Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Santé

Fatigue, maux d'estomacs, perte de cheveux... Comment savoir si mon corps est trop acide ?

équilibre acido basique

Caries, cheveux cassants, maux de ventre... Les symptômes d'un équilibre acido-basique perturbé.

Sebastian Voortman/Pexels
Se réinventer Se réinventer
Alexandra Portail
Par Alexandra Portail
le 17 août 2021

Mal de dos, rhumes à répétition, fatigue chronique, frilosité ou encore perte de cheveux et ongles striés… Savez-vous que l’origine de tous ces bobos pourraient venir d’une seule et même source ? L’acidité de notre organisme…


Partenaire

Le corps est un subtil équilibre et un mélange complexe de processus enzymatiques et chimiques. Le pH mesure l’acidité ou l’alcalinité d’un milieu. Il est gradué de 1 à 14. Le pH du plasma sanguin (qui est la partie liquide du sang) est finement régulé autour d’une valeur très légèrement alcaline de 7,4. En dessous de 7,38, nous sommes en acidose (corps trop acide). Au-delà de 7,42, nous sommes en alcalose (corps trop basique).

Des petits bobos du quotidien aux pathologies plus lourdes sont généralement dus à un organisme trop acidifié.

D’où vient cette acidité et comment rétablir cet équilibre si subtil ? Voici nos explications et nos conseils pratiques.

Qu’est-ce que l'équilibre acido-basique ?

C'est un processus qui permet de conserver l’équilibre constant au niveau du sang, de la température, du pH sanguin. Nous tolérons peu de variation du pH : le corps est sans cesse en adaptation tel un funambule qui cherche son équilibre.

Equilibrer ou rééquilibrer le pH chez l’être humain est capital dans le traitement des « maladies chroniques », des « maladies de terrain », et dans la plupart des pathologies « infectieuses, inflammatoires et dégénératives de l’organisme ». En revanche, l’acidité (acide lactique) est également nécessaire dans les intestins.

A lire PH7 Équilibre, l'acido-basique au bout de la fourchette

À noter que l’impression gustative de l’acidité d’un aliment ne correspond pas toujours à la réalité.

Par exemple :

  • Le jus de citron mûr, qui est soit dit en passant un excellent remède des troubles cardio-vasculaires, a une saveur fortement acide, alors qu’en réalité il se classe parmi les aliments à finalité basique.
  • Les céréales dont la digestion se fait en milieu basique dans l’organisme ont un bilan final acide.
  • L’orange acide au goût a un bilan final basique.
  • La viande qui produit de l’acide urique est acidifiante.
  • Le riz, la semoule, le quinoa sont doux en bouche mais sont acidifiants au final car malgré une digestion effectuée en milieu basique contiennent des protéines.

Comment savoir si je suis acidifié(e) ?

Certains signes ne trompent pas. Notre corps nous parle en permanence.

En observant le physique d’une personne, on peut cerner, si oui, ou non, elle est acidifiée.

Les signes qui montrent une acidification, en d’autres termes une déminéralisation :

  • Perte de cheveux, cassants, fourchus, cheveux ternes
  • Caries
  • Ongles striés, qui se dédoublent
  • Fatigue, manque d’énergie, difficulté à récupérer
  • Arthrose
  • Ostéoporose
  • Crise de goutte
  • Rhumatisme
  • Frilosité, extrémités froides
  • Problèmes de peau (boutons, eczéma, herpès)
  • Aphtes sur les lèvres et dans la bouche, boutons de fièvre
  • Cystites, brûlures urinaires
  • Calculs rénaux
  • Brûlures d’estomac, ulcères.

Qu’est-ce qui acidifie le corps ?

Beaucoup de facteurs tendent à acidifier ce milieu dans notre vie moderne :

  • Le tabac
  • L’alcool
  • La drogue (toutes formes, même douces)
  • Le froid
  • Les médicaments (dont la pilule contraceptive, l’aspirine, les anti-inflammatoires)
  • La déshydratation
  • Le surmenage physique et psychique
  • Le stress
  • Le travail nocturne (l’horloge biologique est déréglée)
  • Le manque de sommeil par déficit de détoxination car c’est pendant la nuit que l’on détoxifie. Donc si l’on ne dort pas assez, on augmente la capacité à s’encrasser.
  • La sédentarité (insuffisance respiratoire, manque de transpiration…)
  • L’insuffisance hépatique (hépatites, stéatose…)
  • L’insuffisance rénale
  • Les ondes électromagnétiques
  • Le sport de très haut niveau

Notre alimentation qui est le plus gros pourvoyeur d’acides. Il est important d’apporter un soin particulier à cette dernière pour ne pas s’acidifier davantage.

ATTENTION : nous avons tous un foie différent, des reins différents, une flore intestinale différente des uns des autres. Ce que certaines personnes peuvent digérer sans problème pourra en poser à d’autres. Ainsi, aussi étrange que cela puisse paraître, un aliment théoriquement alcalinisant sur le papier peut être extrêmement acidifiant pour une personne.

A lire Le régime cétogène, un allié contre la dépression et l'anxiété ?

Par exemple : les profils de personnes, plutôt frileuses, très longilignes et fines, ont un système digestif qui ne sera pas à même de métaboliser les acides de certains aliments, pourtant vantés comme alcalins comme le citron ou autres agrumes. Encore plus si on les consomme le matin et hors saison : ils seront alors très acidifiants.

Pour les supporter davantage, ces personnes-là pourront les consommer durant leur saison, quand le fruit est cueilli à maturité, et durant l’après-midi (17 heures) plutôt que le matin.

Le naturopathe est justement là pour aiguiller la personne selon sa nature (son terrain).

Découvrez ici les conseils de notre naturopathe pour rétablir l'équilibre acido-basique !

Notre experte

Alexandra Portail est naturopathe spécialisée en santé féminine & professeure de Yoga

Découvrez ses E-Books en Santé Naturelle sur son site Hygiene2vie

Son podcast

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire