque culture ce qui fait les choux gras des firmes comme Monsanto.

Que les résultats de l’étude du Pr Gilles-Eric Séralini soient confirmés ou non, cette étude a le mérite de soulever des questions au plus haut niveau et de remettre en doute la toute puissance de pratiques entrées dans les habitudes de production courantes.

La volonté de FemininBio a toujours été de proposer des conseils pour vivre mieux et en harmonie avec son environnement. Alors, privilégions une alimentation biologique et garantie sans OGM, aussi locale que possible et de saison, pour éviter le recours à des pesticides. En vous adressant directement à des producteurs et à des éleveurs, vous en saurez plus sur la nature de leur exploitation et la façon dont leurs animaux sont nourris par exemple.  Consommer mieux et respecter notre planète en revenant aux fondamentaux, on dit Oui !

Au fait, qu’est ce qu’un OGM ?

C’est un organisme vivant dont le patrimoine génétique a été modifié par l’homme pour obtenir des plantes ou animaux avec certaines caractéristiques. Ainsi maïs, soja et coton résistent mieux à certains parasites ou aux herbicides utilisés dans les cultures. Il peut s’agir aussi d’augmenter artificiellement les qualités nutritionnelles d’un aliment. 



1 – Jean Paul Jaud a aussi réalisé les documentaires « Nos enfants nous accuseront » et « Severn »

Greenpeace a publié un guide des produits avec ou sans OGM

Audrey Etner
Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire