Psycho

Quel est le lien entre silence et développement personnel?

Publié le 16 décembre 2016
Le silence, pour converser avec soi-même
Le silence, pour converser avec soi-même
© Pixabay

Nous avons rencontré Caroline Escartefigues, psychologue clinicienne, sur la question du silence. Plongez au fil de nos rendez-vous au coeur de cette notion passionnante. Aujourd'hui, on questionne le lien entre silence et développement personnel.

Les scientifiques ont mesuré que nous avons en moyenne 10 000 pensées par jour, sur lesquelles 9000 sont inconscientes et tournent plus ou moins autour d’une dizaine de programmations erronées qui poussent à nous désaimer : je suis coupable, je suis en danger, je ne suis pas à la hauteur, je suis blessé pour toujours, je ne suis pas aimable…

Comme le démontre le psychanalyste Lacan, l’inconscient est structuré comme un langage ; mais cela vaut dans le système psychanalytique qui considère uniquement l’inconscient, le subconscient et le conscient, et comprend la guérison uniquement au travers de la verbalisation. Or, la psychologie transpersonnelle qui vise la part spirituelle de l’homme considère qu’il y a le subconscient, le conscient et le supra-conscient.

Le retour au silence vise cet aspect supra-conscient pour guérir. C’est cet au-delà du silence où le sujet se relie à lui-même. La vision et la compréhension de la psychologie transpersonnelle vise quelque chose de plus grand qui dépasserait qui dépasserait le sujet. Dans cet état d’accueil où le silence est intention et compréhension, le moi supérieur offre des réponses. Il parle au silence… Otto Rank écrivait déjà en 1941 « La psychologie actuelle va dépasser son utilité et être remplacée par une psychologie plus en harmonie avec les valeurs spirituelles » ; le silence en est l’un des vecteurs.

Caroline Escartefigues est psychologue clinicienne. Son site internet, psychologieenpleineconscience.fr

Articles du thème Psychologie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte