Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Symbolique

Evolution ou révolution ? A la recherche d'une liberté retrouvée pour 2021

Brooke Cagle/Unsplash
" Sans chercher à toujours tout interpréter, prêtons attention à ce qui provoque en nous de fortes réactions, ce qui nous remet en question. "
Brooke Cagle
Christian Maillé
Par Christian Maillé
le 24 novembre 2020
Un éclairage porteur de sens sur la période que nous traversons, à la lumière des énergies astrales et de la compréhension symbolique de notre expert Christian Maillé. L'heure est au délestage des illusions perdues, vers une liberté retrouvée. Enracinez-vous et reprenez votre souffle de vie !

Partenaire

Cet article a été publié dans le magazine #31 novembre-décembre 2020


>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

En tant que symbiologue, mot créé à partir de trois racines – "sym" (unité commune) – "bio" (vie) – "logue" (logos, langage) –, je regarde l’actualité comme un reflet de notre conscience évolutive. Dans ce regard, le petit renvoie au grand et le grand au petit, il n’y a pas de séparation entre les évènements et notre vie intérieure, tout est signifiant pour notre conscience. Le symbole est vivant.

Selon les philosophies ancestrales, nous vivons un rêve dont nous devons nous éveiller et tous les éléments du rêve sont nous-mêmes. Ce rêve est perçu comme une « matrice», une « Maya » qui, comme une grande toile d’araignée, tisse le Monde à partir de nos pensées, croyances et intentions.

Ma pratique symbiologique m’aide à décoder ce langage, à libérer l’identification à cette matrice, par une libération et une évolution intérieures suffisantes, permettant de développer la conscience de la cocréation de notre réalité. 

Le sens de la vie 

Ainsi, tout ce que nous vivons individuellement ou collectivement est porteur de sens, comme un miroir de notre vie intérieure.
Sans chercher à toujours tout interpréter, prêtons attention à ce qui provoque en nous de fortes réactions, ce qui nous remet en question.

Donner du sens à sa vie reste une quête qui nous permet d’aller plus loin dans notre évolution. C’est un chemin de conscientisation qui permet de sortir de l’ignorance, d’une zone de non-choix et d’une matrice qui nous maintient endormis.

Évoluer, c’est aussi aller dans notre zone d’inconnu et de peur, pour prendre le courage de notre vie.
Plus que jamais, le passage vers 2021 intensifie notre besoin de donner du sens à ce que l’on vit. Où va-t-on ? Où allions-nous dans cette poursuite sans fin ?

>> A lire sur FemininBio Le Coronavirus, un message pour élever l'humanité ?

Le règne de la peur 

Aujourd’hui, la matrice se retrouve avec un gros bug : un virus.
Inutile de se voiler la face, la science ne peut que chercher, expérimenter, tenter de comprendre cette puissance qui organise toute vie, mais elle ne peut contrer les milliards de virus partout présents à chaque instant. Un seul petit microbe peut suffire pour ramener à l’humilité, à s’interroger sur notre façon de vivre et à se vivre en vérité.

Beaucoup avancent encore masqués. Autrefois, le carnaval, pendant quelques jours de manifestations, montrait aux rois ce que ça faisait d’être un bouffon, un sans-culotte, un pauvre. Aujourd’hui les manifestations politiques, religieuses, culturelles, artistiques, festives, naturelles sont interdites : on parle de "risques de rassemblement".

De tous temps les manifestations ont participé à l’évolution, mais quand le contrôle prend le pas sur les libertés, avec des moyens de plus en plus dissuasifs et technologiques, en conditionnant des peurs à grande échelle, alors l’évolution peut devenir R-évolution.

L'autre compréhension 

Symbiologiquement, ce qu’on vit au quotidien renvoie au sens caché. Ainsi, l’excès de contrôle nous parle en polarité opposée de liberté, de besoin d’ouvrir la bouche pour demander de l’aide, se faire entendre. Le masque, c’est la persona, le personnage qui nous maintient dans un rôle. En inversion, il nous appelle à comprendre quel rôle nous jouons.

Le virus nous questionne dans ce qui est en mutation, ce que l’on a confiné, ce qu’on a limité. Stopper le virus, c’est stopper ce qu’on laisse proliférer de non-droit, stopper ce qui est virulent sur cette planète. On a beau marquer « danger », «mauvais pour la santé », cela continue, s’aggrave, car notre conscience est endormie. L’éveiller passe par poser des actes en conscience, dans une compassion sincère. Chacun à son possible.

>> A lire sur FemininBio Ecoféminisme et Coronavirus : un nouvel imaginaire face à la crise économique

Le test de positivité 

À la lumière de la symbiologie, le test de positivité nous invite peut-être à nous interroger sur l’usage de notre positivité dans le Monde. Que veut dire être positif dans ce Monde ? Être testés sur notre comportement de bienveillance, de respect, sur nos actes et pensées positives, voilà le vrai test! Alors oui, entrons dans cette immunité collective positive et comptons les vivants.

Nous avons le droit de manifester notre besoin de vivre en paix, heureux, libres et en bonne santé. Respect et paix, deux gestes libertaires plutôt que barrières. Le gel nous invite à ne pas avoir les mains sales dans l’usage des richesses du Monde.
Avoir les bons gestes ? Alors il est de temps de comprendre nos effets de serre, d’aller respirer « une nouvelle ère », une vie de plein droit d’être humain, d’avoir un toit, où toi et moi on peut se serrer la main sans peur, se prendre dans les bras. Le plus terrible c’est de vivre sans amour, sans joie, sans contact.

"Respect et paix, deux gestes libertaires plutôt que barrières"

On pourra toujours menacer, culpabiliser, mettre des amendes pour non-port du masque, cela ne fera qu’empirer. D’autant que dans d’autres pays on autorise sans amende le port d’arme. Mais les armes les plus meurtrières, ce sont nos indifférences, nos ignorances, nos privations de droits universels. On parle de distanciation, symbiologiquement cela nous renvoie à cet écart qui se creuse de plus en plus, tellement creusé que cela creuse des tombes collectives. Les demandes d’asile dénoncent un Monde qui devient fou.

>> A lire sur FemininBio Coronavirus : pour Guillaume Corpard, "cette crise n’est qu’une répétition de ce que nous risquons de vivre dans les prochaines années"

La conscience du collectif 

Parler d’évolution. Oui. Avons-nous fait évoluer les droits de l’Homme, de la Femme, de l’Enfant, de la Terre, des animaux ? À quel moment peut-on se dire "évolué" ? Depuis quand l’évolution se mesure à son portefeuille, à son titre, à son nombre de «like», à son nombre de prières ou de méditations ?

Et si l’évolution c’était d’arriver à se sentir en paix, en joie, en amour, en don de soi, à oser baisser les armes, les masques, les barrières, arriver à partager en se sentant fier de vivre sur cette planète magnifique et dans une solidarité heureuse ? Une évolution de la conscience, certes, mais nous partageons un ciel, une terre, une mer, un air, un espace, une vie, une humanité. Nous sommes UN. L’évolution c’est oser sortir de sa boucle, de ses murs, oser descendre dans sa cave, oser sa lumière, oser la volonté du bien pour tous.

Notre expert 

Christian Maillé est coach symbiologue et astrologue. Il accompagne sur un chemin de conscience corporelle, énergétique et spirituelle. Son site souffledartmonie.com

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire