Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Interview

"Je ne vis que dans l'instant", comment la rencontre des aborigènes a changé la vie de Vanessa Escalante

Ma peau d'un autre monde - Vanessa Escalante

"La plus grande qualité que j'ai développé auprès de ces cultures est un sens d'appartenance à une immense famille." Vanessa Escalante

Vanessa Escalante
Echapper au quotidien S'évader
Adèle Gireau
Par Adèle Gireau
le 01 août 2021

Après 10 ans d'expédition auprès des peuples aborigènes, Vanessa Escalante revient dans un état d'esprit transformé. Là-bas, en Australie, elle découvre une nouvelle culture, et rencontre l'amour et la spiritualité. Inspirée par son vécu, elle a écrit un livre "Ma peau d'un autre monde", et nous raconte ici sa métamorphose.


Partenaire

Vanessa Escalante - Ma peau d'un autre monde

À la question « Pourquoi l’Australie ? » la cinéaste documentariste Vanessa Escalante répond : « J’ai suivi mon instinct. Quelque chose d’indéfinissable et de puissant me poussait à raconter l’histoire de terres volées et de peuples dominés.»

Son livre Ma peau d'un autre monde est une plongée dans les secrets de la plus ancienne culture du monde, à travers un témoignage intime et immersif.

FemininBio : pourquoi avoir tout quitté pour partir en Australie ?

Vanessa Escalante : L'Australie m'a appelée. En 2005, après avoir vu le film "Rabbit Proof fence" de Phillip Noyce, j'ai été très touchée par l'histoire des enfants métis aborigènes volés, ainsi que par les qualités des traqueurs capables de lire l'environnement. Une force me poussait à aller à la rencontre des peuples aborigènes. Elle agit encore aujourd'hui. Je parle d'une force car c'est littéralement quelque chose qui est à l'extérieur de moi et qui me pousse à y retourner chaque année. J'agis toujours par instinct, je fais les choses puis je ne découvre qu'après le pourquoi. Un jour je me réveille et je sais que je dois raconter telle ou telle histoire. C'est la route qui me guide.

Qu'avez-vous compris, au contact des Aborigènes ?

Après 10 ans d'allers et retours réguliers auprès de certaines communautés, j'ai compris que je venais retrouver des valeurs essentielles déjà présentes en moi : le lien avec la nature, le sens d'une famille élargie à l'univers tout entier. J'ai presque abandonné totalement le rapport au temps que la vie occidentale impose. Et depuis que je ne vis que dans l'instant, je suis toujours au bon endroit au bon moment. J'étais déjà très indépendante avant, mais l'Australie aborigène m'a forcée à abandonner un maximum de peurs. La plus grande qualité que j'ai développée auprès de ces cultures est un sens d'appartenance à une immense famille. J'ai créé une grande toile familiale à travers plusieurs pays et différents univers. Je sais que n'importe où que je sois, je ne serai jamais seule.

Quelles surprises avez-vous rencontrées au cours de ce voyage ?

Les traumatismes émotionnels et spirituels engendrés par la colonisation se transmettent à travers les générations aborigènes. Et le système de santé australien n'est pas fait pour comprendre leur vision du monde. Par exemple, un enfant aborigène qui vit dans une communauté traditionnelle ne va pas avoir la notion de qui il est (dans nos critères occidentaux). Car ces questions ne se posent pas quand l'identité familiale est plus importante que l'individu. Les jeunes appartiennent à une grande famille dont ils peuvent retracer les liens très loin dans le passé. Ils appartiennent à une terre de naissance et ont la conscience de leurs origines. Les services de santé à l'enfance australiens comprennent mal les codes culturels de ces peuples, leurs réactions et ces différences peuvent conduire à de graves erreurs de diagnostiques. C'est très courant de soigner des enfants pour des problèmes mentaux qu'ils n'ont pas.

Néanmoins certains rares hôpitaux inclus maintenant les guérisseurs aborigènes dans leurs services. Aussi, il y a aussi une culpabilité de la part des descendants australiens qui ont du mal à regarder la vérité en face sur la réalité de la colonisation. Ils ont grandi dans l'histoire du mythe héroïque de leurs ancêtres. Cela crée un énorme fossé entre les deux mondes.

>> A lire aussi : Karma : les 12 lois qui vont vous changer la vie

Dans quel état d'esprit êtes-vous repartie, au bout de 4 ans d'expédition ?

J'ai fait des allers et retours en Australie de 3 mois chaque année pendant 10 ans. 4 ans, c'est le temps qu'il m'a fallu pour faire aboutir mon film "La révolte des rêves". Une immersion incroyable auprès de clans qui se sont mobilisés sur plusieurs années pour protéger une terre sacrée d'un enfouissement nucléaire. A chaque retour en France, la vie me semblait insipide comparée à la nouveauté que m'offrait l'Australie : de vastes horizons, un rythme différent, une vie de déplacements pour les besoins de mes tournages, des rencontres intenses, le magnétisme de la terre. Je mettais alors toute mon énergie au service de l'organisation du prochain départ. Je n'avais que ça en tête : quitter la France et repartir.

Dans votre livre, vous dites y avoir rencontré l'amour. Acceptez-vous de nous en dire plus ?

Oui j'ai rencontré l'amour auprès d'un homme issu des générations volées aborigènes. Pendant 3 ans nos différences culturelles nous ont fait évoluer sur de nombreux plans. Cette histoire a marqué un changement radical dans ma vie et a laissé des souvenirs et des sensations indélébiles. Elle m'a permis de révéler des choses enfouies en moi, de passer à un autre niveau de conscience de la vie. Cette personne reste très importante dans ma vie même si j'ai à présent un nouvel amour... encore d'un autre pays.

Finalement, quelle place occupe la spiritualité dans votre vie ?

Je ne sais pas ce que serait ma vie sans la spiritualité. Si je n'avais pas cette certitude que chacune de mes pensées ou de mes créations ont un sens dans une conscience plus globale... Alors je ne ferai rien et m'ennuierai terriblement. La spiritualité est mon moteur, la raison qui me fait travailler sur moi et m'élever.

Son livre

Ma peau d'un autre monde, Vanessa Escalante, Mama éditions

Vanessa Escalante est l'autrice du livre Ma peau d’un autre monde paru aux Mama éditions.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire