Psychologie

5 conseils pour dépasser ses émotions négatives

Publié le 10 octobre 2017
Naturopathe Iridologue, Stéphanie s'est spécialisee dans l'accompagnement des femmes enceintes, bébés et jeunes enfants.
Lâcher-prise, une piste à savoir creuser
Lâcher-prise, une piste à savoir creuser
© Brooke Cagle/Unsplash

Tristesse, douleur, peine... Accepter de vivre pleinement pleinement ses émotions, c'est les ressentir, et laisser le corps s’exprimer pour retrouver son équilibre. Cela permet de se décharger de la tension émotionnelle, et surtout d’éviter que celle-ci ne se cristallise insidieusement. Conseils pratiques pour y parvenir.

On l'a vu dans l'article Peine, tristesse: comment bien vivre ses émotions négatives, vouloir étouffer ses émotions est contreproductif. Alors comment s'autoriser à les vivre sans se faire submerger ?

1. ÉVACUER LES TENSIONS
Pour permettre de décharger encore un peu plus les tensions émotionnelles de notre corps, il peut être utile d’effectuer quelques exercices physiques.
Ce peut-être tout simplement à l’aide d’une activité physique, telle que la course à pieds, le vélo, ou bien la marche, ou tout autre sport vous permettant d’évacuer. Vous pouvez également vous servir du yoga afin de vous recentrer.
La sophrologie propose ici différents exercices, tels que les contractions/décontractions (méthode Jacobson) des différentes parties du corps, accompagnées de la respiration et éventuellement de visualisations (par exemple: inspirer par le nez, contracter le bras droit en retenant la respiration, et expirer longuement par la bouche en relâchant le bras et en visualisant que toutes les tensions physiques, émotionnelles, psychiques, s’éloignent grâce à l’expiration).
Le fait d’évacuer les tensions physiques permet d’agir immédiatement sur le système nerveux, et de se sentir ainsi apaisé.

A lire aussi : EFT : psychologie énergétique et émotions

2. S’APPORTER DU PLAISIR GRÂCE A SES RESSOURCES
Il peut être intéressant de faire une liste de vos différentes ressources, c’est-à-dire ce qui vous apporte du plaisir. Ces ressources peuvent être très simples, telles que prendre un bain, vous balader dans la nature, écouter de la musique, lire etc… Ou bien plus élaborées, telles que voyager, vous projeter dans de nouveaux projets… Ainsi, dans les moments difficiles, vous pourrez vous référer à cette liste et vous faire du bien facilement et rapidement.
Une peine de cœur provoque réellement un manque au niveau physique. Le fait d’être amoureux stimule la production d’hormones du bien-être. Nous sommes alors en pleine extase. Lorsque l’être aimé disparaît, cette production chute, et nous ressentons alors un manque tel un drogué… Pour « contrer » cet effet, nous pouvons donc avoir recours à nos ressources personnelles pour remonter notre production d’hormones du bien-être!
En sophrologie, nous utilisons la visualisation du lieu ressource. Ce lieu est l’endroit où vous vous sentez bien, en sécurité, apaisé, heureux… Le fait de le visualiser tout en ressentant intérieurement grâce à vos cinq sens tout ce qu’il vous apporte, permet d’agir instantanément sur votre bien-être.

A lire aussi : Nadine, prof de yoga et naturo: "Mon métier, c’est ma passion"

3. PRENDRE DU RECUL, RELATIVISER
Si ce n’est pas quelque chose d’automatique chez vous, ne vous en faites pas, cela s’apprend.
Pour prendre du recul, la première étape sera de vous rendre compte que votre mal-être est bien souvent généré par votre mental, vos pensées. Et que celles-ci sont souvent erronées, c’est-à-dire différentes de la réalité… Par vos histoires passées, votre éducation, votre imagination, vos blessures etc…
L’émotion première ressentie est certes vraie, juste, bien réelle, mais la souffrance qui perdure et se transforme alors en sentiments est générée par vos pensées. Et vous avez le pouvoir sur vos pensées ! Vous pouvez décider de continuer à vous sentir malheureux, ou bien décider de voir les choses différemment.
Par exemple, lorsque vous éprouvez un mal-être, posez-vous cette question: « Mon mal-être est-il dû à un fait réel? ». Si ce n’est pas le cas, tentez d’identifier la pensée générant ce mal-être chez vous, et posez-vous la question suivante: « Cette pensée reflète-t-elle vraiment la réalité? ». Nous nous apercevons alors souvent que nous avons déformé la réalité et que nous créons nous-même notre souffrance… En prendre conscience est une première étape vers la libération.

A lire aussi : A-t-on besoin de souffrir pour évoluer ?

4. LÂCHER PRISE
Il faut ensuite apprendre à lâcher prise ! Lorsque nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir dans une situation donnée, nous n’avons pas d’autre choix que de lâcher prise…
Cela ne signifie pas renoncer. Cela signifie simplement faire confiance à la vie, et accepter le fait que nous ne pouvons pas tout contrôler (les événements, les autres personnes, leurs sentiments etc…).
Lâcher prise, c’est arrêter de se débattre et se noyer dans une mer agitée pour se rappeler qu’il est plus simple et reposant de faire la planche et flotter… Donc faire confiance ! Ce qui est bon et juste pour vous viendra. Vous débattre et lutter intérieurement contre des faits sur lesquels vous n’avez aucun contrôle ne vous aidera en rien. Bien au contraire, vous perdrez en énergie et vous sentirez de plus en plus mal.
L’une des méthodes pour parvenir à lâcher prise est de revenir le plus souvent possible à l’instant présent pour cesser toutes ruminations. Apprenez à vous recentrer, à profiter du moment présent, à être dans la pleine conscience. Si cela demande un effort dans les premiers temps, au bout de quelques jours ce sera un automatisme et vous n’aurez plus besoin d’y penser.
Pour être pleinement dans l’instant présent et donc diminuer le flot de pensées de notre mental, la sophrologie se sert du corps! En effet, seul notre esprit a la capacité de voyager dans le passé et dans le futur. Notre corps est l’ancre nous ramenant constamment au présent. Ainsi, se focaliser sur nos ressentis corporels, la respiration, nos appuis, nos cinq sens, permet d’attirer toute notre conscience sur l’instant présent, et diminue progressivement les ruminations.
Alors tentez de vivre chaque moment en pleine conscience, et vous verrez progressivement la paix intérieure revenir en vous.

A lire aussi : Et si on décidait de lâcher prise ?

5. POSITIVER
Positiver s’apprend également! Tout comme prendre du recul et lâcher prise! Mais tout ceci peut réellement devenir un automatisme avec un peu d’entraînement (il faudrait 21 jours pour perdre une mauvaise habitude et en reprendre une nouvelle, soit 3 semaines, plutôt rapide non?!).
Tout d’abord, même si cela ne saute pas aux yeux au premier abord, chaque épreuve, même difficile, apporte du positif. Peut-être qu’elle va vous permettre de développer certaines qualités, de vous découvrir, de rencontrer de nouvelles personnes… Elle peut être l’étape nécessaire vers quelque chose de meilleur pour vous.
Positiver, c’est aussi vous souvenir de vos victoires, vos réussites passées. Si vous êtes encore là aujourd’hui, c’est que vous avez réussi à surmonter tout un tas d’épreuves, plus ou moins difficiles. Vous avez en vous les ressources pour continuer d’avancer. S’appuyer sur ses réussites personnelles permet de reprendre confiance en soi et voir le futur de façon optimiste.
Enfin, lorsque vous vous sentirez plus en confiance dans l’instant présent, vous pourrez tenter de vous projeter positivement dans le futur. Faites une liste de choses que vous souhaitez concrétiser dans un futur proche ou lointain, fixez-vous des buts générant de l’enthousiasme chez vous! Comment imaginez-vous votre futur idéal? Qu’est-ce qui vous rendrait encore plus heureux?
N’oubliez pas que vos pensées ont un grand pouvoir, et si elles ont un impact sur votre présent, elles en ont un aussi sur votre futur, car c’est votre présent qui conditionne votre futur… (pour rappel, voir l’article « Le pouvoir de nos pensées et émotions sur la matière« ).

Pour finir, soyez doux et indulgent envers vous-même, et permettez au temps de faire son travail… La douleur et la peine peuvent mettre un certain temps avant de disparaître, elles peuvent partir et revenir, mais n’oubliez jamais qu’elles ne seront pas éternelles…
Et si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un sophrologue.

L'auteur : Stéphanie Grosieux est thérapeute holistique (naturopathe iridologue, sophrologue, praticienne massages et reiki, et enseignante de hatha yoga). Elle propose ses consultations à distance par Skype et en cabinet sur Montpellier.
www.stephaniegrosieux.com

 
Articles du thème Psychologie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte