Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Thyroïde

Hyperthyroïdie : tout savoir sur ce trouble de la thyroïde

L’hyperthyroïdie est une affection fréquente. Elle touche de 5 à 20 personnes sur 1 000 selon les pays. Elle est 5 à 10 fois plus fréquente chez la femme que chez l’homme

Ernily - Unsplash
Claire Boubert
Par Claire Boubert
Publié le 17 juin 2022

Perte de poids, fatigue, perte de cheveux... l’hyperthyroïdie est un dysfonctionnement de la glande thyroïde, qui produit des hormones en excès. Les femmes sont plus concernées que les hommes par ce trouble dont la cause est généralement auto-immune. Explications avec la docteure Laure Martinat, anesthésiste-réanimateur et naturopathe.


Partenaire

La thyroïde est une glande logée à l'avant du cou, sous le larynx et près de la trachée. En forme de papillon, elle fait partie du système endocrinien qui produit des hormones contrôlant de nombreuses fonctions du corps. "Il s’agit de la thyroxine ou T4 (forme inactive) et de la tri-iodo-thyronine ou T3 (forme active), synthétisées à partir d’iode issue de notre alimentation" explique le docteur Laure Martinat, médecin anesthésiste-réanimateur et naturopathe.

A lire également : Hypothyroïdie : causes, symptômes et traitements naturels

La glande thyroïde est une glande très importante car les hormones thyroïdiennes jouent un rôle à l’échelle globale de notre organisme. "Elle va intervenir dans de multiples fonctions : développement du système nerveux central, métabolisme osseux, métabolisme énergétique, fonction cardiaque, croissance et développement, fertilité...". On parle d’hyperthyroïdie lorsque les taux sanguins de T3/T4 sont anormalement élevés de manière durable. Cette production excessive d’hormones thyroïdiennes augmente le métabolisme de manière générale et produit donc une grande variété de symptômes.

Qu’est-ce que l’hyperthyroïdie ?

L’hyperthyroïdie est une maladie très fréquente liée à un fonctionnement hyperactif de la glande de la thyroïde. L’hormone thyroïdienne est produite en quantité excessive entraînant une augmentation du métabolisme de base et des fonctions vitales de l'organisme. Laure Martinant le rappelle, "les causes d’hyperthyroïdie sont variables. On a les hyperthyroïdies auto-immunes par exemple comme la maladie de Basedow ou la thyroïdite du post-partum, qui touche principalement les jeunes femmes. Il y a également les nodules thyroïdiens hypersécrétants qui touchent préférentiellement la personne âgée, en particulier la femme également". Il existe aussi des causes médicamenteuses avec des apports excessifs d’iode, amiodarone (un médicament antiarythmique) interféron (un médicament immunomodulateur).

Là aussi, les symptômes sont très variables et dépendent de l’intensité de l’hyperthyroïdie :

  • Des symptômes cardiovasculaires : une tachycardie avec des palpitations, parfois associée à une augmentation de la pression artérielle ;
  • Un amaigrissement, alors même que le patient décrit une augmentation de l’appétit ;
  • Une thermophobie : le patient a toujours extrêmement chaud ;
  • Des troubles neuropsychiques : anxiété, fatigue, nervosité, agitation, des troubles du sommeil ;
  • Parfois, des tremblements des mains ou une perte de masse musculaire ;
  • Dans de rares cas d’hyperthyroïdie, des complications cardiaques graves peuvent apparaitre et/ou révéler la maladie : troubles du rythme cardiaque à type de fibrillation auriculaire, insuffisance cardiaque.

Le médecin demandera un premier bilan sanguin avec dosage de la TSH, régulateur de la glande thyroïde aidant à garantir le bon équilibre des hormones qui se fait par une prise de sang. Ce premier examen sera complété afin de déceler les causes de l’hyperthyroïdie : une recherche d’anticorps spécifiques (pour dépister une éventuelle maladie de Basedow), une échographie du cou pour visualiser la thyroïde (à la recherche de nodules) ou une scintigraphie... Le médecin peut également prescrire des examens complémentaires pour évaluer le retentissement de l'hyperthyroïdie : bilan cardio-vasculaire, bilan ophtalmologique, bilan rénal,...

A lire également : Dérèglements de la thyroïde: et si c’était les perturbateurs endocriniens?

Peut-on prévenir l’hyperthyroïdie ?

L'hyperthyroïdie en tant que telle ne peut pas être prévenue, certains facteurs peuvent perturber le fonctionnement de la thyroïde : "Globalement, il faut retenir que la thyroïde est un système à la régulation fine, étroite et qui est sensible aux perturbations. On essaie d'éviter de s’exposer à toute la grande famille des perturbateurs endocriniens que l’on retrouve dans l’alimentation ou les cosmétiques", conseille la spécialiste. De même, la thyroïde est une glande sensible au stress. "Il est nécessaire de lutter contre les facteurs de stress au quotidien qui va dérégler son bon fonctionnement".

Quelques nutriments peuvent également jouer un rôle clef sur la prévention de l'hyperthyroïdie :

  • Les produits pauvres en iode qui aident à réduire les hormones thyroïdiennes (blanc d’œuf, fruits frais, avoine, miel) ;
  • Les légumes crucifères qui empêchent la thyroïde d’utiliser tout l’iode disponible dans l’organisme (choux, brocoli, bambou, roquette) ;
  • Les aliments riches en fer puisqu’un faible taux de fer est associé à l’hyperthyroïdie (viande rouge, haricots secs, noix) ;
  • Le sélénium "participe à la synthèse et à l’activation des hormones thyroïdiennes, il protège la glande thyroïde du stress oxydatif, sans parler de son rôle fondamental dans la bonne santé du système immunitaire". Fruits de mer, poissons, viande, œufs ou lentilles en sont riches ;
  • Les aliments riches en vitamine D et en calcium qui protègent les os souvent affaiblis par l’hyperthyroïdie (saumon, amande, pruneau, haricots blancs, produits laitiers, à doses raisonnables).

Quels sont les traitements naturels contre l’hyperthyroïdie ?

Il existe des traitements naturels qui peuvent aider en cas de pathologie thyroïdienne mais il est "impératif de suivre les conseils d'un professionnel de santé car l’équilibre de la fonction thyroïdienne est très fragile". Une surveillance étroite du fonctionnement de la thyroïde est en effet nécessaire et cela ne se substitue pas à une prise en charge médicale.

Les plantes sont des alliées pour aider à soigner l'hyperthyroïdie. En aromathérapie, c’est "l’huile essentielle de myrrhe qui est une excellent thyrorégulatrice", permettant de freiner l’activité de la glande thyroïde. En phytothérapie, la mélisse peut s’utiliser en infusion car elle augmenterait l'effet de ces hormones, le lycope (qui permet de diminuer le volume de la thyroïde, de réguler le rythme cardiaque et la pression artérielle et de diminuer la fièvre) et le grémil (freine naturellement la synthèse de l'hormone thyroïdienne) en teinture mère par exemple.

En cas d’hyperthyroïdie, il est intéressant de se tourner vers des plantes qui vont avoir une action plus symptomatique et ainsi contribuer à traiter les symptômes liés à l’hyperthyroïdie. On peut citer par exemple :

  • l’huile essentielle de marjolaine à coquilles est connue pour être calmante, une rééquilibrante nerveuse, anxiolytique et cardiovasculaire.
  • l’aubépine aide à réguler le rythme cardiaque.
  • en gemmothérapie, le macérat de bourgeons de tilleul est un sédatif et calmant.

A lire également : Quelles plantes pour booster et soigner votre thyroïde ?

Merci au Dr Laure Martinat, anesthésiste-réanimateur, naturopathe, phyto-aromathérapeute et auteure du livre Immunité, maladies infectieuses et convalescence : renforcer sa santé naturellement Éditions Quintessence

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire